Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Simone Wapler: Arcep, SFR et l’étrange capitalisme des fonctionnaires
 

L’Arcep n’apprécie pas le plan fibre de l’opérateur privé SFR-Altice, qui contrecarre son propre plan d’aménagement du territoire financé par nos impôts.

Comme vous le savez, nous fustigeons les accords gagnant-perdant, ces accords forcés souvent par l’Etat ou une quelconque réglementation parasitaire.

L’affaire SFR-ARCEP en France est emblématique de la pollution permanente de l’économie à cause de ces interférences.

D’un côté SFR, un opérateur privé et son dirigeant Michel Combes.

De l’autre l’Arcep, Autorité de régulation des communications électroniques et des postes.

L’Arcep est un organisme payé par vos impôts comme en témoigne la mention « République française » et le drapeau tricolore sur son site (malgré l’absence de la Marianne). Notez l’association entre le très technique « communications électroniques » et le dinosaure « postes ».

Le lecteur curieux pourra se rendre sur le site internet et consulter l’organigramme pléthorique de cet organisme qui annonce recruter.

Vous pouvez également télécharger le manifeste de l’Arcep qui vous apprend que l’Arcep se déclare « architecte et gardien des réseaux d’échange ».

« Les institutions nationales et européennes veillent à ce que les réseaux d’échanges se développent comme un ‘bien commun’, quel que soit leur régime de propriété, c’est-à-dire qu’ils répondent à des exigences fortes en termes d’accessibilité, d’universalité, de performance, de neutralité, de confiance et de loyauté.

A cette fin, les institutions démocratiques ont jugé qu’une intervention étatique indépendante était nécessaire pour veiller à ce qu’aucune force, qu’elle soit économique ou politique, ne soit en situation de contrôler ou de brider la capacité d’échange des utilisateurs (consommateurs, entreprises, associations, etc.).

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), arbitre expert et neutre au statut d’autorité administrative indépendante, est l’architecte et le gardien des réseaux d’échanges en France. »

Cher lecteur, l’invocation du concept flou de « bien commun » associé à « régime de propriété » sont deux signaux alarmants qui doivent nous préparer mentalement à une attaque de Parasitocratie.

Effectivement, dans ce dossier, nous ne sommes pas déçus.

SFR a décidé de câbler à ses frais, sans subvention publique, toute la France en très haut débit d’ici à 2025 avec son « plan Fibre ».

Où est le mal ?

Ce « plan fibre » échappe à au Grand Architecte qu’est l’Arcep qui avait prévu un plan d’aménagement du territoire à base de taxation-subvention-argent des autres.

Les fonctionnaires omniscients de l’Arcep accusent SFR de s’engager dans des investissements non rentables. En quoi les éventuels mauvais investissements d’une entreprise privée regardent-ils nos fonctionnaires ?

Le dirigeant de SFR, Michel Combes, répond dans une lettre de mise au point adressée à l’Arcep et citée par Les Echos du 29 octobre* :

« ‘L’investissement dans les réseaux est le coeur de nos business models. Sans réseau, pas de clients. Sans client, pas de croissance’, écrit-il. ‘Investir dans la Fibre sur tous les territoires n’est ni une option ni du mécénat. C’est la base du modèle économique’. »

Les règles du capitalisme sont simples. Les entrepreneurs et les actionnaires investissent. S’ils se trompent, ils perdent leur argent. S’ils se trompent beaucoup, ils font faillite. S’ils ont raison, ils en gagnent. La simple loi de la faillite suffit, pas besoin de régulateurs.

SFR, racheté par Patrick Drahi, s’appelle désormais Altice, du nom de sa maison mère.

Altice opère dans sept pays (France, Israël, Etats-Unis, Portugal, Suisse, Luxembourg et République dominicaine), dans les Caraïbes (Guyane, Martinique, Guadeloupe, La Réunion) et a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 23,90 Mds€ avec un effectif de 49 732 personnes. Altice est cotée à la bourse d’Amsterdam depuis 2001, sa capitalisation boursière est de 25,8 Mds€ et la société dégage une perte de 11,5% par action.

