16.1 C
Munich
samedi, juin 15, 2024

Egon Von Greyerz: « Ni l’or ni l’argent n’ont encore amorcé leur véritable mouvement Haussier ! »

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

Depuis le creux d’octobre 2023, à un peu plus de 1 600 $, le cours de l’or monte, mais est-ce que quelqu’un en achète ?

Non, pas grand monde, ou du moins aucun des participants habituels.

Les dépositaires d’or, les fonds aurifères et les ETF or ont vu partir un peu moins de 1 400 tonnes de leurs avoirs en or au cours des deux dernières années, depuis mai 2022 :Cette faiblesse de l’activité est également observée du côté des Monnaies comme la Perth Mint et l’US Mint, dont les ventes de pièces ont chuté de 96% d’une année sur l’autre.

Le cours de l’or sait apparemment quelque chose que le marché n’a pas encore découvert.

Des taux bien plus élevés

Je dis depuis plusieurs années qu’il n’y aura pas de baisse durable des taux d’intérêt.

Comme le montre le graphique ci-dessous, la tendance baissière de 40 ans des taux américains a atteint son point bas en 2020 et, depuis lors, les taux sont dans une tendance séculaire à la hausse :J’ai déclaré à de nombreuses reprises que les taux dépasseront 10% et pourraient potentiellement être beaucoup plus élevés dans l’environnement inflationniste à venir, alimenté par l’escalade des déficits et l’explosion de la dette.

« Mais la Fed va maintenir les taux bas », criaient tous les experts !

Finalement, ces « experts » ont changé d’avis et estiment désormais que les réductions n’auront pas lieu :Aucune banque centrale ne peut contrôler les taux d’intérêt lorsque son gouvernement émet imprudemment une dette illimitée et que le seul acheteur est la banque centrale elle-même.

Un système de Ponzi digne d’une république bananière

Il s’agit d’un système de Ponzi digne d’une République bananière. Et c’est la direction que prennent les États-Unis.

Une forte hausse des taux longs entraînera donc une hausse des taux courts.

Et c’est à ce moment-là que la panique commencera.

Comme l’a déclaré Niall Ferguson dans un article récent :

« Toute grande puissance qui dépense plus pour le service de la dette (paiement des intérêts de la dette nationale) que pour la défense ne restera pas grande très longtemps. C’est vrai pour l’Espagne des Habsbourg, pour la France d’Ancien Régime, pour l’Empire ottoman, pour l’Empire britannique ».

Ainsi, selon le CBO (Congressional Budget Office), les États-Unis dépenseront plus en intérêts qu’en défense dès la fin de l’année 2024, comme le montre ce graphique : Comme c’est souvent le cas, le CBO préfère ne pas dire les vérités qui dérangent.

Le CBO prévoit que les coûts d’intérêt atteindront 1 600 milliards $ en 2034. Mais si l’on extrapole les tendances du déficit et que l’on applique les taux d’intérêt actuels, le coût des intérêts annualisé atteindra 1 600 milliards $ à la fin de 2024 plutôt qu’en 2034 :Il suffit de regarder ci-dessus la pente de la courbe des coûts d’intérêt. Elle est clairement EXPONENTIELLE.

La dette fédérale totale était inférieure à 1 000 milliards $ en 1980. Aujourd’hui, les intérêts sur la dette s’élèvent à 1 600 milliards $.

Cette dette s’élève aujourd’hui à 35 000 milliards $ et atteindra 100 000 milliards $ d’ici 2034.

Il en va de même pour la dette fédérale américaine. En extrapolant la tendance depuis 1980, la dette atteindra 100 000 milliards $ d’ici 2036, et c’est probablement une estimation prudente.Avec la tendance à la hausse des taux d’intérêt expliquée ci-dessus, un taux de 10% en 2036 ou avant n’est pas irréaliste. Souvenez-vous que dans les années 1970 et au début des années 1980, les taux étaient largement supérieurs à 10%, alors que la dette et le déficit étaient bien moindres.

Obligations américaines – Achetez-les à vos risques et périls

Analysons la situation actuelle et future de la dette du Trésor américain (et de la plupart des dettes souveraines) :

  • Les émissions vont s’accélérer de façon exponentielle.
  • Elle ne sera jamais remboursée. Au mieux, elle sera seulement différée, ou plus probablement, en défaut de paiement.
  • La valeur de la monnaie va chuter précipitamment.

L’hyperinflation arrive

Alors, où allons-nous ?

Nous sommes confrontés à une période d’inflation qui débouchera sur une hyperinflation.

La dette mondiale a déjà été multipliée par quatre au cours du siècle, passant de 80 000 milliards $ à 350 000 milliards $. Ajoutez à cela une montagne de produits dérivés de plus de 2 quadrillions $, ainsi que les passifs non capitalisés, et le total dépassera les 3 quadrillions $.

Alors que les banques centrales tentent frénétiquement de sauver le système financier, la majeure partie de ces 3 quadrillions $ deviendra de la dette à mesure que les contreparties feront faillite et que les banques devront être sauvées par une impression monétaire illimitée.

Banca rotta – Système financier en faillite

Mais un système pourri ne pourra jamais être sauvé. C’est de là que vient l’expression Banca Rotta – banc cassé ou banque cassée – comme mentionné dans mon article.

