6.1 C
Munich
mardi, mars 5, 2024

Egon Von Greyerz: « L’or est sur le point d’être réévalué de plusieurs milliers de dollars de plus ! »

NOS SOLUTIONS

La santé de l’économie mondiale est clairement liée à la santé des dirigeants mondiaux. La question se pose donc de savoir si des dirigeants en mauvaise santé créent une économie malade ou si une économie en difficulté crée des dirigeants malades.

Peu importe, puisque l’économie du monde occidental n’a jamais été aussi proche de la phase terminale et que sa population ne cesse de se dégrader.

Et les dirigeants occidentaux affaiblis se concentrent sur des questions politiques périphériques, qu’il s’agisse du climat, de l’ESG, des vaccins Covid, de l’égalité des sexes et d’autres sujets d’actualité.

Il n’y a rien de nouveau là-dedans. Déplacer les transats sur le pont d’un navire économique à la dérive semble clairement avoir plus de sens aux yeux des malheureux dirigeants que d’empêcher ce navire de couler.Gargantua, dans l’image ci-dessus, illustre la gourmandise, l’avidité et un monde complaisant. Mais il n’est pas nécessaire de lire un conte vieux de 500 ans, écrit par l’auteur français Rabelais, pour étudier les vices de l’humanité.

La santé d’une nation se reflète clairement dans celle de ses dirigeants.

Les récents dirigeants en matière de santé aux États-Unis, en Belgique, au Canada et en Grande-Bretagne ne donnent certainement pas le signal d’un « mens sana in corpore sano » (« un esprit sain dans un corps sain »), comme l’écrivait le poète romain Juvénal il y a 2000 ans.Ou comme l’a dit le philosophe grec Thalès il y a 2600 ans : « Quel est l’homme heureux ? Celui dont le corps est sain, l’esprit cultivé, la nature docile. »

Il faut aussi se demander si la mauvaise santé du système financier mondial est liée au choix du directeur de la Banque des règlements internationaux (BRI, la banque centrale des banques centrales).Le dernier rapport trimestriel de la BRI fait référence au marché opaque des produits dérivés hors bilan. Je reste d’avis que le total des produits dérivés, y compris le marché parallèle, pourrait facilement s’élever à 2-3 quadrillions $. Une dette de 2 quadrillions $ reposant de manière précaire sur 2 000 milliards $ d’or.Il semble bien que Gargantua ait été un modèle pour bon nombre de ces dirigeants. Mais un mode de vie malsain n’est pas l’apanage des dirigeants. Il y a 50 ans, seuls 10% des adultes américains étaient obèses, contre 45% aujourd’hui. La tendance est donc claire : dans les dix prochaines années, plus de 50% de la population américaine sera obèse. L’Europe occidentale suivra bien sûr l’exemple des États-Unis, comme toujours.

Pourquoi donc parler d’obésité dans une lettre d’information financière ? Parce que l’obésité est le fruit de la complaisance et de la cupidité qui caractérisent l’état actuel de l’économie occidentale.

Comme je l’ai dit à maintes reprises, nous arrivons à la fin d’un cycle économique et culturel majeur.

Seuls les historiens du futur sauront s’il s’agit d’un cycle de 100, 300 ou 2000 ans. Si je me risquais à deviner, il pourrait s’agir d’un cycle très long, de l’ordre de 2000 ans.

Il existe de nombreuses similitudes avec la fin de l’Empire romain, comme les dettes, les déficits, les impôts, la décadence, l’autosatisfaction, la vanité, etc.

Les empires ne disparaissent pas du jour au lendemain. C’est un processus de longue haleine. Si nous devions choisir une date de début du déclin de l’actuel empire occidental, dominé par les États-Unis, ce serait probablement la création de la Fed en 1913. Cette banque centrale privée a permis aux banquiers et aux industriels de contrôler le système. Comme le disait Mayer Amschel Rothschild à la fin des années 1700 : « Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et jen’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ».

Après la Première Guerre mondiale, les États-Unis se sont imposés comme une grande puissance économique, alors que le continent européen souffrait des conséquences de la guerre. Malgré des performances économiques supérieures, les États-Unis ont commencé à accumuler des déficits budgétaires dès le début des années 1930. Et depuis lors, l’achat des votes des citoyens a été l’objectif numéro un plutôt qu’un budget équilibré.

