Soulèvement des peuples: les inégalités entretiennent la crise

Depuis plusieurs mois on voit éclater un peu partout dans le monde des mouvements de contestation. Au Chili, au Liban, à Hong Kong ou encore en Haïti les peuples se révoltent contre le pouvoir en place. A travers des revendications parfois différentes mais souvent communes, les populations élèvent la voix pour une réduction des inégalités sociales.

Greyerz: “La plupart des gens ne réalisent pas l’ampleur de l’effondrement qui nous attend” Egon Von Greyerz: Les gens vont tout perdre et les conséquences seront dévastatrices

Source: france24

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
[AMAZONPRODUCTS asin= »2914569661,2865532321,2914569823,2297004788,2915401233″ partner_id= »busbb-21″ locale= »fr »]

3 commentaires

  1. Libéralisme ou collectivisme, même ignorance ou même déni de réalité.
    Les inégalités sociales n’ont pas d’autre histoire que celle de la relation économie-démographie. Et si nous ignorons cela, nous nous interdisons :
    — de les maîtriser
    — d’éradiquer la pauvreté profonde
    — ne nous réconcilier avec notre environnement.

    Richesse et pauvreté en tout, existent l’une par l’autre et sont relatives, comme elles l’ont toujours été. Par ailleurs, où que ce soit et sous tous les régimes politiques, un pauvre ne peut enfanter que des pauvres, comme un riche ne peut donner naissance qu’à des riches ; quels que soient les aléas heureux ou malheureux de l’existence de chacun par la suite.

    Les hasards de sa naissance insèrent chacun dans la pyramide sociale selon ses antécédents génétiques, sociaux et culturels, situation que la lutte des classes n’a jamais ni nulle part changé d’un iota, avec ou sans suppression de l’héritage. Une telle mesure ne conduirait d’ailleurs qu’à accroître la richesse collective autrement que par les voies habituelles que sont la confiscation pure et simple ou l’impôt, sans modifier le caractère incontournablement pyramidal de la richesse comme de la société, lequel refuse toute forme d’égalité.

    N’est-il pas par contre remarquable que nul expert en sciences humaines ait jamais dénoncé le fait que si l’enrichissement individuel comme collectif n’ont aucune limites autres que celles de l’ambition de ceux qui le convoitent et les ressources dont ils sont tirés, LA PAUVRETÉ A LA SIENNE, QUI EST LE NIVEAU ZÉRO DE LA RICHESSE ?

    C’est cette condition qu’il faut vaincre ; non par une archaïque lutte des classes qui en l’ignorant ne fait que l’aggraver depuis toujours, mais en “isolant” la pauvreté profonde du niveau zéro de la richesse.

    C’est la population qui créent par ses besoins l’économie et non le contraire, avec ses déséquilibre autant environnementaux que sociaux et sociétaux, lorsqu’elle prolifère.

  2. Le creusement des inégalités est une cause à laquelle il faudrait rajouter le déni de démocratie qui est devenue une electocratie …

    Tiens en France par exemple …
    On refile les clés du camion à une personne tous les 5 ans et il fait ce qu’il veut avec le camion sans avoir aucun compte à rendre.
    Pas de proportionnelle au parlement, pas de référendums …
    Un président élu avec à peine 25% des voix du peuple français …
    On voit où cela mène … et où cela va mener !

  3. Rien ne permet d’espérer que cette crise néolibérale se règle rapidement, bien au contraire.
    Aux pressions sociales vont s’ajouter les catastrophes climatiques à répétition, qui ne feront que dégrader les conditions sociales.
    Surtout, les Etats semblent incapables de trouver d’autres solutions que celles issues du bréviaire néolibéral.
    Certes, en Équateur ou au Liban, les manifestants ont obtenu satisfaction avec le retrait des projets contestés.
    Au Liban, une mesure redistributive, une taxe sur les bénéfices bancaires a même été accordée.
    Mais ces victoires sont fragiles et, comme on l’a vu, elles n’épuisent ni les problèmes sous-jacents, ni les revendications démocratiques.”
    Espérons que ces crises rencontrent des hommes/femmes providentiels qui seront l’écoute ou l’action des détresses en colère. C’est pas gagné, le diable avance à grand pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page