Venezuela: un pays au bord de la faillite… « Le Kilo de riz, c’est 2 euros, soit 2 semaines de travail »

Au Venezuela, pays au bord de la faillite économique, le dimanche 20 mai, c’était le jour de l’élection présidentielle.

Au Venezuela, c’est l’apocalypse financière ! Le FMI prévoit 13.800 % d’inflation cette année. Planche à billets à gogo, inflation record: les Vénézuéliens peinent à remplir leur panier d’épicerie

Source: francetvinfo

A l’intention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

26 commentaires

  1. Le constat est évident : les natifs des pays d’Amérique du Sud, au rang desquels le Venezuela, ont un gène défaillant.
    Ils ne savent pas tenir les comptes de leurs pays et ne sont bons qu’à élire des corrompus.
    le plus simple, c’est qu’il reconnaissent une fois pour toute qu’ils sont génétiquement inférieur et se laissent administrer par, au hasard, les USA.
    A moins que…

  2. Laissez les Ricains apporter la vertu…
    A 2 semaines de taf le kg de riz, quelques bordels agrémentés de Casino vont faire la fortune du pays … Non je plaisante de quelques oligarques… Mais bon, à 100 grammes de riz la passe, ça donne envie de se payer un billet d’avion à nous autres prolos occidentaux…

    La croissance sans entrave… :envy: Allez l’OM !!!

  3. Les reportages montrent toujours les ventres vides, soit le constat.
    Mais n’enquête jamais sur la cause.
    Maduro à til donné l’ordre que l’importation de nourritures et de médicaments soit stoppé à la frontière, que le peuple crève la faim, descende dans la rue et le pende haut et court ?
    Si les bateaux n’accostent pas à bon port, c’est une décision de l’extérieur.
    Les USA ont tué économiquement l’URSS (d’une autre manière), qui a explosé en 1990.
    Ils ont horreur des régimes (coco) qui leur résistent.
    Cela donne une piste.

  4. France Désinformation, il est sérieux le gars de Business Bourse à relayer de la propagande débile comme ça ?

  5. Et avec la droite au pouvoir ce serait mieux ?
    Non ce serait pire !
    Une petite « aide  » américaine et le pays géré par l’étranger a jamais comme la Grèce !

      1. Regarde en argentine, c’est la droite assez dur (l’équivalent de celle de FILLON ++) et ils sont dans la même situation : tu vois bien que ça n’a rien à voir avec un gouvernement de droite ou de gauche!

      1. Regarde au Chili avec les capitalistes (Sebastián Piñera) le résultat n’est pas le même, non ?

        Remarque faite, je ne suis pas totalement en désaccord avec toi, Poujade51. Et je ne te ferai pas le coup de l’héritage Kirchner parce ce que je suis pragmatique, moi ! On peut donc oser parler de mauvaise gestion sans problème, peu importe le camp au pouvoir !

        Mais tu dois savoir quand même que la crise économique dans les deux pays, sans vouloir m’étendre, n’est pas comparable ni historiquement, ni dans ses causes et ni dans sa profondeur…

        Le plus grave problème du Venezuela pour finir, c’est l’absence totale d’alternance politique possible avec ces mecs-là. Ils t’inventent toutes sortes de conneries (Constituante, et j’en passe et des meilleurs) pour ne pas partir ou même laisser rien qu’un bout de gras de pouvoir à l’opposition.
        Ils bidouillent, interdisent, manipulent, menacent, inventent des histoires et le pire achètent les gens (Bons alimentaires, maisons en carton-pâte où le robinet fuit au bout de 2 jours, etc…).

        Leur résultat économique devra vouloir dire la porte si toutefois il jouait vraiment le jeu de la démocratie… Au lieu de cela, Maduro 67,7 % des suffrages, Falcon 21 %, et Bertucci 10 % !!! On se moque de qui ???

