USA : Le tsunami de faillites commence : des milliers d’avis de défaut de paiement refont surfaces… De très fortes tensions se profilent !

Il y a deux semaines, en montrant l’étrange corrélation entre les défauts de paiement et les taux de chômage, nous avons prédit que le nombre de dossiers du chapitre 11 qui est sur le point d’inonder les États-Unis sera tout simplement hors norme.

Tout ce qui manquait était un catalyseur… et selon Bloomberg, ce catalyseur est arrivé au cours de la semaine dernière, alors que les propriétaires de commerces de détail ont envoyé des milliers d’avis de défaut de paiements aux locataires, qui à leur tour ont connu un effondrement du trafic piétonnier, des ventes et des flux de trésorerie en raison de la pandémie de COVID-19, et sont tout simplement incapables de payer leurs dettes.

Selon Bloomberg, les restaurants, les grands magasins, les marchands de vêtements et les chaînes spécialisées ont reçu des avis de propriétaires – dont certains ont passé jusqu’à trois mois sans percevoir de loyer.

« Les lettres de défaut de paiements des propriétaires s’envolent », a déclaré Andy Graiser, co-président de la société immobilière commerciale A&G Real Estate Partners. « Cela crée une véritable peur sur le marché. »

La pression exercée par les avis de défauts de paiements et les actions de suivi telles que la fermeture de magasins ou la résiliation de baux a été citée dans les faillites de Modell’s Sporting Goods et Stage Stores Inc. De nombreuses chaînes ont cessé de payer le loyer après que la pandémie a fermé la plupart des magasins américains, arguant qu’elles pourraient conserver de l’argent avant que les propriétaires ne demandent le paiement.

Les enjeux sont énormes et les propriétaires en souffrent aussi. Un loyer estimé à 7,4 milliards de dollars pour avril n’a pas été payé, soit environ 45% de ce qui est dû, selon une analyse récente du groupe CoStar, qui a également révélé que seulement un quart des paiements de loyer attendus ont été reçus par les propriétaires.

« Si les propriétaires ne font pas une pause dans leurs actions, vous allez voir bien plus de faillites. »

La question est alors de savoir qui renflouera les propriétaires et si leurs créanciers seront tout aussi généreux en acceptant l’abstention.

Cela dit, la réception d’un avis de défaut de paiement ne signifie pas nécessairement qu’un commerçant sera licencié de sitôt, d’autant plus qu’il n’y a personne en file d’attente pour l’immobilier : certains propriétaires envoient simplement des lettres pour préserver leurs droits légaux tout en discutant de la situation avec locataires, et d’assurer leur place en tant que créancier garant une fois que le tsunami par défaut commence sérieusement.

L’une de ces sociétés, Simon Property Group Inc., affirme être en négociations actives avec les commerçants de ses centres commerciaux et tenir compte de la situation financière de leurs locataires. « En fin de compte, nous avons un contrat et nous nous attendons à être payés », a déclaré le PDG David Simon lors de l’appel aux résultats de la société le 11 mai.

« Les propriétaires ont un contrat légal », a déclaré Vince Tibone, analyste principal de Green Street Advisors. « Cependant, d’un point de vue pratique, beaucoup de ces détaillants sont au bord de la faillite et ne peuvent tout simplement pas payer pour le moment. »

Cependant, comme indiqué ci-dessus, les propriétaires sont bien entendu toujours aux prises avec leurs propres factures, y compris les dettes bancaires qu’ils sont censés payer. Jeudi, nous avons signalé que les centres commerciaux américains traversaient une crise qui a commencé en janvier alors que les vacances atteignaient un niveau record.

Et plus tôt vendredi, nous avons signalé que les détaillants américains ont représenté la majeure partie des défauts de paiement au cours des deux derniers mois, car ils ont été contraints de fermer temporairement des magasins pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Les détaillants Neiman Marcus Group, J.Crew et JC Penney ont déjà déposé une demande de mise en faillite (chapitre 11) ce mois-ci aux États-Unis. Mais la véritable vague de faillites était en veille pendant la période de grâce tacite liée au covid et juste avant que les avis de défaut de paiement commencent à être se multiplier.

