Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Peter Schiff: « Si l’Amérique devait rembourser la dette actuelle au rythme de 1000$ par seconde, il lui faudrait plus de 800 ans pour la rembourser ! »

Le 9 juin, la dette publique américaine a dépassé les 26 000 milliards de dollars. Il y a un peu plus d’un mois, la dette avait atteint les 25 000 milliards de dollars. Et 28 jours encore avant, la dette publique américaine n’était que de 24 000 milliards de dollars. Le déficit budgétaire du mois de mai s’est élevé à 398,8 milliards de dollars, poussant le déficit de l’exercice 2020 à 1880 milliards de dollars.

Et il semblerait que nous soyons dans un mécanisme sans fin dans le fait d’emprunter et de dépenser toujours plus. L’article suivant publié à l’origine sur FEE place le déficit dans un contexte historique inquiétant et nous explique pourquoi ce déficit a autant d’importance.

Même avant la crise sanitaire qui a ébranlé l’Amérique, nous nous dirigions vers un déficit de 1000 milliards de dollars supplémentaires. Très rapidement, 30 millions d’américains ont déposé des demandes d’allocation chômage, ceux qui avaient la chance d’avoir un emploi se sont organisés par le biais du télétravail et sinon, tous les autres devaient se fier aux conseils médicaux inefficaces des docteurs et des bureaucrates. Et tout ça, a eu lieu juste avant que l’officier Derek Chauvin ne tue George Floyd, provoquant ainsi des émeutes très proches de celles de 1968.

Bien sûr en 1968, le déficit n’était que de 25 milliards de dollars, et la dette fédérale était d’un peu moins de 350 milliards de dollars. Cela semble presque étrange d’évoquer ces chiffres-là, étant donné la falaise fiscale sur laquelle nous nous trouvons maintenant.

Quelle est la hauteur de cette falaise ? Les finances de Washington étaient déjà assez mauvaises avant le récent désastre sanitaire. Mais après une série d’aides financières historiques du gouvernement, le « Congressional Budget Office » prévoit un manque à gagner de près de 4 000 milliards de dollars pour 2020. Ceci, bien entendu, ne tient pas compte des éventuels paiements de relance supplémentaires d’ici la fin de l’année. Cela porte la dette publique américaine à plus de 26 000 milliards de dollars. Les chiffres sont devenus tellement gigantesques que presque personne, si ce ne sont les mathématiciens, capables de les comprendre. Si nous devions rembourser la dette au rythme de 1000$ par seconde, il faudrait plus de 800 ans pour la rembourser.

A défaut de l’Independence Day, c’est la journée du déficit.

Imaginez que le gouvernement ait reçu tout l’argent qu’il percevrait pour l’exercice en un seul versement le 1er janvier, puis qu’il ait commencé à dépenser à taux constant. L’argent s’épuiserait le jour du déficit. Chaque centime de dépenses fédérales est ensuite versé sur la carte de crédit du pays. Et cette année, le jour du déficit était devinez quand ? Eh bien le 21 juin, ce qui signifie que 193 jours de dépenses fédérales – plus de la moitié de l’année 2020 – ont été directement imputables à la dette du pays. Ce n’est pas une situation sans précédent, mais une situation très inconfortable. La dernière fois que le jour du déficit est tombé aussi tôt dans l’année, c’était en 1944.

Le jour du déficit 2020

Certains se posent encore la question aujourd’hui, de savoir ce qui se serait passé si le gouvernement n’avait pas décidé de mettre en place le confinement au niveau national. Tout ce que l’on peut remarquer, c’est qu’un tel confinement a mis le gouvernement fédéral dans une situation budgétaire sans précédent, comme lors de la seconde guerre mondiale. Il y a des raisons de soupçonner que le déficit de plusieurs milliers de milliards de dollars d’aujourd’hui deviendront la nouvelle norme. Pour preuve, il vous suffit de repenser au krach financier de 2008.

C’est une série compilées de journées de déficit sélectionnés par année. Les dates reflètent les chiffres officiels du déficit. En raison des règles comptables du gouvernement, les déficits réels des dernières années – mesurés par les variations de la dette fédérale – ont été supérieurs aux déficits officiels.