        Je ne sais pas pourquoi on a l’art d’inventer en France des complots US permanents pour tout ? C’est culturel ? Un pote m’avait fait la même remarque lors d’un soulèvement policier en Equateur et la supposée CIA derrière. En fait, c’était simplement une histoire d’émolument !!!

        Navrant de suffisance crétine et d’ignorance partisane…

        1. putain mais bigmac29 ,eleves toi les 2 tranches de pain que tu as devant les yeux
          la guerre froide tu connais?. Des complots us partout? Mais bien sur c est la pur verité.A moins que les situations en syrie, irak, afganisthan, chilie de aliende se soit produites toute seul á la marie poppins.
          C est fou cette vague anti gauche primaire qui fait dire n importe quoi . Tu vis la bas et alors? tu observes la situation mais sais tu qui la provoque?
          Tu peux prendre aussi 2 français vivant en france de bord different et chacun aura une analyse contraire de la situation
          Apres que Maduro et chavez aient fait es erreurs, bien evidemment mais de lá a leur attribuer l integralite de la situation au venezuela n est qu un argument valable pour les moutons
          Les usa et les multinationales predatrices sont clairement á la manoeuvre au venezuela, c est clairement relaye par nombre de journalistes d investigation, renseignes toi et on en reparle

          1. Merci pour ton message et ta franchise…

            J’ai parlé d’inventer des complots US permanents pour tout, je n’ai pas dit qu’il n’y en avait jamais eu nulle part !!! Nuance.

            Oui, je sais comment ils ont foutu le Venezuela par terre, et ce n’est pas dû à quelques « erreurs ».

            Je te donne un exemple. Un ami travaillait pour une multinationale dans le ciment. Monsieur Chavez, sûrement bien renseigné, a décidé que la fabrication de ce ciment était une affaire de sécurité nationale tout comme un énorme pourcentage des nationalisations opérées à ce moment-là ! Suite donc à cette nationalisation, la production a baissé les mois suivants, accroche-toi car je retire l’échelle, de 80 % !!!
            L’étatisme Sud-américain n’apporte malheureusement pas toute les solutions en matière d’efficacité productive…
            Et combien d’exemples comme cela pour nous emmener tout droit dans le gouffre ! Décourager l’initiative privée et la remplacer par une collectivisation dépassée, changer les mentalités en faisant de beaucoup de gens des assistés, installer une bureaucratie absurde, lourde et inutile pour y caser tous les petits copains.

            En fait, ils ont dégouté combien d’entreprises étrangères avec leur mesures tatillonnes stupides et purement idéologiques… Sans parler de la pénurie qui à chaque fois se fait plus sentir.

            On s’est fait en plus des ennemis pour rien ; si pour s’excuser et les culpabiliser de notre propre médiocrité…

            Je ne vais pas commercer à te parler des libertés, du vote ici, ce serait trop long…

            Tu cites Maduro. Tu crois que c’est lui, le roi de l’orthographe qui a autant de sens de l’humour qu’une vieille cuillère rouillée, qui gouverne !? Nonnnn : L’armée, les caciques du parti, une nomenclature qui se partage le peu de gâteau qu’il y a, la haute fonction publique toute à la solde du socialisme Bolivarien !

            Et après tout cela, tu me parles d’erreurs !!!!!!

            Allende, puisque tu le cites. J’ai parcouru avec mon sac à dos le Chili du nord au sud et inversement durant 3 mois. C’était à l’époque où on retenait Pinochet en Angleterre (Fin des années 90). Parlant de ce thème avec les chiliens, je te jure que les avis étaient très partagés sur le général. Et les partisans de Pinochet étaient loin d’avoir tous un hélicoptère pour survoler leurs plantations ! Ces pays sont souvent plus compliqués que notre farce droite gauche en France (Je parle des hommes politiques, pas de la conviction des gens).

