Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Bill Bonner: “Pauvre Christine…”

Les politiques appliquées par Mario Draghi à la BCE n’ont servi à rien – pire, elles ont aggravé la situation. A présent, Christine Lagarde prend la relève…

Pauvre Christine Lagarde. Elle reprend les commandes de la Banque centrale européenne (BCE).

Elle est vraiment parfaite pour gérer l’une des banques les plus importantes de la planète. Elle est, fondamentalement, une initiée… un compère… une personne politique, bien entraînée et parfaitement adaptée à un monde politique.

Le banquier central idéal ? Un rocher

Normalement, la personne qui dirige la banque centrale devrait peu nous importer – en fait, elle ne devrait jamais nous importer. Le poste devrait être occupé par un technocrate anonyme, dont le travail consiste simplement à s’assurer qu’il ne se passe rien de bizarre pendant son service.

Nous ne nous inquiétons pas de qui pilote nos avions ou qui fait tourner nos réacteurs nucléaires ; nous partons du principe qu’ils ne feront pas d’erreur grave.

De même, un banquier central n’a pas besoin d’être un héros… et ne devrait pas voir son nom apparaître dans les journaux. Il ne devrait pas s’inquiéter du niveau des actions (cela ne le regarde pas)… ni de l’économie (il ne peut rien y faire)… ni même de l’évolution des prix à la consommation (à moins d’en être la cause).

Il devrait être passif… invisible… immobile, comme un rocher… muet et fiable.

Mais ça, c’était avant. A présent, le chef de la BCE est une célébrité… un décideur… un escroc d’ampleur mondiale.

Et – comme le chef de la Réserve fédérale Jay Powell de l’autre côté de l’Atlantique – il a une tronçonneuse en main… abattant les arbres censés abriter les futures générations pour profiter lui-même d’un bref moment au soleil.

Planification centrale et manipulations

La BCE se livre à la manipulation et à la planification centrale, et elle n’y va pas de main morte. Sa parole fait loi. Ses fantasmes sont la réalité des gens ordinaires. Et son argent est considéré comme vrai.

La réputation de son actuel président, Mario Draghi, s’est répandue partout… atteignant même le président des Etats-Unis. Lors d’une interview télévisée, Donald Trump a dit :

 « Ce que l’Europe a fait avec Draghi, c’est qu’ils forcent l’argent à entrer [dans l’économie] ; nous faisons l’inverse. Nous sortons l’argent [de l’économie] et nous augmentons les taux d’intérêts – c’est insensé. »

C’était en juin dernier. Depuis, la Fed a tourné les talons ; désormais, elle « force l’argent à entrer dans l’économie », tout comme la BCE. Au taux actuel, elle injectera environ 1 000 Mds$ sur les 12 prochains mois.

Rappelez-vous que M. Draghi a pris les commandes de la BCE en 2011, alors que de la fumée noire s’échappait du moteur grec, tandis que l’Italie et l’Espagne perdaient rapidement de l’altitude. La BBC nous dit ce qui s’est passé ensuite :

 « Mario Draghi est donc intervenu. Il s’agissait peut-être du moment le plus significatif de son mandat à la BCE. Lors d’un discours – hors de la Zone euro, à Londres – il a déclaré à son public et au monde financier : ‘sous notre mandat, la BCE est prête à faire tout ce qu’il faudra pour préserver l’euro. Et croyez-moi, ce sera suffisant’. »

La Grèce réfléchissait aux alternatives possible. Peut-être devrait-elle quitter l’euro. L’Italie et l’Espagne pouvaient suivre. Mario avait du pain sur la planche. Que fallait-il pour sauver l’euro ? Plus d’euros !

Comment repousser le jour du jugement

Telle était la politique crétine de quasiment tous les banquiers centraux de la planète. Dans les faits, tous ont réalisé qu’ils étaient tombés dans le piège « l’inflation ou la mort ».

Ils pouvaient soit admettre leurs erreurs et laisser les conséquences suivre leur cours. Ou ils pouvaient faire « tout ce qu’il faut » pour repousser l’échéance.

Draghi, dont le passage aux commandes de la banque centrale italienne avait été un succès retentissant pour l’économie du pays, était champion en la matière. Pour repousser le jour du jugement – depuis le jour où Draghi a pris son poste jusqu’à la fin de cette semaine –, il a fallu 3 000 Mds$ d’impression monétaire de la part de la BCE

Soit plus d’argent ajouté au bilan de la BCE (la manière dont cet argent est créé) que l’augmentation totale du PIB européen sur la même période.