Avant le krach de 2008, le gouvernement fédéral dépensait environ 14% de plus que ce qu’il percevait en recettes fiscales chaque année, faisant en sorte que le jour du déficit n’arrive que vers la mi-novembre. De 2009 à 2019, ce nombre est passé à plus de 30%, avançant le jour du déficit en octobre. Cette année, le gouvernement est en passe de dépenser 110% de plus que ce qu’il collecte, ce qui nous donne notre premier jour du déficit en juin et ce pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale. Ces dépenses massives vont accélérer le bilan financier de notre gouvernement. Les économistes craignent depuis longtemps que la dette n’augmente au point que les paiements d’intérêts ne siphonnent une partie importante des recettes fiscales. La charge de la dette est devenue moins primordiale compte tenu des taux d’intérêt historiquement bas. Le plus préoccupant, c’est que cette gigantesque dette entraînera une perte de contrôle de la politique monétaire par la Fed.

La dette publique américaine représente actuellement plus de sept fois les revenus annuels du gouvernement fédéral. Pour rappel, les établissements de crédit préfèrent que les ménages aient un ratio dette/revenu inférieur à 35%.

Alors que les déficits de 1000 milliards de dollars commencent à s’accumuler, et que la réserve fédérale finance de plus en plus ces déficits par le biais d’assouplissement quantitatifs, nous finirons par obtenir de l’inflation. Et ensuite la réserve fédérale sera confrontée à un choix difficile. Elle pourra soit continuer à financer les emprunts fédéraux, laissant ainsi libre cours à l’inflation, soit augmenter les taux d’intérêt pour tenter de contenir l’inflation, augmentant ainsi les intérêts débiteurs sur la dette. Et à 26 000 milliards de dollars, chaque augmentation d’1% des taux d’intérêt ajoute environ 250 milliards de dollars en charges d’intérêts chaque année.

Réfléchissez à ce qu’il faudrait d’abord pour ramener le déficit à zéro, puis pour rembourser la dette. Si 2020 finit par être une aberration et que les dépenses fédérales reviennent aux niveaux d’avant 2020 en 2021,

Washington devrait geler les dépenses fédérales pendant près de d’une décennie pour parvenir à un budget équilibré. Et cela suppose que l’économie continue de croître à son rythme normal. Pour mémoire, les dépenses fédérales n’ont jamais été gelées depuis près de dix ans, nous sommes donc très probablement déjà dans le domaine de l’impossible politiquement parlant.

Egon Von Greyerz: « Esclavage de la dette + fausse monnaie = effondrement final » Egon Von Greyerz: « Les gouvernements sont en faillite, les dettes augmentent maintenant à un rythme exponentiel »

Si, par la suite, le Congrès limitait la croissance des dépenses au taux de croissance de l’économie, il faudrait cinquante ans pour rembourser la dette. Mais soyons honnêtes, il est impossible que les dépenses fédérales reviennent aux niveaux d’avant 2020 en 2021. Le gouvernement fédéral est en passe de dépenser 7 000 milliards de dollars cette année. Compte tenu de ce qui s’est passé après les plans de relance de 2008, ce robinet ne sera probablement jamais fermé. Même ainsi, si Washington pouvait geler ses dépenses à un niveau plus élevé pour les deux prochaines décennies, il faudrait que l’économie puisse croître suffisamment pour nous donner notre premier budget équilibré vers 2040. Si les politiciens limitaient alors la croissance des dépenses au taux de croissance de l’économie, nous pourrions réduire la dette fédérale à zéro d’ici un certain temps dans les années 2090.

Mais voilà où nous en sommes. A la fin, tout le monde, des présidents qui proposent des budgets aux Congrès qui les transmettent au peuple américain qui ces derniers exigent de recevoir toujours plus mais en payant moins – devient inadmissible. En fin de compte, nous avons la politique que nous méritons. Malheureusement, cela va de pair avec les conséquences économiques que nous méritons également, et je peux vous dire qu’elles seront épouvantables. Et cela arrivera bientôt, car la réserve fédérale n’a tout simplement plus d’options. Alors que la Fed déclare qu’il existe de plus en plus d’argent pour couvrir les dépenses débordantes de Washington, l’inflation va arriver très rapidement. Et personne ne pourra rien y faire, ça ira beaucoup trop vite et ce sera le grand effondrement.

« Joyeux jour de déficit à vous, les américains… »

Source: schiffgold

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

[AMAZONPRODUCTS asin= »2914569661,2865532321,2914569823,2297004788,2915401233″ partner_id= »busbb-21″ locale= »fr »]

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
beverly
beverly
4 mois plus tôt

C’est pour ça qu’il faut un reset en particulier pour eux

Alexis Alexis
4 mois plus tôt
2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x