            Je te laisse donc déguster cette analyse qui va peut-être nuancer tes certitudes angéliques, et j’en suis bien désolé. .
            Tu pourras y noter au passage quelques similitudes avec le Venezuela…

            https://blogthucydide.wordpress.com/2011/10/16/le-chili-dallende-au-dela-du-mythe-45-la-crise-economique/

            « -En politique, une vérité indiscutée n’est souvent qu’une erreur suffisamment répétée ».
            Gustave Le Bon

            Bonne nuit

            1. Bicmac 29,
              je te remercie pour ta repones qui est un peu plus nuancée mais , mais je ne peux adherer á l integralité de ton analyse.
              Des exemple choisis pele mêle comme celui de ciment ne fond pas le bilan d une politique , je t amene la controverse avec 50 points positifs reconnus par certaines instances internationales mais que bien evidemment tu ne trouveras dans aucun article des medias mainstream qui vehiculent une propagande.

              Forcement quand un dirigeant , meme s il fait des erreurs sur sa vision d une efficacite economique, veut le bien de son peuple, cela ne plait pas aux esclavagistes, aux banquiers ,aux multinationales qui basent leur ideologie sur l exploitation du plus grand nombre..

              Prenons un peu de hauteur pour le futur que nous voulons..
              le liberalisme, base sur l egoisme est un systeme efficace pour creer des richesse..certes..sur ce point je suis d accord avec toi.
              -Neanmoins il est vorace en energie, generateur de guerre partout dans le monde ( on le voit au moyen orient actuellement)
              -il detruit biodiversite, bref la nature
              ´-il vehicule une ideologie malsaine visant á mettre tout le monde en competition creant des consommateurs robotises plus que des etres humains.

              et je pourrais continuer ainsi..

              En conclusion, il nous faudra tot ou tard changer de paradigme..seul les aveugles et demeures croient que l on peut poursuivre avec ce systeme.
              L efficacite est de droite mais je pense que l avenir passe par la colaboration, cela rendrait les humains bien plus heureux.

              Je me fous de la gauche en fait, je cherche plus d humanisme dans ce monde, nous avons tous á y gagner

              Trouvons le meilleur systeme pour faire progresser le BIB ( bonheur interieur brut)

              ci dessous une analyse en 50 points du chavisme, pas si nulle que ça mais qui ne plait pas á l oligarchie assuremment

              1. Jamais dans l’histoire de l’Amérique latine, un leader politique n’avait atteint une légitimité démocratique aussi incontestable.Depuis son arrivée au pouvoir en 1999, seize élections ont eu lieu au Venezuela. Hugo Chávez en a remporté quinze, dont la dernière en date, le 7 octobre 2012. Il a toujours battu ses opposants avec un écart allant de dix à vingt points.

              2. Toutes les instances internationales, de l’Union européenne à l’Organisation des Etats américains, en passant par l’Union des nations sud-américaines et le Centre Carter, ont été unanimes pour reconnaître la transparence des scrutins.

              3. James Carter, ancien président des Etats-Unis, a déclaré que le système électoral vénézuélien était le « meilleur au monde ».

              4. L’universalisation de l’accès à l’éducation élaborée depuis 1998 a eu des résultats exceptionnels. Près de 1,5 millions de Vénézuéliens ont appris à lire, écrire et compter grâce à la campagne d’alphabétisation, nommée Mission Robinson I.

              5. En décembre 2005, l’UNESCO a décrété que l’illettrisme avait été éradiqué au Venezuela.

              6. Le nombre d’enfants scolarisés est passé de 6 millions en 1998 à 13 millions en 2011 et le taux de scolarité dans l’enseignement primaire est désormais de 93,2%.

              7. La Mission Robinson II a été lancée afin d’amener l’ensemble de la population à atteindre le niveau du collège. Ainsi, le taux de scolarité dans l’enseignement secondaire est passé de 53,6% en 2000 à 73,3% en 2011.

