Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Jean-Pierre Chevallier: “Mais au fait… qu’est-ce que la monnaie ?” Partie 1/2
 

Nous revenons aux fondamentaux du monétarisme pour mieux comprendre les causes et conséquences des politiques actuelles.

Investir l’épargne accumulée au fil des années dans des valeurs mobilières est le meilleur moyen pour maximiser ce capital, mais il est nécessaire pour cela d’avoir un minimum de connaissances en matière économique, financière et monétaire.

Or la plus grande confusion règne souvent dans ce domaine chez beaucoup d’épargnants- investisseurs qui sont victimes des mauvaises informations véhiculées par les médias…

La monnaie est le point de départ du monétarisme, évidemment.

Là se trouve le premier problème : qu’est-ce qu’une monnaie ?

La réponse est simple et claire, mais elle est loin d’être partagée par tout le monde et même par tous les économistes. Les plus grandes erreurs continuent à être propagées sur ce thème par les médias, et elles ont des conséquences négatives de plus en plus importantes.

Autre problème de base : qu’est-ce que le crédit ? Comment ça marche ?

Beaucoup d’erreurs continuent à être colportées à ce sujet mais les réponses sont quand même plus précises et elles sont maintenant moins contestées.

Enfin, se posent encore d’autres problèmes fondamentaux, en particulier ceux portant sur la création monétaire, ce qui a été pourtant bien résolu : l’argent sain est le premier pilier pour les Reaganomics, dixit Arthur Laffer.

Ces concepts ont été bien analysés, bien compris et ils sont bien appliqués aux Etats-Unis, mais ils ne sont absolument pas admis en Europe – en particulier dans la Zone euro, y compris par les dirigeants de la banque centrale, ce qui a des conséquences catastrophiques.

La culture monétariste est étonnamment absente dans la vieille Europe continentale car les économistes dominants n’ont jamais accepté cette théorie venue du Nouveau Monde.

Nous aborderons donc ces trois points de façon à pouvoir enfin partir sur de bonnes bases de façon à investir judicieusement…

Monnaie : les fondamentaux

Pour comprendre ce qu’est une monnaie, la meilleure solution est de partir de l’exemple du paysan de Böhm-Bawerk…

Böhm-Bawerk était un économiste autrichien qui vivait dans la première moitié du XIXème siècle.

Pour faire comprendre au plus grand nombre de personnes ses idées sur l’économie, il prenait l’exemple d’un paysan qui s’est établi en montagne. Situons-le dans les Alpes suisses.

Ce paysan produit des fromages. Il descend chaque semaine pour les vendre sur le marché du village proche et, avec l’argent ainsi gagné, il achète puis il remonte ce dont il a besoin pour sa famille et pour son exploitation. C’est simple. Tout le monde comprend.

L’argent circule ainsi rapidement : il part des mains des villageois pour aller dans celles du paysan, puis dans celles du boulanger, etc.

En fin de journée, le boulanger dépose sa recette à la banque et son interlocuteur inscrit cette somme sur son compte, au crédit.

A la fin du mois, pour payer ses fournisseurs et ses salariés, le boulanger demande à sa banque de verser les sommes qu’il leur doit en débitant son compte, etc.

Là aussi, c’est simple. Tout le monde comprend – sauf qu’en réalité, la plupart des gens, y compris beaucoup d’économistes et autres financiers patentés, ne comprennent pas l’interprétation de ces mouvements d’argent…

Une pure convention

Cet argent qui circule sous la forme de pièces, de billets et d’écritures comptables à la banque n’est qu’un instrument pratique qui permet et facilite les échanges en évaluant les biens et les services produits par les uns et les autres.

La contrepartie de cette monnaie est donc constituée des biens et des services produits au sein de cette communauté villageoise.

Cette monnaie est une pure convention admise par tout le monde. Elle ne se réfère pas à l’or.

Elle circule naturellement et librement selon des règles précises basées sur le principe de la comptabilité en partie double qui a été imaginé et transmis par d’illustres inconnus depuis… des millénaires.

De l’or à la monnaie papier, la grande escroquerie – Le Zoom – Olivier Pichon Egon Von Greyerz: L’or est la seule monnaie à dire la vérité

620 monnaies étaient ainsi en circulation en Suisse avant 1848 ! Il s’agissait souvent de monnaies à usage purement local car les échanges étaient généralement limités aux alentours immédiats du centre des activités économiques (une vallée, une ville, etc.).