En d’autres termes, chaque euro d’augmentation du PIB a vu la création d’un euro par Mario Draghi – et plus encore. Non seulement M. Draghi laissait des choses bizarres se produire, c’est lui qui faisait en sorte qu’elles se passent.

Une fausse prospérité

Faux ! False ! Falsch !

Peu importe la langue que l’on utilise, la description des politiques de Draghi – et leurs conséquences – commence par un F.

Pour commencer, elles n’ont pas produit de prospérité réelle. On peut le constater en observant le taux de croissance. Durant les huit années précédant la prise de pouvoir de Draghi, la croissance du PIB européen atteignait en moyenne un petit 1,2%. Durant les années Draghi, ce taux n’a pas bougé : 1,2%. En d’autres termes, les 3 000 Mds$ ajoutés à l’euro-économie n’ont rien acheté du tout.

Deuxièmement, l’afflux d’argent n’a pas non plus arrêté le cycle économique. Le secteur industriel allemand vient par exemple d’enregistrer son 10ème mois de déclin consécutif (l’Allemagne est la plus grosse économie d’Europe en termes de PIB).

Troisièmement, M. Draghi considérait que sa mission consistait à faire en sorte que les prix à la consommation grimpent de 2% par an. 2%, c’est le Graal de quasiment tous les économistes modernes ; moins de 2% est une menace pour la prospérité, pensent-ils.

Mario Draghi a prouvé par inadvertance que c’était n’importe quoi. Non seulement il n’a pas atteint son niveau d’inflation cible – l’IPC, l’indice des prix à la consommation, a chuté de 2% environ lorsque Draghi a pris le pouvoir à 1% actuellement – mais le PIB est resté le même. La baisse de l’inflation n’a pas entamé la croissance, en d’autres termes.

Toujours plus de sottises

Bien entendu, c’était évident dès le départ.

Les plus grandes périodes de croissance et de prospérité pour les Etats-Unis ont été marquées par un IPC faible ou en baisse. L’exemple le plus spectaculaire est aussi le plus récent : la période de boom (de 1980 à 2000) où l’inflation est passée de 14% à 3%, tandis que la croissance augmentait rapidement.

Mais ni les bizarreries commises par M. Draghi… ni les bizarreries qu’elles ont produites (baisse de la croissance, baisse de l’inflation, augmentation de la dette… dont 17 000 Mds$ ont des rendements négatifs – que diable, même la Grèce emprunte à des taux négatifs) n’ont appris quoi que ce soit aux banquiers centraux et aux politiciens – dont Mme Lagarde, notamment.

Les banques centrales sont en train de créer le contexte idéal pour le prochain effondrement ! Egon Von Greyerz: d’ici peu, les banques centrales vont paniquer et commencer à imprimer plus de monnaie que jamais

Les sottises continuent.

Juste avant que de quitter le siège de la BCE, M. Draghi a commis une ultime bizarrerie. Le mois dernier, il a réduit le taux directeur de la BCE à moins 0,5%… et a déclenché un nouveau programme d’assouplissement quantitatif à 20 Mds$ par mois.

A votre tour, Christine.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


bonnerBill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.
En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir dans en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.
Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

L’Or des Fous (Broché)


Prix habituel EUR 24,00
Neuf: EUR 24,00 EUR En stock
Used from: EUR 24,00 En stock
buy now

Guide de l’Investissement en Or et autres métaux précieux (Broché)


Prix habituel Price Not Listed
Neuf: 0 Non disponible
Used from: 0 En stock
buy now

L’effondrement du dollar et de l’euro et comment en profiter (Broché)


Prix habituel EUR 22,00
Neuf: EUR 22,00 EUR En stock
Used from: EUR 22,00 En stock
buy now

Guide d’investissement sur le marché de l’Or (Broché)


Prix habituel EUR 26,35
Neuf: EUR 26,35 EUR En stock
Used from: EUR 26,35 En stock
buy now

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Comment threads
0 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Kaifa QuaresmaPoujade51 Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Kaifa Quaresma
Invité

Je le crois aussi. La vie va pas être facile pour Chris wink

Poujade51
Invité
Poujade51

Ce n’est pas si bizarre que ça si k’on considère que sa véritable motivation était de sauver son pays : l’Italie! (même aux dépend de tous les autres)