6.1 C
Munich
mardi, mars 5, 2024

PASSEPORTS CARBONES : « Le WEF a vraiment l’intention de limiter vos DEPLACEMENTS…Des projets sociétaux qui vont nous pousser au COMMUNISME et au crédit social !!! »

NOS SOLUTIONS

« Les experts suggèrent » que votre niveau de vie soit réduit de plus de 85 % « .
Un rapport sur l’avenir du voyage et du tourisme, co-écrit par une agence de voyages dont le nom est « Intrepid Travel » et « The Future Labs Institute », anticipent un avenir profondément impacté par le changement climatique et les restrictions sur les voyages touristiques, seulement pour le combattre.

« Un avenir durable pour les voyages » met en garde contre « l’extinction des voyages », où certaines régions subissent un changement climatique si radical que l’impact sur les voyages pourrait avoir de très graves conséquences, et « des quotas de carbone personnels » pourraient limiter drastiquement la fréquence à laquelle on est autorisé à voyager.

« Passeports carbone »
Une limite individuelle d’émissions de carbone deviendra la nouvelle norme. Les politiques vont transformer les valeurs de libertés des gens et conduira inévitablement vers une ère de grands bouleversements.

Comme le démontre l’essor du tourisme à l’échelle mondiale, la fréquence à laquelle nous pouvons voyager sera à nouveau limitée.

Si la conscience et le budget le permettent, on se sent libre de monter dans l’avion d’un endroit à l’autre. Mais cela va changer. « Sur notre trajectoire actuelle, nous pouvons nous attendre à un recul de la fréquence à laquelle les individus peuvent voyager, avec des passeports carbones qui devraient changer le paysage touristique », déclare Raymond [Martin Raymond, co-fondateur de « Future Laboratories »].

Les quotas de carbone personnels pourraient contribuer à réduire les émissions de carbone et à réduire l’empreinte globale des voyages.

Ces quotas se manifesteront sous la forme de passeports qui obligeront les gens à rationner leur carbone conformément au budget carbone mondial, qui s’élève à 750 milliards de tonnes jusqu’en 2050.

D’ici 2040, nous pouvons nous attendre à voir des limites imposées au nombre de voyages autorisés chaque année.

Les experts suggèrent que les individus devraient actuellement limiter leurs émissions de carbone à 2,3 tonnes par an – l’équivalent d’un aller-retour de Rio de Janeiro, au Brésil, à Riyad, en Arabie Saoudite. Cependant, l’empreinte carbone moyenne aux États-Unis est de 16 tonnes par personne et par an, de 15 tonnes en Australie et de 11,7 tonnes au Royaume-Uni. Cela contraste fortement avec ce à quoi nous pourrions nous retrouver à l’avenir, avec les voyageurs de 2040 contraints de renoncer aux expériences d’expansion des horizons si volontiers adoptées par les touristes d’aujourd’hui.

À toutes fins pratiques, vos émissions de carbone correspondront à votre consommation d’énergie, à une fourchette d’efficacité relativement étroite.

Votre niveau de vie dépendra de votre consommation d’énergie. Réduire la consommation d’énergie d’une société équivaut à réduire son niveau de vie.

Dans cet esprit, regardons les chiffres cités dans le rapport « Sustainable Future for Travel »:
« Les experts suggèrent que les individus devraient actuellement limiter leurs émissions de carbone à 2,3 tonnes par an. »

Le tableau ci-dessous indique exactement de combien le niveau de vie des résidents de chaque pays devra être réduit pour atteindre le quota carbone recommandé par des experts non élus. C’est le niveau de « décroissance » qu’il faudra pour satisfaire les objectifs des alarmistes climatiques qui s’appuient sur des prémisses infalsifiables, des modèles informatiques arbitraires et qui ignorent et suppriment délibérément les données compensatoires.

Dans quelle mesure nos dirigeants et décideurs politiques sont-ils sérieux quant à la réduction du niveau de vie des citoyens de plus de 85 % ?

Voici le ministre canadien de l’Environnement, Steven Guilbeault, qui confirme allègrement que le gouvernement limitera l’utilisation du gaz naturel afin de lutter contre les changements climatiques :

Journaliste : La quantité de gaz naturel que vous pourrez utiliser en hiver sera-t-elle limitée ?

Guilbeault : Oui, tout à fait, c’est à cela que ressemble la lutte contre les changements climatiques.

Pourquoi parlons-nous de passeports carbones dans la section sur les monnaies numériques des banques centrales ?

Parce que nous pensons que les CBDC se lanceront invariablement sous la forme de quotas personnels d’empreinte carbone, ou se transformeront en quotas individuels.

À l’heure actuelle, ce que nous appelons « le système de monnaie fiduciaire » utilise la dette contre de l’argent. Cela n’est plus durable, nous nous attendons donc à une tentative de faire passer ce que nous identifions vaguement comme « l’argent », des jetons symboliques adossés à la dette, à des scores de crédit social, soutenus par des quotas personnels d’empreinte carbone.

S’étendant sur ce thème, il y a probablement un autre rapport de « Future Labs » sur le « néo-collectivisme », qui peut nous donner une idée de la façon dont les décideurs politiques du stade avancé du mondialisme chercheront à devancer les marchés libres et les droits de l’homme universels avec un « nous sommes tous dans le même bateau » rechape ce qui est essentiellement le communisme :

« La société est confrontée à une réorganisation massive. Unis par les valeurs d’empathie et de communauté, les consommateurs évitent l’individualisme en faveur d’alliances qui décentralisent les industries et redistribuent le pouvoir à grande échelle. »

« LSN Global and Future Laboratories » ressemble à un aspirant du Forum économique mondial. Beaucoup de pronoms sur la page « Équipe », et s’appuyant fortement sur cet euphémisme du WEF qui donne l’impression que le communisme technocratique est inoffensif et à la mode.

J’ai fini par débourser 265 £ pour acheter le rapport « Neo-Collectivist Megatrend » et ce que j’y ai trouvé correspondait à ce à quoi on pouvait s’attendre, mais c’était quand même alarmant.

Dans le prochain article de celui-ci, nous y plongerons et découvrirons comment la « génération Zalpha » est sur le point de nous faire entrer dans une ère de socialisme systémique endémique.

Source: zerohedge

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