Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Quelles sont les causes de la pollution atmosphérique et que pouvons-nous faire pour la prévenir?
 

La question de l’environnement est aussi actuelle qu’elle n’a jamais été. Et tandis que le réchauffement climatique semble occuper plus que toute autre chose et l’imagination du public, il existe d’autres préoccupations environnementales qui ont toujours un impact critique sur nos vies – des préoccupations que nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer.

La pollution atmosphérique , qui peut sembler étrange lorsque nous considérons des changements cataclysmiques du climat mondial, reste un sujet important de préoccupation et de réglementation environnementales. Le smog urbain, la pollution par les particules et les polluants toxiques constituent toujours une menace pour la santé humaine. Les sources de ces polluants nécessitent toujours notre vigilance et notre attention.

Mais pourquoi la pollution de l’air est-elle si problématique? Et si c’est le cas, quelles mesures peuvent être prises pour le minimiser?

Décrivons le quoi, le pourquoi et le comment de la pollution atmosphérique afin de bien comprendre le problème et les solutions à envisager.

Quels problèmes sont causés par la pollution de l’air? 

Bien que la pollution atmosphérique reste une menace sérieuse pour les personnes souffrant de problèmes de santé tels que l’asthme et les maladies cardiaques et pulmonaires, elle représente également un risque important pour la santé des enfants et des personnes âgées. La présence de particules et de polluants toxiques aggrave et, dans certains cas, provoque une maladie pulmonaire. La pollution atmosphérique a des effets néfastes sur la faune et les écosystèmes en bloquant l’oxygène et en contaminant les sources d’eau avec des produits chimiques toxiques. Nombre de ces polluants, l’azote et le soufre par exemple, détruisent directement les habitats et les écosystèmes.

La pollution atmosphérique peut avoir des effets dramatiques sur l’ environnement qui nous entoure. Les polluants tels que l’azote et le soufre, deux polluants majeurs des centrales au charbon qui utilisent des épurateurs , réagissent dans l’atmosphère et produisent des pluies acides. Ceci est une cause directe de la déforestation, qui a à son tour un impact énorme sur nos écosystèmes. Les pluies acides peuvent éroder les structures en pierre, telles que les bâtiments et les statues.

L’azote et les phosphates peuvent conduire à un processus appelé eutrophisation. Ces éléments agissent comme engrais sur les étangs et les lacs et provoquent une prolifération d’algues qui obstrue l’oxygène et provoque la mort de ces masses d’eau. Bien qu’il s’agisse d’un processus naturel, les polluants environnementaux accélèrent considérablement ce processus. Des masses d’eau sont transformées en marécages fétides en quelques mois plutôt qu’en décennies.

Regardez cette vidéo pour des informations utiles supplémentaires sur la pollution de l’air:

Comment réduire la pollution de l’air?

Étant donné que ces polluants constituent une menace ambiante globale, nous devons tenir compte des sources. Il y a quatre sources principales de pollution atmosphérique:

  • sources mobiles – telles que voitures, autobus, avions, camions et trains
  • sources fixes – telles que centrales électriques, raffineries de pétrole, installations industrielles et usines
  • sources de surface – telles que les zones agricoles, les villes et les foyers à bois
  • sources naturelles – telles que la poussière emportée par le vent, les incendies de forêt et les volcans

Chacun de ces facteurs contribue aux risques environnementaux qui ont une incidence sur notre santé et chacun fait malheureusement partie intégrante de la vie moderne. Nous ne pouvons pas simplement éliminer ces choses de nos vies.

Réduction de la pollution d’origine mobile

Le contrôle des émissions des véhicules à moteur est l’un des aspects les plus cruciaux du contrôle de la pollution atmosphérique. Les automobiles émettent de grandes quantités de polluants toxiques, de particules et de gaz qui contribuent à la pollution de l’air. Ils sont également une source principale des gaz à effet de serre qui entraînent le changement climatique.

