Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Europe: Mise en place d’un mécanisme de contrôle des investissements étrangers !

L’Union Européenne vient de se doter d’un mécanisme de contrôle des investissements étrangers et sera pleinement opérationnel à partir de ce jour lundi.

Selon ce texte, ce n’est pas la Commission qui aura la possibilité de bloquer un investissement mais les Etats membres.

Comme le rapporte l’AFP « en 2016, Berlin et Bruxelles n’avaient pu que constater, impuissants, le transfert de technologies « made in Germany » lors de la reprise du fabricant allemand de machines-outils Kuka par le géant chinois de l’électroménager Midea, pour 4,6 milliards d’euros. L’intelligence artificielle, la robotique, les nanotechnologies ou encore les télécommunications font partie des secteurs susceptibles d’être concernés par ce dispositif ».

Vous remarquerez que le protectionnisme ou en tout cas une forme légère de protection devient possible en Europe, dès que l’Allemagne se fait piller et racheter.

Là, nos amis allemands trouvent tout de suite le libre échange nettement moins sympathique.

A noter d’ailleurs que si des pays comme la France ont été ruinés avant l’Allemagne car nous avions une industrie moins haut de gamme, la montée de gamme des Chinois menace désormais directement la puissance industrielle allemande, ce qui est une bonne nouvelle pour nous, puisque cela va infléchir (enfin) la politique allemande d’ouverture tout azimuts des frontières.

Autre élément, ce texte permet aussi à la Commission « d’émettre des avis lorsqu’un investissement constitue une menace pour la sécurité ou l’ordre public de plus d’un État membre », ou qu’il compromet « un projet ou un programme d’intérêt pour l’ensemble de l’UE, comme Horizon 2020 ou Galileo ».

« L’UE est et restera ouverte aux investissements étrangers. Mais cette ouverture n’est pas inconditionnelle », a commenté le vice-président de l’exécutif européen, Valdis Dombrovskis.

Ce n’est pas encore à la hauteur du problème ni des enjeux, mais c’est un début.

L’élite européenne est désespérée… La chute de l’UE et de l’euro est inévitable ! Une Europe en faillite !

Un début timide, mais un début tout de même.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x