Les lettres ont commencé à arriver en mars et début avril, « mais le taux de ces avis a sensiblement augmenté fin avril et début mai », a déclaré Stage Stores. Certains propriétaires ont commencé à verrouiller l’entreprise « et ont menacé d’expulser les débiteurs et de disposer de l’inventaire en magasin ». La société a également déclaré que « répondre et gérer ces avis de défaut et les litiges connexes en dehors du chapitre 11 aurait été une tâche extrêmement difficile ».

« Ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup d’investisseurs qui cherchaient à acheter des détaillants qui font la démarche de s’inscrire au chapitre 11 », a déclaré Grasier, ajoutant que « les propriétaires et les détaillants doivent vraiment se réunir et se rendre compte qu’ils traversent la même galère. »

Certains propriétaires l’obtiennent, selon Tom Mullaney, directeur général de la restructuration de la société de services immobiliers Jones Lang LaSalle. Les détaillants qu’il représente reçoivent des lettres de défaut de paiement qui sont compréhensives et sympathiques ; d’autres propriétaires en revanche, adoptent un ton plus agressif.

Ce qui est plus intéressant, c’est l’action, ou l’absence d’action, par les propriétaires par la suite, a déclaré Mullaney. « Dans de nombreux cas, les lettres envoyées ne font pas l’objet d’un suivi », a-t-il déclaré – les propriétaires préservent simplement leurs droits légaux. Peut-être qu’ils n’ont tout simplement pas les fonds pour engager des avocats ?

D’autres, quant à eux, ne font que se faire justice eux-mêmes : certains propriétaires ont perdu patience et ont mis en ultimatum à ses clients de Mullaney. « L’environnement devient assez difficile et émotionnel pour les deux antagonistes », a-t-il déclaré. « La seule chose pire que d’être un détaillant en ce moment, c’est d’être un propriétaire de commerce de détail. »

Source: zerohedge

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Apres la baisse technique du cours de l’or ces deux derniers mois, nous sommes à des niveaux de prix très faibles vu la situation Economique catastrophique ( Des déficits d’états historiques, une impression monétaire devenue incontrôlable… l’inflation arrive et la dépréciation des monnaies va ruiner les épargnants… Une appréciation importante des cours de l’or et de l’argent se profile.

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or », ou directement par mail: [email protected]. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

Relayez-nous et suivez-nous au travers de nos différents réseaux sociaux ci-dessous:

Page Facebook: https://www.facebook.com/BusinessBourse-BB-348812011910
Twitter: https://twitter.com/BusinessBourse
Telegram: https://t.me/BusinessBourse_BB
Linkedin: https://www.linkedin.com/in/business-bourse-5a663944/
gettr: https://gettr.com/user/businessbourse/

Retour au standard or
L'or, un placement d'avenir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Histoire de l'argent
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Une économie au pur standard Or
Retour au standard or
L'or, un placement d'avenir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Histoire de l'argent
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Une économie au pur standard Or
21,00 EUR
15,00 EUR
45,41 EUR
25,00 EUR
25,00 EUR
24,00 EUR
Retour au standard or
Retour au standard or
21,00 EUR
L'or, un placement d'avenir
L'or, un placement d'avenir
15,00 EUR
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
45,41 EUR
Histoire de l'argent
Histoire de l'argent
25,00 EUR
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
25,00 EUR
Une économie au pur standard Or
Une économie au pur standard Or
24,00 EUR

Un commentaire

  1. On ne va pleurer sur des gens qui usent et certains abusent de l’usure depuis très longtemps ! certains qui vivent des fruits du labeur de leurs anciens perçoivent des montants sans jamais avoir ne serait ce que travailler de leur vie ! & il faudrait pleurer sur tous ces gens !
    Pour les autres qui se sont endetés pour percevoir une rentabilité, il aurait aussi fallu faire d’un peu plus de prudence ! Dans un plan de financement, mon vieux prof de gestion nous répétait tout le temps qu’entre 2 hypothèses, le principe de prudence devait s’imposer et nous disait : basez vous sur les chiffres et les situations les moins favorables, ainsi vous n’aurez pas de mauvaise surprise : Visiblement beaucoup ne respecte pas ces préceptes de BSP ( bon sens paysans) ! Hé bien tans pis : ils tomberont : c’est triste à dire mais c’est comme ça qu’on apprend dans la vie ! Pourquoi les aider eux plus que les autres????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page