La réaction de combustion qui anime l’automobile conduit à la production d’hydrocarbures (HC) et de NOX. Ces derniers sont constitués d’azote gazeux résultant d’une réaction de combustion incomplète dans les moteurs. Ces deux polluants contribuent aux pluies acides, au smog et au réchauffement de la planète. Le smog est une source majeure de maladies et de décès liés à l’asthme.

Et comme nous le savons en regardant les nouvelles, le changement climatique et le réchauffement de la planète sont des conditions dévastatrices qui modifieront les conditions de vie de base de la planète entière. L’omniprésence de l’automobile fait de ces types d’émissions et de polluants atmosphériques une priorité pour la réglementation et le contrôle.

De toute évidence, l’une des mesures les plus efficaces pour contrôler les émissions des voitures est de réduire la quantité d’utilisation des voitures. Cependant, étant donné qu’une grande partie des États-Unis, en particulier, est axée sur l’automobile, cet objectif reste davantage un objectif à long terme.

Heureusement, il existe des technologies émergentes qui réduiront considérablement les émissions des automobiles. L’utilisation croissante de voitures à carburant hybride réduit considérablement la consommation de carburant fossile et donc la quantité d’émissions dangereuses. Les voitures hybrides utilisent de l’essence et émettent toujours des gaz carboniques et d’autres polluants dangereux, mais à un taux beaucoup plus bas. Un gallon d’essence contient environ 20 livres de carbone. Une voiture traditionnelle émet en moyenne 74,9 livres de dioxyde de carbone tous les 100 milles. Comparez cela avec une voiture hybride qui émet 51,6 livres de dioxyde de carbone tous les 100 miles. Bien que le problème persiste, la quantité de pollution et de gaz à effet de serre rejetée dans l’atmosphère diminue considérablement. C’est une étape positive pour être sûr. 

Les carburants alternatifs sont une autre option pour réduire les émissions. De toute évidence, les automobiles entièrement électriques sont déjà utilisées et elles éliminent les émissions de carbone de l’essence. Il existe une autre technologie permettant d’utiliser l’éthanol comme alternative à l’essence à haute teneur en carbone. Les mélanges éthanol / essence et les types de moteurs qui fonctionnent effectivement avec ces carburants sont déjà sur la route.

En phase de développement, les moteurs automobiles peuvent fonctionner à l’ hydrogène comme carburant unique. Cette technologie fonctionne de deux manières: l’hydrogène est «brûlé» de la même manière que l’essence et la combustion interne qui propulse la voiture traditionnelle reste en place. Pourtant, une technologie plus avancée dans laquelle les réactions de l’hydrogène sont contrôlées pour produire de l’électricité dans un moteur électrique ne produirait pas d’émission de déchets autres que de l’eau. Il y a encore une phase de développement mais la technologie existe.

Minimiser la pollution provenant de sources fixes

La deuxième source majeure de pollution atmosphérique et un problème bien plus complexe sont les sources fixes telles que les centrales électriques, les raffineries et les installations industrielles. Ces types de sources industrielles rejettent certains des polluants atmosphériques les plus toxiques, dont beaucoup contiennent des oxydes d’azote et de soufre, des hydrocarbures, du dioxyde de carbone et du monoxyde de carbone. Tous ces facteurs contribuent aux pluies acides, au smog, aux gaz à effet de serre et aux graves problèmes de santé liés à l’atmosphère. Le charbon est l’une des sources de pollution atmosphérique les plus notoires. Combustion du charbon

Les centrales électriques sont les principales sources de polluants atmosphériques dans l’atmosphère. Jusqu’à 42% du mercure toxique dans l’atmosphère provient directement du charbon. Près de 3,1 millions de tonnes de dioxyde de soufre et 1,5 million de tonnes de dioxyde d’azote, toutes deux responsables du cancer et de maladies respiratoires, proviennent des centrales à charbon.

