Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Charles Sannat: “Paris. Vie de merde ! Vendre la ville, acheter la campagne”
 

Paris. Vie de merde.

L’attractivité d’une ville, c’est bien évidemment sa qualité de vie, or la qualité de vie des Parisiens et des Franciliens est en chute libre depuis plusieurs années.

Pollution.

Bouchons.

Saleté, insalubrité et rats des villes.

Délinquance, squats drogue et camps de migrants en plein air créent des conditions explosives.

Vie chère.

Immobilier hors de prix.

Logements petits pour ne pas dire tendance clapier.

Organisation impossible.

Complexité d’élever une famille et de s’occuper des enfants où chaque activité nécessite une logistique hors du commun.

Et enfin… une chaleur étouffante qui vient rendre la vie impossible.

Ha… j’allais oublié également ces transports en communs d’une telle efficacité, d’un tel confort…

Voici une vidéo prise un jour de problème pour accéder au RER A.

Evidemment, les indécrottables Parisiens vous expliqueront que s’entasser dans un sous-sol à plusieurs milliers pendant un heure est un acte profondément naturel… Je leur laisse ma place bien volontiers.

La ville de Paris Fluctuat tellement qu’elle mergitur !

Avec tout cela, l’attractivité des grandes villes et de l’Ile de France en particulier est en train de s’effondrer.

Ce qui saute aux yeux c’est l’inconfort de cette région.

Paris: une taxe sur chaque trottinette et vélo en libre-service La nouvelle taxe de la Mairie de Paris… sur les camions de déménagement !

L’inconfort quotidien imposé à tous. De la rudesse des transports aux interdictions multiples, de la trottinette aux voitures n’ayant pas le bonne vignette crit’air, la ville réduit la liberté.

On étouffe à Paris et en Ile de France. On étouffe de chaud comme d’absence de liberté.

Tient d’ailleurs même le très « parisianiste » Les Echos titrent Paris étouffe même sans la canicule »…

La vie en province apparaît donc comme un eldorado, surtout, que, l’on assiste même à une inversion des salaires.

Si avant l’emploi vous faisait passer par Paris, aujourd’hui dans certains coins de province les salaires montent pour attirer des candidats.

Résultat des courses et de la loi de l’offre et de la demande, pour plein de fonctions on peut être aussi bien payé et parfois mieux en Province qu’à Paris. Au bout du compte lorsque l’on prend le reste à vivre mensuel, l’Ile de France est largement devancé par la Province. Les gens dont le salaire est compris entre 1200 et 2000 euros n’ont aucun intérêt à travailler et vivre à Paris.

Même Europe 1 en parle ici.

« Le coût du logement, mais aussi la baisse de la qualité de vie, pousse de plus en plus de salariés d’Île-de-France à chercher du travail en régions. »

Et le magazine Marianne en parle aussi avec cet article intitulé…

« Soit la ville s’adapte soit ses habitants la fuiront !! »

Il n’y a pas à dire… sale temps pour Paris et c’est bien fait !

Quand on offre une vie de merde aux gens, on ne récolte que ce que l’on mérite….

Si vous voulez connaitre ma stratégie immobilière contrarienne elle est simple.

Vendez la ville qui est obsolète, très chère et inconfortable et achetez la campagne qui est sous-valorisée, pleine d’espace, simple et nettement plus facile à vivre. J’y reviendrai longuement tout au long du mois de juillet, le mois où nous allons parler de… l’effondrement !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Alain
Alain
1 année plus tôt

C’est l’enfer dans toutes les grandes villes, et pas seulement à Paris.
J’ai habité Nantes, Bordeaux, Marseille, Cannes, etc.
Circulation infernale, bulle immobilière, et surpopulation.

mianne
mianne
1 année plus tôt

En province, les maisons sont presque données, mais il n’y a pas de travail et pas de transports en commun dans les petites villes . Chaque administration , banque, médecin, pharmacie est à trouver sur 3 ou 4 villages ou petites villes .
La vie en province est idéale à condition d’avoir un télé-travail avec un bon ordinateur et deux petites voitures économiques que l’on peut alterner et réparer soi-même pour ne pas risquer une immobilisation forcée .

mianne
mianne
1 année plus tôt
Reply to  mianne

On m’a dit qu’à Paris il y a beaucoup de choses intéressantes mais qu’il faut beaucoup d’argent pour en profiter et que pour les pauvres, c’est le cauchemar .

Marco
Marco
1 année plus tôt

Donc le but c’est que les parisiens investissent à la campagne et faire donc monter les prix une fois de plus de ces bourgades et ou vont ils travailler ???

goc
goc
1 année plus tôt

Nan mais cet article est largement exagéré, Paris c’est super, on y est bien, c’est joli, et ça à plein de qualités. Déconnez pas les parisiens, restez!!, en plus en province, c’est moche, ya rien, et les gens sont méchants. allez,, promis, vous restez, hein!!!!

goc
goc
1 année plus tôt
Reply to  goc

a des enfants de bas age, ou à des vieux séniles rabat-joie, c’est un peu pareil?? non???
merci pour votre réponse.

theuric
theuric
1 année plus tôt
Reply to  goc

Diantre, cher Groc, l’infantile serait-il égal au vieillissement.
Mais rassurez-vous, mon bon monsieur, autant nous fûmes enfants que l’âge venant la sénescence viendra, sauf à ce que la Camarde ne vienne faucher icelui ou icelle avant que la sénilité ne l’entraine doucement dans sa tombe.

babar
babar
1 année plus tôt

Leçon numéro 1: éviter de sortir sur les champs Élysées un soir de victoire d’une équipe de foot ayant un drapeau contenant du vert.

8
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x