La France brade son blé, la Russie interdit l’exportation et se prépare à des pénuries alimentaires

Je vous disais vendredi que la France vendait son blé comme si de rien n’était.

Que nos amis céréaliers se rassurent, je ne plaide pas pour que l’on réquisitionne leur production sans la payer.

J’invite en revanche tout le monde à s’interroger sur ce qu’il se passe et la potentielle menace de pénurie qui pourrait arriver.

Il se pourrait donc qu’il soit pertinent d’interdire les exportations ou les limiter ou constituer des stocks importants en fonction de nos réserves, car il n’y a plus de réserves alimentaires publiques en France. C’est d’ailleurs un risque qui a été pointé par la patronne de la FNSEA au mois de mars… 2020.

« La France n’a pas de stocks alimentaires stratégiques », prévient Christiane Lambert, la patronne de la FNSEA

C’est dans ce contexte que la Russie mais aussi l’Ukraine ou le Kazakhstan viennent de décider de suspendre leurs exportations.

« La Russie, premier exportateur mondial de blé et l’un des principaux producteurs et exportateurs de céréales du monde, va suspendre ses exportations de blé, seigle, orge et maïs jusqu’au 1er juillet a annoncé dimanche le ministère russe de l’Agriculture.

Le pays, premier exportateur mondial de blé et l’un des principaux producteurs et exportateurs de céréales du monde, avait décidé début avril de limiter ses exportations de céréales à sept millions de tonnes jusqu’au 30 juin, s’attirant les critiques d’organisations multilatérales telles que la FAO, l’OMC et l’OMS, qui craignaient que ces restrictions par temps de pandémie ne créent des pénuries alimentaires.

Mais, dimanche, ces quotas avaient été « entièrement épuisés », a précisé le ministère dans un communiqué. Aussi, les exportations de céréales « seront suspendues jusqu’au 1er juillet 2020″, a-t-il souligné ».

Les grands producteurs vont garder pour eux leurs productions mais également se réserver le droit de vendre lorsque les cours seront plus hauts…

La Russie ne bradera pas ses réserves de blé en pleine pandémie.

Les impacts seront importants sur l’offre mondiale et donc sur les prix.

Il y aura une déflation sur beaucoup de choses non indispensables, néanmoins, nous semblons nous diriger vers un choc inflationniste alimentaire.

Pénurie progressive: Avertissement d’Auchan: Risque sur l’approvisionnement en produits frais ! L’alerte de l’ONU sur un monde menacé de pénurie alimentaire. Bruno le Maire vous avertira… ou pas !

Il y a donc urgence pour notre pays de constituer des stocks alimentaires et de contrôler nos productions et leurs exportations afin de ne pas nous trouver démunis lorsque les difficultés arriveront.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

22 commentaires

  1. c’est bien d’alerter sur le sujet ! que la russie arrête d’exporter montre sa grande inquiétude quand à l’avenir. La russie est responsable et bien dirigée ! surtout à savoir si les désordres économiques liés à la crise sanitaire ne vont pas aboutir à des conflits armés ?
    de notre côté on pourrait bien vivre une crise alimentaire qui viendrait se cumuler avec une crise sanitaire ! vive macron !

  2. Cette confusion est le moment idéal pour effacer les erreurs budgétaires des politiciens en tentant d’appauvrir les fourmis au détriment des cigales; une inversion complète des valeurs. Pourquoi un État qui possède le record des prélèvements de l’OCDE, donc de facto socialiste, a des résultats époustouflants de médiocrité ? Plus le temps passe, plus le coût économique deviendra intenable. Nous avons une certitude et une incertitude ; nombre inconnu de morts du coronavirus ou situation économique qui va s’aggraver de façon certaine.

  3. Avoir des réserves d’état est stratégique et ces imbéciles ne le comprennent toujours pas après le fiasco des masques. Il faut cependant nuancer car la France produit beaucoup plus que sa consommation de blé, elle est par contre devenue déficitaire dans beaucoup d’autres domaines… Si on restreint les exportations, est-ce que des pays dont nous avons besoin ne feront pas la même chose avec nous? C’est le piège de la dépendance à autrui…

  4. c’est juste impensable avec ce gouvernement on a vraiment le
    tiercé gagnant (ils ne comprennent vraiment rien à rien ces fumiers):

    les 4 Cavaliers de l’Apocalypse
    Cheval blanc (Conquête)
    Cheval rouge (Guerre)
    — Cheval noir (Famine) ——-
    — Cheval pâle (Mort/Épidémie) ——

  5. Le 3ème cavalier de l’apocalypse :
    – couleur du cheval : noir; symbolisme de la couleur : le manque;
    – attribut : balance; Activité explicite : augmentation du prix du blé et de l’orge;
    – symbolisme : famine.