Jusqu’à présent, au cours des 110 dernières années, moins de 10 années ont été marquées par un excédent réel aux États-Unis. Comme je le souligne souvent, les années Clinton ont produit de faux excédents puisque la dette a continué à augmenter. Mais plus ça change – plus c’est pareil.

Depuis qu’il existe une forme quelconque de monnaie, les gouvernements ont toujours trouvé le moyen d’en détruire la valeur.

La monnaie peut être dévalorisée de nombreuses façons, par exemple en réduisant la quantité d’or ou d’argent contenue dans une pièce ou en utilisant un métal moins cher. Le papier-monnaie est manifestement l’outil idéal des gouvernements corrompus. C’est la « méthode du claquement de doigts », comme l’a expliqué un banquier central suédois lorsqu’on lui a demandé comment l’argent était créé. Il suffit de claquer des doigts pour que l’argent arrive. Ou, comme l’appelle mon collègue Matt Piepenburg, « l’argent par clic de souris ».

L’empire de la dette et de la médiocrité

En traversant la Corse cet été, je me suis retrouvé au cœur de l’histoire, une histoire qui a été bien plus glorieuse que l’actuel empire de la dette et de la médiocrité.

La Corse a été gouvernée par la République de Gênes de 1284 à 1768, date à laquelle elle a été cédée à la France. Napoléon, issu d’une famille noble italienne, est né en Corse en 1769, un an après que l’île soit devenue française. Ainsi, à un an près, l’histoire aurait pu être très différente si Napoléon avait été un général et un dirigeant italien.

Napoléon n’est pas le seul Corse célèbre : Christophe Colomb est né en Corse trois siècles plus tôt et est devenu célèbre pour avoir ouvert la voie à la colonisation des Amériques lorsqu’il a traversé l’Atlantique en 1492, croyant atteindre l’Asie.

Malheureusement, ces périodes glorieuses de l’histoire sont révolues depuis longtemps. Aujourd’hui, il n’y a plus de héros et peu d’hommes d’État ou d’explorateurs qui marquent l’histoire.

Aucun des « glorieux dirigeants » actuels ne sera retenu par l’histoire, qu’il s’agisse de Biden, Sunak, Macron, Scholz ou Meloni.

Malheureusement, le monde dispose d’une équipe hétéroclite d’apprentis hommes d’État qui seront oubliés le jour où ils auront quitté leurs fonctions.

Mais ils auront tous laissé un héritage mémorable : une dette de 340 000 milliards $, plus les produits dérivés et un système bancaire parallèle d’au moins 2 quadrillions $.

C’est sur cette dette et sur les dépenses déficitaires irresponsables que les dirigeants devraient se concentrer s’ils veulent guérir leurs économies.

Cependant, personne n’a le courage de mettre un frein aux dépenses déficitaires illimitées. Car acheter les faveurs et les votes des citoyens est le seul moyen de s’accrocher au pouvoir.

La suite des événements est donc évidente :

Davantage de déficits et une dette qui s’envole

Comme le montre le graphique ci-dessous, la dette américaine atteindra au moins 40 000 milliards $ au début de la prochaine période présidentielle. Je l’avais déjà prévu il y a 7 ans lorsque Trump a été élu président. Pas besoin d’être un génie, il s’agit simplement d’extrapoler purement et simplement de la tendance. En moyenne, la dette américaine a doublé tous les 8 ans :Mais une dette de 40 000 milliards $ d’ici à 2025 n’est qu’un début. Il suffit de regarder le graphique suivant.

Si l’on extrapole le doublement de la dette tous les huit ans, ce qui s’est avéré exact jusqu’à présent, la dette s’élèvera à 100 000 milliards $ en 2036.

Le cycle des taux d’intérêt continuant à augmenter, nous atteindrons au minimum 10% en 2036. Personnellement, je pense que ce chiffre peut être bien plus élevé.

Toujours à 10% sur une dette de 100 000 milliards $, le seul coût des intérêts s’élèvera à 10 000 milliards $, contre 1 000 milliards $ actuellement.

Je serais surpris que le déficit budgétaire en 2036 soit inférieur à 10 000 milliards $ !

Voilà, la voie de la perdition semble toute tracée pour les États-Unis.

On pourrait dire qu’il ne s’agit que de spéculations. Bien sûr, c’est le cas, mais je ne fais qu’extrapoler des tendances historiques. Si vous les ignorez, ce sera à vos risques et périls.