Admettons que dans un moment de folie incompétente SFR-Altice, déjà très endettée et en perte, veuille câbler toute la France sans retour sur investissement possible. En quoi est-ce nuisible au « bien commun » ? Les seuls lésés seraient les actionnaires de SFR-Altice et ses créanciers. Une fois la faillite actée, le réseau appartiendrait à qui voudrait s’en porter légitimement acquéreur.

Cette affaire nous démontre que les fonctionnaires de l’Arcep ne protègent nullement les intérêts des utilisateurs de réseaux ou des contribuables. L’Arcep défend les intérêts des fonctionnaires qui se prétendent architectes de réseaux.

Pour plus d’informations, c’est ici

* https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/030801784121-tres-haut-debit-le-ton-monte-entre-sfr-et-larcep-2126035.php

Source: la-chronique-agora


simone-waplerSimone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l’éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd’hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié “Pourquoi la France va faire faillite” (2012), “Comment l’État va faire main basse sur votre argent” (2013), “Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?” (2014) et “La fabrique de pauvres” (2015) aux Éditions Ixelles.


avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
5 Comment threads
2 Thread replies
4 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
diable tranquille+253Valerie BrunetAntoinejbr Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Marc Chivrac
Membre

sacré capitalisme de merde

+253
Invité
+253

Plan Câble, ou est le mal ? Le fait de ne pas avoir un débit en upload pour faire de la visioconférence de qualité à tout hasard. Le fait de ne pas utiliser de boulot qui requiert le montage de film ou l’envoit quotidiens de machines virtuelles de 60Go après compression ? (on peut reprocher de vouloir le FFTH ou rien mais on sait très bien que si on bascule complètement sur la fibre les nouvelles constructions ne chercheront plus à se raccorder au cuivre) Bref plein de raisons pour éviter le besoin de renchérir les prix de l’immobilier en plein centre… Read more »

Valerie Brunet
Invité

A vouloir traiter tous les sujets, certains finissent par raconter n’importe quoi : Altice plonge de 20% à Amsterdam à la suite d’un ajustement vers le bas, par le holding télécoms, de ses prévisions pour l’ensemble de 2017 malgré des comptes trimestriels en ligne avec les attentes grâce à sa filiale américaine. Sans les taux 0 SFR disparait.

Antoine
Invité
Antoine

Preuve que l’Arcep essaye de nous la faire à l’envers. Rien de nouveau avec ces corrompus…

goc
Invité
goc

Personnellement entre SFR et l’ARCEP, je choisi l’ARCEP, car l’opérateur est actuellement ce qui se fait de pire en matière de respect du client, de suivi et de maintenance. Même si sfr me proposait gratuitement la fibre chez moi, je refuserais. Alors si l’ARCEP peut empêcher cette société de nuire encore plus aux consommateurs, j’applaudis des 2 mains. On peut défendre le capitalisme, mais pas quand ce dernier génère des sociétés arrogantes et/ou prédatrices. On peut critiquer l’administration quand elle freine l’initiative, mais d’abord on s’assure que l’initiative soit saine et respectueuse de l’humain. Quand aux propos lus ici: “Les… Read more »

jbr
Invité
jbr

“tout echec d’une entreprise entraine la destruction d’emplois, la perte d’argent pour les fournisseurs, et un surcout sociale pour le pays”, sans oublier le consommateur pris dans la jungle d’opérateurs concurrents. Si SFR est effectivement une entreprise prédatrice, on peut regretter que l’opérateur national n’ait pas mieux anticipé les besoins de couverture du réseau, domaine stratégique s’il en est. Mais bon, puisqu’on marche sur la tête depuis au moins 25 ans…

goc
Invité
goc

Il ne faut pas oublier l’effet le plus pervers de cette prédation “SFR”.
Pourquoi l’opérateur se dépêche d’installer sa fibre?, réponse: pour être le premier à récupérer les zones “rentables”, sans être obligé de couvrir les zones non rentables. Du coup, si on le laisse faire, on va se retrouver avec des zones blanches, c’est à dire que certains citoyens sous prétexte qu’ils coutent trop cher à équiper, seront laissé sur le quai du progrès. Voila à quoi peut servir l’ARCEP: obliger les opérateurs à considérer tous les citoyens consommateurs comme égaux, et donc à leur fournir le même service.