Un Agriculteur se suicide tous les deux jours en France !

Officiellement, un agriculteur se suicide tous les deux jours en France. Un homme a pris son bâton de pèlerin pour que le public mesure derrière ce chiffre la violence de cette réalité.

Agriculteurs: avoir deux professions pour s’en sortir France: Agriculteurs: vivre avec moins de 350 euros par mois

Source: francetvinfo

A l’intention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

32 commentaires

  1. Conclusion : dans l’agriculture on se suicide, dans les forces de l’ordre on se suicide, dans l’industrie on se suicide, etc. ; donc les meilleurs métiers c’est politiciens, puisqu’ils ne se suicident pas, on les suicide, et la place doit être tellement bonne, qu’ils n’ont pas besoin de la retraite, ils s’accrochent à leur poste comme des morpions.

  2. A tous qui insultent et qui penses que c’est bien fait ppur les agriculteurs..
    Vous oubliez qu’ils vous nourrissent et le glyphosate est encore plus utilisés dans les autres pays de l’Europe et les USA ou les normes sanitaires sont moins regardantent que en France. Mais vous manger sois disant bio et les veganistes vous avez quasiment la même provenance des produits… qui sur papier sont bio mais pas dans la réalité…

    1. Certaines causes sembles être communes.
      On pourrait penser par exemple que lorsqu ils vendent leur lait à 0,3€ et que le consommateur paye le demi écrémé uht 0,58€ hors taxe, il y aurait des marges à réduire. Mais non. Tout comme le sujet pour la qualité dans leur grande majorité via la fnsea ils veulent répercuter les coûts directement sur le consommateur.

      Si des évolutions doivent se faire, elles ne peuvent être avec les agriculteurs mais contre eux. En ce sens le monde agricole doit être éliminé en tant qu obstacle.

  3. Très bien… À ce rythme le consommateur pourra plus facilement la qualité nutritionnelle (je ne parle pas de faire du bio) face à la volonté purement productiviste de l’écrasente majorité du monde agricole.

    Ça choisi de faire que de la Holstein et après ça fait la pleureuse parce que leur lait flotte se rapproche du prix de la flotte et ne permet pas de faire du fromage. Enfin bon… il y a d’autres exemple.

  4. L’agriculture a été marchandisée au même titre que les téloches à écran géant et les Ifaune …
    Chez les agriculteurs il y a les gros (qui pointent tous à la FNSEA : plus extrême droite tu meurs …) et les « autres ».
    Alors les « autres » c’est comme pour les prolos et la petite classe moyenne : les libéraux s’en foutent complétement, mais continuent quand même à racler la moindre parcelle de fric qu’ils peuvent trouver pour augmenter le tas sur lequel ils sont assis …
    (Hold up à Bruxelles – José Bové)

  5. Cette terre dont nous sommes issus nous colle aux guêtres. Elle est celle du Pays Réel, et réunit les cellules familiales qui forment la Patrie. Elle n’est pas celle des Idéaux de la Révolution ‘’dite’’ Française. Elle est celle du chef Vendéen François Athanase Charrette de la Contrie (1763-1796) : « Notre Patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé devant nous. Notre Patrie, c’est notre Foi, notre Terre, notre Roi. Mais leur Patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez-vous ? Ils veulent détruire les coutumes, l’ordre, la tradition. Alors, qu’est-ce que cette Patrie narguante du passé, sans fidélité, sans amour ? Cette Patrie de billebaude et d’irréligion ? Beau discours, n’est-ce ? Pour eux, la Patrie semble n’être qu’une idée ; pour nous elle est une terre. Ils l’ont dans le cerveau ; nous, nous l’avons sous les pieds, c’est plus solide ! Et il est vieux comme le Diab’ leur monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu… Vieux comme le Diab’… on nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions…Faut rire ! Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, sommes une jeunesse, Messieurs ! Sommes la jeunesse de Dieu. La jeunesse de fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver, pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur. »

    1. (Suite II)
      Deux exemples des ravages de la mondialisation qui nous montrent la duplicité de nos gouvernements judéo-maçonniques actuels :
      Ces hérauts du Mondialisme sont les marionnettes qui nous mènent à l’abattoir . En ce moment elles feignent de s’intéresser au sort des éleveurs de bovins, hypocrisie et contradictions font bon ménage avec ces laquais de l’Empire Invisible. Pas du tout gêné d’être à une objection supplémentaire, ils ouvrent nos marchés agricoles à tous les vents et on importe 110 000 tonnes de viande (aux hormones) du Mexique ou du Mercosur (de l’espagnol Mercado Comun del Sur) en sachant pertinemment que cela va créer des problèmes…