Heureusement, certaines technologies sont en place pour contrôler les émissions de charbon, telles que les épurateurs d’air , les oxydants, les épurateurs à sec et les épurateurs humides . Les épurateurs à sec , par exemple, peuvent éliminer autant que 95% du dioxyde de soufre en pulvérisant une boue de calcaire dans les gaz de combustion provenant de la combustion du charbon. Cela élimine efficacement le dioxyde de soufre et l’empêche de pénétrer dans l’atmosphère. Il aide également à réduire les pluies acides et une partie de la pollution atmosphérique, ce qui contribue aux problèmes de santé des humains.

Cependant, les scientifiques qui surveillent la pollution de l’air et les émissions qui contribuent au réchauffement de la planète affirment qu’il n’a pas été prouvé que cette technologie réduisait ces émissions à une échelle qui aurait un impact significatif sur le réchauffement de la planète et d’autres problèmes environnementaux.

D’autres technologies sont en cours de développement et de test. Ceux-ci incluent des systèmes de captage du carbone qui captureraientles émissions de carbone qui sont la cause directe du changement climatique et du réchauffement de la planète. Cette technologie piégerait entièrement les émissions de carbone. Le carbone capturé peut être placé dans une décharge sécurisée.

Les systèmes de captage du carbone sont également capables de piéger d’autres polluants nocifs tout au long du processus de combustion du charbon. Cette technologie est prometteuse, mais encore une fois, elle en est encore au stade du développement et n’a pas encore été utilisée dans de véritables centrales au charbon.

Les agences fédérales, y compris l’ Environmental Protection Agency , travaillent à la mise en œuvre de nouvelles technologies qui réduiront considérablement les trois principaux polluants atmosphériques: les particules, les polluants chimiques et les émissions de gaz à effet de serre. L’objectif principal est de réduire l’utilisation de combustibles qui produisent ces polluants en premier lieu. L’utilisation de sources d’énergie alternatives et d’énergies renouvelables est le meilleur moyen de réduire la pollution atmosphérique. C’est une question de prévention plutôt d’intervention. Toutes les nouvelles installations industrielles alimentées au charbon et au mazout sont équipées des dernières technologies, des laveurs d’air et autres systèmes de contrôle des émissions , afin de réduire considérablement les émissions dangereuses.

Ces plans comprennent des mesures visant à adapter les installations existantes aux technologies les plus récentes en matière de contrôle des émissions et à exiger que toutes les nouvelles installations intègrent ces technologies. Le plan complet est disponible sur le site Web de l’ EPA . Cependant, cette page est en cours de révision. Un fichier pdf sur la pollution atmosphérique est également disponible. Il explique la plupart des politiques les plus récentes et offre une introduction aux principales innovations technologiques en matière de lutte contre la pollution atmosphérique.

Des moyens simples pour minimiser la pollution

Nous pouvons tous faire quelque chose pour aider à contrôler et à prévenir la pollution de l’air. De simples changements dans notre mode de vie peuvent avoir un impact significatif. Réduire la quantité d’énergie que nous utilisons à la maison, par exemple, baisser le chauffage, éteindre les lumières lorsqu’elles ne sont pas utilisées, utiliser des appareils et des lampes à basse consommation d’énergie, etc. Ces choses font la différence. En réduisant notre consommation d’énergie, nous diminuons la quantité d’activité industrielle qui cause la pollution de l’air en premier lieu. D’autres mesures telles que l’utilisation des transports en commun réduisent la quantité de combustibles fossiles et, par extension, la quantité de NOx, de SOx et de pollution par les hydrocarbures. Ces types de mesures réduisent également considérablement la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Enfin, la simple pratique de réduire, réutiliser et recycler

a déjà réduit la quantité de pollution atmosphérique industrielle.

Regardez cette courte vidéo pour découvrir des moyens plus simples de réduire la pollution de l’air:

Conclusion

Le problème de la pollution atmosphérique ne va nulle part. Si nous ne commençons pas à prendre des mesures spécifiques, à la fois personnellement et en tant que société, le problème ne fera que s’aggraver. Plus cela empire, plus nous en subirons les conséquences.

