0.2 C
Munich
lundi, février 26, 2024

LES ELITES ONT PERDU LA TETE LORS DU SOMMET SUR LE CLIMAT A DUBAI : « Ils s’en prennent à l’énergie bon marché…Qui va payer pour toutes ces décisions ANTIHUMAINES ? »

NOS SOLUTIONS

Alors que les dirigeants du monde se réunissaient ce week-end pour le sommet sur le climat COP28 à Dubaï, ils ont été confrontés à une inconfortable confrontation avec la réalité de la part du président de la conférence, Sultan Al Jaber, qui a déclaré : « Il n’existe aucune science, ni aucun scénario, qui affirme que le c’est l’élimination progressive des combustibles fossiles qui permettra d’atteindre 1,5°C », avertissant que leurs politiques en matière de combustibles fossiles « ramèneraient le monde dans des grottes ».

Néanmoins, lors du sommet, la vice-présidente Kamala Harris a promis 3 milliards de dollars supplémentaires au Fonds vert pour le climat, dans le but d’aider les pays en développement à s’adapter à la « crise climatique » et à réduire la production de combustibles fossiles, selon CNN.

Le culte sectaire (et l’escalade) de ces politiques est ce qui a conduit à la discussion de ce soir entre Tucker Carlson et Michael Shellenberger, auteur de l’incontournable « Apocalypse Never », soulignant le décalage de plus en plus évident entre les élites mondiales et le grand public – plus particulièrement dans le contexte des politiques environnementales.

« Nous savons que les piliers de la civilisation sont l’énergie bon marché, la méritocratie, l’ordre public et la liberté d’expression et que ces quatre piliers sont actuellement sévèrement attaqués « , prévient Shellenberger avec sa manière typiquement érudite et factuelle.

L’hypocrisie est tout simplement orwellienne.

Comme Shellenberger l’a récemment écrit article très précis, se rendre en jet privé à une conférence sur le climat pour annoncer son intention de rendre l’énergie encore plus chère pour les salariés, c’est du grand n’importe quoi, mais le pire dans tout ça, c’est ce sont des élites, des gens riches qui célèbrent leur victoire, car ils ont la capacité de décider entre eux de ce qui est mieux pour la planète.

Carlson commence l’interview en soulignant le fait que les politiques drastiques en matière de changement climatique sont « fondamentalement absurdes », et demande à Shellenberger combien de temps cette « posture » de l’environnementalisme va encore durer :

« Nous voyons les gens promouvoir une orthodoxie à un volume croissant, avec une hystérie croissante et avec des sanctions de plus en plus sévères en cas de désaccord… que se passe-t-il réellement ? »

Voici ce que Shellenberger répond :

« Les élites mondiales prétendaient se soucier des gens, mais elles ne font même plus semblant… »

« Vous commencez avec une énergie bon marché, mais vous ne pouvez pas maintenir une civilisation moderne sans énergie bon marché. »

Il affirme que « l’environnementalisme avait autrefois une sorte de côté positif et utopique – tout cela a disparu ».

Malheureusement, mais clairement, les deux hommes soulignent le fait que les intérêts financiers sont à l’origine de la promotion des sources d’énergie renouvelables, affirmant que les oligarques et les personnalités politiques promeuvent des sources d’énergie coûteuses et inefficaces pour contrôler les marchés de l’énergie.

Cela ressort particulièrement clairement de l’influence néfaste du mouvement ESG sur l’industrie pétrolière et gazière.

En termes simples, le mouvement écologiste actuel est devenu nihiliste et antihumain.

« Ainsi, poursuit le journaliste, l’attaque contre l’énergie bon marché est véritablement une attaque contre la civilisation moderne et elle devrait nous effrayer et nous devrions en être conscients et attentifs.  » plus poignante de toute la discussion :
 » Ce qui me donne de l’espoir, c’est que je pense qu’il devient enfin évident pour les gens que c’est une arnaque…

… et que les gens qui sont pour cette stratégie grotesque, détestent vraiment la civilisation, ou du moins ils détestent la civilisation des autres.
Je veux dire, je pense qu’il est juste d’appeler cela un culte de la mort à ce stade, quand vous étouffez les réserves d’énergie nécessaires au maintien des gens en vie…

Je ne sais pas comment l’appeler autrement qu’un culte de la mort antihumain.

A cela, Carlson répond ceci :

« C’est vrai. Ce n’est pas de l’environnementalisme. C’est clairement de la tyrannie ! »

Source: zerohedge

A LA UNE

2 Commentaires

  1. Je ne comprends pas que les électeurs n’ont pas encore assimilé que pour les écologistes ils sont les parasites de gaïa à éliminer (pourtant il suffit d’écouter leurs attaques sur le fait qu’avoir des enfants est néfaste pour la planète) !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