              8. Les Missions Ribas et Sucre ont permis à des centaines de milliers de jeunes adultes d’entreprendre des études universitaires. Ainsi, le nombre d’étudiants est passé de 895 000 en 2000 à 2,3 millions en 2011, avec la création de nouvelles universités.

              9. Au niveau de la santé, le Système national public de santé a été créé afin de garantir l’accès gratuit aux soins à tous les Vénézuéliens.Entre 2005 et 2012, 7 873 centres médicaux ont été créés au Venezuela.

              10. Le nombre de médecins est passé de 20 pour 100 000 habitants en 1999 à 80 pour 100 000 habitants en 2010, soit une augmentation de 400%.

              11. La Mission Barrio Adentro Ia permis de réaliser 534 millions de consultations médicales. Près de 17 millions de personnes ont ainsi pu être soignées, alors qu’en 1998, moins de 3 millions de personnes avaient un accès régulier aux soins. 1,7 millions de vies ont ainsi été sauvées entre 2003 et 2011.

              12. Le taux de mortalité infantile est passé de 19,1 pour mille en 1999 à 10 pour mille en 2012, soit une réduction de 49%.

              13. L’espérance de vie est passée de 72,2 ans en 1999 à 74,3 ans en 2011.

              14. Grâce à l’Opération Milagro lancée en 2004, 1,5 millions de Vénézuéliens atteints de cataractes et autres maladies oculaires, ont retrouvé la vue.

              15. De 1999 à 2011, le taux de pauvreté est passé de 42,8% à 26,5% et le taux de pauvreté extrême de 16,6% à 7%.

              16. Au classement de l’Indice de développement humain (IDH) du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Venezuela est passé du 83ème rang en 2000 (0,656) au 73ème rang en 2011 (0,735), intégrant ainsi la catégorie des nations à l’IDH élevé.

              17. Le coefficient de GINI, qui permet de calculer les inégalités dans un pays, est passé de 0,46 en 1999 à 0,39 en 2011.

              18. Selon le PNUD, le Venezuela, qui dispose du coefficient de GINI le plus bas d’Amérique latine, est le pays de la région où il y a le moins d’inégalités.

              19. Le taux de malnutrition infantile a été réduit de près de 40% depuis 1999.

              20. En 1999, 82% de la population avait accès à l’eau potable. Ils sont désormais 95%.

              21. Durant la présidence de Chávez, les dépenses sociales ont augmenté de 60,6%.

              22. Avant 1999, seules 387 000 personnes âgées recevaient une pension de retraite. Elles sont désormais 2,1 millions à en bénéficier.

              23. Depuis 1999, 700 000 logements ont été construits au Venezuela.

              24. Depuis 1999, le gouvernement a remis plus d’un million d’hectares de terres aux peuples aborigènes du pays.

              25. La réforme agraire a permis à des dizaines de milliers d’agriculteurs de posséder leurs terres. Au total, plus de 3 millions d’hectares de terres ont été distribués.

              26. En 1999, le Venezuela produisait 51% des aliments qu’il consommait. En 2012, la production est de 71%, alors que la consommation d’aliments a augmenté de 81% depuis 1999. Si la consommation de 2012 était similaire à celle de 1999, le Venezuela produirait 140% des aliments consommés au niveau national.

              27. Depuis 1999, le taux de calories consommées par les Vénézuéliens a augmenté de 50% grâce à la Mission Alimentation qui a créé une chaîne de distribution de 22 000 magasins alimentaires (MERCAL, Casas de Alimentación, Red PDVAL), où les produits sont subventionnés à hauteur de 30%. La consommation de viande a augmenté de 75% depuis 1999.

              28. Cinq millions d’enfants reçoivent désormais une alimentation gratuite à travers le Programme d’alimentation scolaire. Ils étaient 250 000 en 1999.

              29. Le taux de malnutrition est passé de 21% en 1998 à moins 3% en 2012.

              30. Selon la FAO, le Venezuela est le pays d’Amérique latine et de la Caraïbe le plus avancé dans l’éradication de la faim.