Hausse des taux d’intérêt et de l’inflation, effondrement des marchés obligataires

Les taux d’intérêt ont atteint leur plus haut en 1981, avec un taux de 16% pour les bons du Trésor à 10 ans. Le creux du cycle a été atteint en 2020, à 0,5%. Les taux sont maintenant en hausse pour probablement des décennies, mais avec la volatilité violente habituelle.

L’inflation à long terme vient d’entamer une tendance à la hausse. Personne ne doit se laisser abuser par la correction temporaire de la tendance à la hausse.

La hausse des prix des produits de base, en particulier du pétrole

Comme les rendements des forages ont atteint leur maximum, le monde a connu le pic pétrolier. Si l’on ajoute à cela l’augmentation des coûts de production de l’énergie, dont j’ai parlé dans des articles précédents, nous avons la recette pour la tempête énergétique parfaite.

Baisse des prix des actifs

La « bulle du tout » va maintenant se transformer en « effondrement du tout », comme je l’ai indiqué dans mes articles précédents.

Hausse du prix de l’or

L’or continue de se déplacer de l’Ouest vers l’Est, le métal jaune devenant un actif clé dans les réserves des banques centrales au détriment du dollar. Nous nous dirigeons vers une remise à zéro désordonnée, avec une réévaluation de l’or par des multiples. La demande d’or augmentera considérablement. Comme la production d’or ne peut être accélérée, une hausse de la demande ne peut être satisfaite que par une croissance des prix, et non par une consommation accrue d’or.

Il ne s’agit pas d’avoir raison, mais de ne pas avoir tort

Comme je le mentionne régulièrement, les prévisions sont un jeu de dupes. Il est donc facile de critiquer mes prévisions. Toutefois, personne ne devrait se demander si elles sont inexactes.

Au contraire, tout le monde devrait s’attarder sur l’énorme nuage de risques qui plane actuellement sur le monde. Et je n’ai même pas parlé des risques géopolitiques.

L’essentiel est de se protéger, de protéger sa famille et ses investisseurs.

La préservation du patrimoine est absolument essentielle et l’or physique est historiquement l’un des meilleurs investissements pour protéger ses actifs.

Tout le monde sera perdant dans les années à venir. Ceux qui perdront le moins seront les gagnants.

Source: or.fr

À l’attention des lecteurs de BusinessBourse

Or.fr offre une solution unique et optimale pour préserver son patrimoine via la détention de métaux précieux :

✓ Or et argent physique (lingots et pièces d’investissement)
✓ Stockage sécurisé hors du système bancaire
✓ Détention directe (sans intermédiaire)
✓ Titres de propriété en nom propre
✓ Accès direct et personnel aux coffres de stockage
✓ Assurance des métaux précieux
✓ Rachat immédiat des produits
✓ Service de livraison

➠ Pour investir dans l’or et l’argent, visitez Or.fr ou contactez le service client au 01 84 88 40 84

Relayez-nous et suivez-nous au travers de nos différents réseaux sociaux ci-dessous:

Page Facebook: https://www.facebook.com/BusinessBourse-BB-348812011910
Twitter: https://twitter.com/BusinessBourse
Telegram: https://t.me/BusinessBourse_BB
Linkedin: https://www.linkedin.com/in/business-bourse-5a663944/
gettr: https://gettr.com/user/businessbourse/

Le tableau n'a pas pu être affiché.

A LA UNE

2 Commentaires

  1. Amusante la comparaison des dirigeants obèses !
    Egon a raison et maintenant ça devient chaud bouillant.

    Regardez les attaques monstrueuses contre les cours de l’Or et de l’Argent depuis une semaine,
    regardez notamment la mèche incroyable sur les cours de l’Argent vendredi 29 : une hausse de 4,3% suivie d’une baisse avec une amplitude totale de 6,56%.
    J’en conclue que les gnomes de Londres et de Nouillork ont une trouille bleue que les métaux précieux s’envolent et dévaluent de ce fait la monnaie fiat.
    ….. sinon comment expliquer des cours pareils alors que les banques centrales, tout autour du monde (sauf en oxydent) achètent au maximum.
    On a vu aussi une divergence importante apparaître entre les cours Londres/NY et ceux de Shanghaï.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