Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Et maintenant, sommes-nous au bord d’un Armageddon financier mondial ?
 

Il y a un an, nous avions publié un article intitulé : « Où allons-nous désormais ? »

Dans ce document, nous avions envisagé que « les banques centrales étaient effectivement à court de munitions pour relancer l’économie ». Bien que cela ait certainement été vrai alors que la croissance économique mondiale commençait à avoir des ratés jusqu’à la fin de l’année 2019, les banques centrales n’étaient certainement pas à court de moyens pour renflouer les marchés financiers, ou même les entreprises.

Nous avons atteint de tels extrêmes dans l’ingérence des banques centrales et du gouvernement qu’il est désormais impossible de parler plus longtemps d’économie de marché. Beaucoup, et à tort, pointent du doigt la pandémie de coronavirus de tout ce qui arrive. Cependant, le Covid-19, n’était que le déclencheur d’une action désespérée de la part des banques centrales pour tenter de sauver un système financier déjà extrêmement fragile qu’elles ont elles-mêmes contribué à créer.

Et – rappelons-nous que nous sommes probablement dans une nouvelle crise financière mondiale depuis septembre 2019.

La GFC (Global Financial Crisis) crise financière 2007/2008 partie II

La nouvelle crise financière a commencé avec l’implosion des engagements de rachat ou autrement dit avec le marché interbancaire, le 16 septembre 2019. Le marché interbancaire a explosé en raison de l’effet de levier et du soutien constant de la banque centrale qui l’a rendu instable.

Les programmes d’assouplissement quantitatif des banques centrales ont modifié les bilans et l’activité du marché monétaire des banques d’une manière qui a encouragé la thésaurisation des bons du Trésor américain. Les fonds spéculatifs avaient également augmenté leurs positions à effet de levier en utilisant le marché interbancaire. L’environnement de taux d’intérêt très bas, également provoqué par les banques centrales, a contraint les fonds spéculatifs à utiliser des ratios d’endettement très élevés pour obtenir des rendements décents.

L’instabilité du marché interbancaire, combinée aux besoins de liquidités élevés des gouvernements étatiques et locaux, était une situation qui finirait par mal tourner. Un jour de septembre, les grandes banques ne se sont pas présentées pour prêter sur le marché interbancaire. Une crise de confiance et un déficit de liquidité drastique se sont immédiatement développés.

C’est la Fed qui a empêchée que cette crise n’engloutisse l’économie mondiale grâce à son programme d’urgence de prêts interbancaires.

Ce programme d’urgence avait déjà été utilisé pendant la crise financière mondiale (GFC), il y a dix ans.

Le cygne noir (économique)

Cette crise économique a été contenue, mais au début de l’année 2020, une menace plus grande est apparue avec la pandémie de coronavirus. Alors que les pandémies ne semblent pas être inconnues dans l’histoire humaine, pratiquement personne n’a été en mesure d’anticiper les effets dévastateurs du coronavirus, sachant que la plupart des économies à travers le monde ont été mises à l’arrêt. C’est la raison pour laquelle nous l’avons qualifié de cygne noir économique.

Lorsque les économies ont été mises à l’arrêt, la panique s’est répandue dans le système financier extrêmement endetté, les investisseurs ayant déjà anticipé une récession suite à cette pandémie. Une ruée sur des actifs très risqués et des positions financières avec d’énormes effets de levier a surgi. Le fait d’aller vers ce genre d’actifs très risqués, a été constamment favorisé par les principales grandes banques centrales depuis 2009, mais s’est brusquement inversé avec des conséquences dévastatrices.

Les marchés financiers ont été poussés à la limite. La liquidité s’est évaporée et des signaux de panique sont apparus. Nous n’avons jamais aussi proche d’une crise financière que depuis mi-mars 2020. A ce moment là, le système financier était au bord de l’effondrement.

Les banques centrales et les gouvernements, une fois de plus, ont couru à la rescousse non seulement des marchés financiers, mais aussi de l’économie réelle. La période de 12 ans d’ingérence constante des banques centrales a atteint son apogée lorsque la Fed est intervenue pour soutenir les marchés du Trésor, les marchés des obligations d’entreprises et des obligations municipales ainsi que le marché monétaire court terme. En outre, les gouvernements ont publié des plans de relance de plusieurs milliers milliards de dollars. Des actions désespérées similaires ont été observées à travers le monde. L’ère de la folie monétaire et keynésienne a été poussée à des extrêmes encore jamais observés. Rien ne le montre probablement mieux que le financement socialiste de l’économie réelle chinoise, qui a commencé à se mettre sur orbite en mars 2020.

Ce monde financier invraisemblable se dirige vers l’Armagedon

Selon l’OCDE, l’activité économique réelle s’est effondrée au cours du premier semestre 2020. Le PIB réel a baissé de 9,5% aux Etats-Unis et de 12% dans la zone euro d’un mois à l’autre, au deuxième trimestre, après des baisses de 1,3% et 3,6% au premier trimestre. Les indicateurs avancés de l’OCDE montrent (voir graphique 2) qu’en dépit de mesures massives de relance, nous étions encore bien en deçà des niveaux d’expansion de juillet. L’impact économique a été énorme.

De nombreux observateurs n’admettent pas le fait que la pandémie ait frappé un système financier extrêmement endetté et qui était déjà en crise. La Fed a apporté son soutien aux marchés interbancaires et la production économique était en baisse (dans la zone euro) ou en ralentissement important (aux Etas-Unis). Le secteur bancaire européen était fragile et incapable de faire face à des chocs économiques plus importants.

Greyerz: “Les banques centrales n’ont pas perdu le contrôle – elles ne l’ont jamais eu !” Etats-Unis: Un Tsunami de défauts de paiement et d’expulsions se profile à l’horizon ! Une Gigantesque Crise Financière bien Pire que 2008 arrive…

Maintenant, nous avons des marchés boursiers qui se sont littéralement décorrélés de l’activité économique réelle à un dniveau sans précédent et un secteur bancaire européen moribond pratiquement voué à l’effondrement. Le soutien et les renflouements constants des banques centrales depuis la dernière crise financière de 2009 nous ont poussés au bord de l’Armageddon financier, initié cette fois par l’implosion des prêts interbancaires et la pandémie de coronavirus.

Quand le tsunami financier se mettra vraiment en marche, comme il le fera très probablement bientôt, ne blâmez pas le virus, mais blâmez à la place tous ces banquiers centraux irresponsables!

Source: zerohedge

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Clint
Clint
1 mois plus tôt

Nous sommes dans le couloir de la mort,
sauf ceux qui ont pas mal d’or physique…

julien le vendéen
1 mois plus tôt

Le probleme est le nouvel ordre mondial et que les Rotschild detiennent 163 banques dont une majorité des banques centrales!

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x