              31. La nationalisation de l’entreprise pétrolière PDVSA en 2003 a permis au Venezuela de retrouver sa souveraineté énergétique.

              32. La nationalisation des secteurs électriques et de télécommunications (CANTV et Electricidad de Caracas) ont permis de mettre fin à des situations de monopole et d’universaliser l’accès à ces services.

              33. Depuis 1999, plus de 50 000 coopératives ont été créées dans tous les secteurs de l’économie.

              34. Le taux de chômage est passé de 15,2% en 1998 à 6,4% en 2012, avec la création de plus de 4 millions d’emplois.

              35. Le salaire minimum est passé de 100 bolivars (16 dollars) en 1999 à 2047,52 bolivars (330 dollars) en 2012, soit une augmentation de plus de 2000%. Il s’agit du salaire minimum en dollars le plus élevé d’Amérique latine.

              36. En 1999, 65% de la population active touchait le salaire minimum. En 2012, seuls 21,1% des travailleurs disposent de ce niveau de salaire.

              37. Les adultes d’un certain âge n’ayant jamais travaillé disposent d’un revenu de protection équivalant à 60% du salaire minimum.

              38. Les femmes seules et les personnes handicapées reçoivent une allocation équivalente à 80% du salaire minimum.

              39. Le temps de travail est passé à 6h par jour et à 36 heures hebdomadaires sans diminution de salaire.

              40. La dette publique est passée de 45% du PIB en 1998 à 20% en 2011. Le Venezuela s’est retiré du FMI et de la Banque mondiale en remboursant par anticipation toutes ses dettes.

              41. En 2012, le taux de croissance au Venezuela a été de 5,5%, l’un des plus élevés au monde.

              42. Le PIB par habitant est passé de 4 100 dollars en 1999 à 10 810 dollars en 2011.

              43. Selon le rapport annuel World Happinessde 2012, le Venezuela est le second pays le plus heureux d’Amérique latine, derrière le Costa Rica, et le 19ème au niveau mondial, devant l’Allemagne ou l’Espagne.

              44. Le Venezuela offre un soutien direct au continent américain plus important que les Etats-Unis. En 2007, Chávez a alloué pas moins de 8,8 milliards de dollars en dons, financements et aide énergétique contre seulement 3 milliards pour l’administration Bush.

              45. Pour la première fois de son histoire, le Venezuela dispose de ses propres satellites (Bolívar et Miranda) et est désormais souverain dans le domaine de la technologie spatiale. Internet et les télécommunications sont disponibles sur tout le territoire.

              46. La création de Pétrocaribe en 2005 permet à 18 pays d’Amérique latine et de la Caraïbe, soit 90 millions de personnes, d’acquérir du pétrole subventionné à hauteur de 40% à 60%, et d’assurer leur sécurité énergétique.

              47. Le Venezuela apporte également son aide aux communautés défavorisées des Etats-Unis en lui fournissant de l’essence à des tarifs subventionnés.

              48. La création de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) en 2004 entre Cuba et le Venezuela a jeté les bases d’une alliance intégratrice basée sur la coopération et la réciprocité, qui regroupe huit pays membres, et qui place l’être humain au centre du projet de société, avec l’objectif de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

              49. Hugo Chávez est à l’origine de la création en 2011 de la Communauté des Etats d’Amérique latine et de la Caraïbe (CELAC) qui regroupe pour la première fois les 33 nations de la région, qui s’émancipent ainsi de la tutelle des Etats-Unis et du Canada.

              50. Hugo Chávez a joué un rôle essentiel dans le processus de paix en Colombie. Selon le président Juan Manuel Santos, « si nous avançons dans un projet solide de paix, avec des progrès clairs et concrets, des progrès jamais atteints auparavant avec les FARC, c’est également grâce au dévouement et à l’engagement de Chávez et du gouvernement du Venezuela ».

              Salim Lamran

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page