  6. Petit cours amusant d’économie agricole:
    Le problème quand les gens se mettent à parler des marchés agricoles, c’est qu’ils n’y connaissent rien. Donc je vais vous expliquer comment ça fonctionne d’une façon simple et amusante et pas ésotérique « pour faire savant ».

    Imaginez que vous deviez faire face à vos besoins alimentaires en autosuffisance: Pour faire simple, disons que vous allez vous mettre au jardinage (on met de côté le pinard et les poulettes). Quelle surface avez-vous besoin ?

    Donc vous prévoyez à la louche les besoins de votre famille pour une durée d’un an mais comme vous n’êtes pas stupide, vous prévoyez de cultiver un peu plus grand que nécessaire. Et à la fin du cycle agricole, quand la nouvelle récolte arrive vous constatez que vous avez un stock sur les bras dont vous vous débarrassez d’une manière ou d’une autre: la jeter, la vendre, l’offrir, etc.
    Comme vos voisins font la même chose, ça finit par faire des quantités.
    Du coup, généralement vos ventes ressemblent plus à une braderie qu’à autre chose, et que dire du gaspillage alimentaire.
    Et brader tous les ans sa production, c’est sûrement mauvais pour vos finances.
    Evidemment si vous êtes beaucoup plus futé que vos voisins, vous pouvez produire des aliments qu’ils ne sont pas capables de faire, et vous vous en sortez.
    Ou bien vous êtes peut-être un as de la productivité et là encore, vous y gagnez.
    Mais avouez que tout le monde ne peut pas être le plus malin.
    Et bien, dans l’agriculture c’est comme ça: il n’y a que les années de crise que ça rapporte pour la majorité des producteurs. Le reste du temps, ils en chient. D’où les subventions à l’agriculture, ce qui permet de garder des agriculteurs qui produisent des excédents, excédents qui assurent la SECURITE alimentaire.
    Voilà.

    1. Pas convaincue ! Je suis une rurale dans le milieu agricole et je ne reconnais rien ici dans ce que vous dites qui ressemble plus à la bouillie verbale que nous servent les « écolosocialocitadins », oui, ECOLOSOCIALOCITADINS, ces gens qui nous prennent de haut mais qui s’avèrent être des INCAPABLES, des verrues de la société.

    2. On s’en branle des finances. Le système entier est à revoir, et prudence est mère de sûreté. Les gens ont voulu un système d’abondance avec pesticides et compagnie, alors que le système de subsistance est plus logique. Tout le monde la main à la patte, comme avant, et au diable le progrès technologique sans éthique ni partage. Et non à la fin de la saison (qui n’existe pas on peut cultiver toute l’année), on fait des bocaux pour manger par la suite avec le surplus, on donne aux voisins, à la famille si besoin. Vous nous parler d’agro industrie dont on s’en fiche complètement là, pas d’autosuffisance ou alors vous n’y connaissez rien. Va falloir faire un tour chez les autonomes et permaculteur, vous changerez de discours.

      1. Mes détracteurs sont des analphabètes économiques.
        S’il fallait que tout un chacun soit autosuffisant (délire écolo) il serait alors certain de deux choses: pénurie chronique, absence de progrès, donc famine généralisée donc guerre.
        Le bio ne peut exister que s’il y a une production conventionnelle à côté.
        Production mondiale de blé: 700 millions de tonnes. Si on passe au bion, production divisée par 2, soit un manque de 350 MILLIONS de TONNES.
        Rappelez-vous la petite pénurie de 2009: émeutes de la faim au Proche Orient (printemps arabes), en Afrique, en Amérique du sud et même en Asie.

        1. Euh ? La permaculture est plus productive que l’agriculture que vous défendez. Ca s’est prouvé. Vous balancer votre point de vu comme si c’était prouvé mais non ! Absence de progrès ? Mais vous délirez ? De quel progrès parlez vous ? le progrès des 50 dernières années ? On a plus d’eau propre sans traitement, plus de terre propre avec de la vie, plus d’air pur à l’état naturel ! Dans quel camps êtes vous ?

          1. La permaculture je connais un exemple, au lycée agricole près de chez moi. Ben, c’est pas beau à voir.
            Et puis la perma, pourquoi pas, mais sur des centaines de millions d’hectares, il vous faudra des milliards de bras.
            Je vois très bien, avec vos affirmations péremptoires et idéologiques, que vous n’y connaissez strictement rien.
            Notamment quand vous ne voyez pas le progrès depuis cinquante ans.
            Vous parlez de l’eau qui serait plus sale qu’il y a cinquante ans, non mais vous rigolez ou quoi ?
            Vous diabolisez la chimie. Soit, c’est votre droit. Vous prenez la pilule ? Et après vous pissez dans le réseau d’eau usées, il faut bien retraiter cette eau avant de la boire.

  7. Effectivement chez Carrefour ou l’on trouve uniquement et rien d’autre que de la farine d’origine …..Polonaise tout écris en Polonais, et rien d’autre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page