Ces microsystèmes monétaires ont très bien fonctionné pendant des décennies, voire des siècles.

Par la suite, avec la multiplication des échanges sur des distances plus longues, de tels systèmes ne pouvaient plus fonctionner et les Suisses ont été obligés d’adopter en 1848 une seule monnaie au niveau national, en transposant ce type de système monétaire qui était local à l’origine.

Tout est simple, en réalité…

Il en est toujours de même à notre époque mais les systèmes monétaires étant plus complexes, les banques centrales doivent intervenir pour maintenir cet argent sain, c’est-à-dire sans dysfonctionnements de façon à ce qu’il n’y ait pas de création monétaire.

C’est simple. Tout est simple disait Milton Friedman qui ne comprenait pas pourquoi tant de gens ne comprennent pas ces problèmes monétaires élémentaires !

Cependant, un dysfonctionnement (qui est devenu fréquent) peut se produire dans un système monétaire local : quand le paysan de Böhm-Bawerk n’a plus confiance en l’avenir, il est amené à ne pas dépenser tout l’argent qu’il vient de gagner, c’est-à-dire qu’il limite ses dépenses au strict minimum nécessaire.

Il remonte donc chez lui une partie de l’argent gagné sous la forme de billets pour les cacher évidemment sous son matelas. Cet argent ne circule plus. Les chiffres d’affaires des commerçants du village baissent si les autres paysans font comme lui. Ils passeront moins de commandes à leurs fournisseurs, ils n’embaucheront plus de personnel supplémentaire, etc.

C’est le début d’une récession.

L’inverse est également vrai. Lorsque la masse monétaire M3* augmente trop, c’est-à-dire davantage que la croissance du PIB, cette croissance diminue au point de dégénérer en récession : c’est exactement ce qu’il se passe de nos jours en Europe ou au Japon.

Tout est simple. Rien n’a changé fondamentalement depuis le début du XIXe siècle.

Nous verrons la suite dans le prochain article…

* La masse monétaire M3 d’une nation est le total de l’argent émis et libellé dans sa monnaie.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


JEAN-PIERRE CHEVALLIER

Jean-Pierre Chevallier est un analyste financier indépendant. Il est une des rares personnes en dehors du système capable d’analyser et de décrypter un bilan bancaire. Il s’est spécialisé dans l’analyse des masses monétaires, un talent rare en France, qui lui permet de suivre au plus près les grands cycles économiques. Ses compétences et son acuité lui ont d’ailleurs valu d’être plusieurs fois attaqué par l’establishment bancaire pour ses analyses aussi précises que dérangeantes.

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 37,68 €. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule. Pour des prix imbattables sur l’achat d’Or et d’Argent, c’est ici et sur devis. Livrable dans toute la France.

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

L’Or des Fous (Broché)


Prix habituel EUR 24,00
Neuf: EUR 24,00 EUR En stock
Used from: EUR 24,00 En stock
buy now

Guide de l’Investissement en Or et autres métaux précieux (Broché)


Prix habituel Price Not Listed
Neuf: 0 Non disponible
Used from: 0 En stock
buy now

L’effondrement du dollar et de l’euro et comment en profiter (Broché)


Prix habituel EUR 22,00
Neuf: EUR 22,00 EUR En stock
Used from: EUR 22,00 En stock
buy now

Guide d’investissement sur le marché de l’Or (Broché)


Prix habituel EUR 26,35
Neuf: EUR 26,35 EUR En stock
Used from: EUR 26,35 En stock
buy now

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Comment threads
0 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
jbrCuitat Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
jbr
Invité
jbr

La différence entre un monétariste qui prétend tout comprendre et un économiste (qui n’y connaît rien) est qu’il pense que tous les problèmes viennent de la monnaie. Or, les faits montrent qu’il n’en est rien et que ce serait plutôt aux banques centrales d’ajuster la quantité de monnaie disponible aux cycles de l’économie réelle.

Cuitat
Invité
Cuitat

Encore un qui affirme avoir tout compris à la monnaie et les autres rien…