    1. Rejoindre la discussionEvoquons maintenant les pesticides et notamment le glyphosate connu sous le nom de Roundup . Au lendemain du vote sur le projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation en première lecture, dans lequel n’apparaît pas l’interdiction de cet herbicide, Emmanuel Ma-cron est revenu sur le sujet en marge de sa visite du château de Voltaire à Ferney-Voltaire (Ain).
      Le président de la République a averti qu’il prendrait ses « responsabilités » sur le glypho-sate si le monde agricole n’était pas « au rendez-vous » dans trois ans. « Il y aura un point de rendez-vous et si les choses n’avancent pas dans trois ans, on passera par la loi », a-t-il fait savoir.
      L’interdiction du glyphosate reste un engagement gouvernemental, conditionné à la re-cherche sur les alternatives à cet herbicide. Mais la colère est d’autant plus grande, parmi les organisations environnementales et les écologistes, qu’Emmanuel Macron avait annoncé l’interdiction de ce produit d’ici à 2021 et déclaré, lors des états généraux de l’alimentation, à Rungis, le 12 octobre 2017, que « le rejet des produits chimiques, la préférence pour l’alimentation naturelle » étaient « des lames de fond sociales », évoquant « l’angoisse des consommateurs, la préoccupation légitime des concitoyens, mais aussi de l’ensemble du monde agricole ».
      Interrogée par Stéphanie de Muru le 29 mai 2018 sur le plateau de RT France, San-drine Le Feur, députée La République en marche (LREM) et productrice bio à Pleyber-Christ dans le Finistère, admet qu’elle est «assez déçue» du recul du gouvernement sur l’interdiction du glyphosate : «Evidemment, je suis assez déçue que nous n’ayons pas mis dans la loi l’interdiction du glyphosate à trois ans», mais elle souligne aussitôt : «Je tiens à préciser que le vote n’était pas sur l’interdiction ou la non-interdiction [du produit] dans trois ans, mais sur l’inscription dans la loi.» Bel exercice de la langue de bois.

    1. Il en pense que tous ces bouseux doivent crever et il ne comprend même pas qu’on puisse évoquer ce genre de « faits divers » dans la presse officielle (va falloir sévir), voilà ce qu’il en pense ce cher Mac, président de la province France de l’empire européen. (J’ai beaucoup de respect pour les fermiers, c’est de l’ironie évidemment)

    2. Rien à foutre. D’ailleurs, ce n’est pas son électorat.

      Le plus important en effet, ce n’est pas le monde paysan, mais financer l’immigration clandestine, créer des hotspots en Afrique, louer des hôtels formules 1 pour loger des illégaux, réquisitionner des vieux châteaux (qui seront rendus dans quel état ?!). Et aussi bourrer la banlieue de financement à fond perdu pour obtenir un semblant de paix. Tout sur le cosmopolitisme donc, le déracinement et la laïcité avec un seul but : Supprimer la nation française qui n’a d’ailleurs pas de culture propre… Enfoiré de banquier de prétentieux de merde !
      Et j’allais oublier : Ne pas embêter la haute finance apatride qui l’a parachuté là faute de mieux et continuer pour finir le démantèlement économique de l’état au profit du mondialisme marchand.

      Je crois avoir fait un bref tour d’horizon.

      Le reste, il s’en cure le zen, méprisant les deux doigts dans le tarin comme dirait un célèbre humoriste blacklisté…
      « -Venez me chercher ! » dit-il en narguant les foules. Sacré Manu…

      La kipa utilisé avant les dernières élections est dans l’armoire bien rangée prête à resservir pour lui-même ou un autre qui continuera à nous prendre pour des cons via les médias aux ordres…

      Saludos

    3. Il pense que l’on est foutu on mange trop et que l’on ferait mieux de produire au lieu de consommer à outrance (pour combler un vide intérieur).
      Si les gens bouffent trop c’est bien entendu la faute à Macron…
      Si les paysans s’endettent c’est parce qu’ils doivent avoir les moyens de répondre à une trop forte demande.

    4. macron: j’espère qu’ils se lavent ces dégueulasses déjà avant de se plaindre: quand on veux parler au président de la république et revendiquer son droit: on viens propre et riche … histoire de racheter ma porcelaine et de faire plaisir à ma vielle 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page