Margaret Mead a déclaré: “Nous n’aurons pas de société si nous détruisons l’environnement.” Il serait sage de prendre ces mots qui font réfléchir.

Source : IQS Directory 

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
6 Comment threads
5 Thread replies
5 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
Esprit de contradiction00 882Dalidaaisgeneralchanzy Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Esprit de contradiction
Invité
Esprit de contradiction

Tant que les élites mondialistes n’autoriseront pas l’énergie la moins polluante, c’est-à-dire l’eau, nous ne ferons que tourner autour du pot. Bien sur pour eux le gros problème pour eux serait de taxer cette énergie, car elle est indispensable à toute vie, contrairement aux autres sources, ce qui les rend facilement taxables. Et puis les 1% comment pourront ils continuer de s’enrichir autant.

Esprit de contradiction
Invité
Esprit de contradiction

L’électricité c’est bien beau, mais les déchets nucléaires c’est pour qui ???
L’essentiel de l’électricité est produite par le nucléaire, si le parc automobile électrique augmentait considérablement, il faudrait renforcer notre parc nucléaire ; surtout nous avons frôlé la catastrophe dernièrement, ils ont du demander aux grosses entreprises de réduire momentanément leur consommation.

Esprit de contradiction
Invité
Esprit de contradiction

Le CO2 est indispensable aux végétaux ; on ne peut dire la même chose concernant les déchets nucléaires, il va falloir creuser beaucoup plus de sites pour le stockages des déchets, car si les véhicules électriques se multipliaient trop vite, la production de déchets sera exponentielle ; après tout ce n’est pas grave, nos enfants et petits enfant n’auront qu’à se démerder avec notre héritage.
Nous les humains nous sommes des salopards, car nous ne pensons qu’au fric.

Dalida
Invité
Dalida

La France représente 1% dde la population mondiale et produit 0.26% de la pollution : nous sommes dans le top des pays qui polluent le moins ! Que faire de mieux, surtout que nos efforts n’impacteront que les 0.26% de la pollution mondiale ! Il faut raison garder et vite.

00 882
Invité
00 882

Sauf que les smog affectent la population française elle même.

Dalida
Invité
Dalida

Comment ? Le gaz est le combustible qui a le plus augmenté ces dernières années…
https://selectra.info/energie/guides/tarifs/gaz/evolution

00 882
Invité
00 882

Il veut dire que le fioul domestique est maintenant taxé.

ais
Invité
ais

Peut-être mal vue, mais je ne vois pas les navires dans la liste des polluants, je dirais Bizarre….

generalchanzy
Invité
generalchanzy

T’inquiètes! Premièrement: Vu le peu d’argent qui reste dans le porte monnaie et la crise qui se prépare, nous n’aurons plus les moyens de polluer. Deuxièmement: Il faut arrêter de se prendre pour les maître de la Terre. La nature se fout pas mal des activités de l’espèce humaine. Nous ne sommes que des souries et l’environnement [sic] c’est une meute de lions. Le dieu unique qui aurait créée la Terre pour les humains, c’est valable pour les bobos et les gogos.

jeff
Invité
jeff

article vieux d’un an déjà… La pollution qu’on a en ville vient essentiellement d’une volonté de nos élites de ralentir ( voir la stopper ! ) la circulation au lieu de tout faire pour la fluidifier… par exemple 5/6 voitures ( voir plus ) arrêtées derrière un bus qui charge/décharge ( la place à droite hors circulation a été délaissée et comblée ) dans la voie sans possibilité de dépasser ( les 3 voies sont devenues un trottoir de 10 mètres de large, une piste cyclable, et une voie de bus à contresens tout ça séparé par terre plein central… Read more »

jeff
Invité
jeff

moi, j’ai besoin d’une voiture pour aller travailler…