Ni une banque ni un État souverain ne peuvent être sauvés en émettant des morceaux de papier ou une monnaie numérique sans valeur.

En mars 2023, quatre banques américaines ont fait faillite en quelques jours. Peu après, le Credit Suisse s’est retrouvé en difficulté et a dû être sauvé.

Les problèmes du système bancaire ne font que commencer. La chute du prix des obligations et l’effondrement de la valeur des prêts immobiliers ne sont qu’un début.

Cette semaine, Republic First Bancorp a dû être sauvée.

Il suffit de regarder les pertes non réalisées des banques américaines sur leurs portefeuilles obligataires dans le graphique ci-dessous.

Les pertes non réalisées sur les obligations détenues jusqu’à l’échéance s’élèvent à 400 milliards $.

Les pertes sur les obligations disponibles à la vente s’élèvent à 250 milliards $. Le système bancaire américain est donc assis sur des pertes identifiées de 650 milliards $ rien que sur ses portefeuilles obligataires. Ces pertes augmenteront à mesure que les taux d’intérêt augmenteront.Ajoutez à cela les pertes sur les prêts résultant de l’effondrement de la valeur des propriétés commerciales, et bien plus encore.

Mouvements exponentiels

Nous allons donc assister à une croissance exponentielle de la dette, comme cela commence déjà à être le cas. Les mouvements exponentiels commencent progressivement, puis s’accélèrent soudainement, qu’il s’agisse de la dette, de l’inflation ou de la croissance démographique.

L’analogie du stade ci-dessous montre comment tout cela se déroule :Il faut 50 minutes pour remplir un stade d’eau, en commençant par une goutte et en doublant chaque minute – 1, 2, 4, 8 gouttes, etc. Au bout de 45 minutes, le stade n’est rempli qu’à 7% et, au cours des 5 dernières minutes, il passe de 7% à 100%.

Les 5 dernières minutes du système financier

Nous sommes très probablement entrés dans les cinq dernières minutes du système financier actuel.

La phase finale risque d’être très rapide, comme tous les mouvements exponentiels, à l’instar de la République de Weimar en 1923. En janvier 1923, une once d’or coûtait 372 000 marks et à la fin du mois de novembre 1923, son prix atteignait 87 000 milliards de marks !

Il faudra plusieurs décennies pour se remettre des conséquences d’un effondrement du système financier et de l’économie mondiale, en particulier dans les pays occidentaux. Cela impliquera une implosion de la dette et des actifs, ainsi qu’une contraction massive de l’économie et du commerce.

L’Est et le Sud, et en particulier les pays disposant d’importantes réserves de matières premières, se redresseront beaucoup plus rapidement. La Russie, par exemple, dispose de 85 000 milliards $ de réserves de matières premières, soit les plus importantes au monde.

À mesure que les émissions de bons du Trésor américain s’accélèreront, les acheteurs potentiels disparaîtront jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un seul enchérisseur, à savoir la Fed.

Aujourd’hui encore, aucun État souverain sensé n’achèterait de bons du Trésor américain. En fait, aucun investisseur sensé n’achèterait de bons du Trésor américain.

Nous avons ici un débiteur déjà insolvable qui n’a aucun moyen de rembourser sa dette, si ce n’est en émettant davantage de ces détritus qui, à l’avenir, ne serviront plus qu’à fabriquer du papier hygiénique. Bien que le papier électronique ne puisse même pas servir à cela.

Voici un panneau dans les toilettes du Zimbabwe : Analysons la situation actuelle et future de la dette du Trésor américain (et de la plupart des dettes souveraines) :

  • Les émissions vont s’accélérer de façon exponentielle.
  • Elle ne sera jamais remboursée. Au mieux, elle sera seulement différée, ou plus probablement, en défaut de paiement.
  • La valeur de la monnaie va chuter précipitamment.

C’est tout ce qu’il y a à savoir. Ainsi, quiconque achète des bons du Trésor américain ou d’autres obligations souveraines est assuré à 99,9% de ne pas récupérer son argent.

Les obligations ne sont donc plus un actif de valeur, mais un simple passif pour l’emprunteur, qui sera ou ne pourra pas être remboursé.

Qu’en est-il des actions ou des obligations d’entreprises ? De nombreuses entreprises ne survivront pas ou connaîtront une baisse importante du cours de leurs actions, ainsi que d’importantes pressions sur leurs flux de trésorerie.

Nous entrons dans l’ère des matières premières et en particulier des métaux précieux.

L’ère qui s’ouvre n’est pas faite pour la spéculation, mais pour essayer de conserver autant que possible ce que vous avez. L’investisseur sans protection subira une destruction de richesse d’une ampleur sans précédent.

Il ne s’agira plus de savoir quel rendement vous pouvez obtenir sur votre investissement. Il s’agira plutôt de perdre le moins possible.

La détention d’actions, d’obligations ou de biens immobiliers – tous les actifs de la bulle – est susceptible de conduire à une érosion massive de la richesse.

La nouvelle ère de l’or et de l’argent

Depuis bientôt 25 ans, j’exhorte les investisseurs à détenir de l’or pour préserver leur richesse. Depuis le début de ce siècle, l’or a surperformé la plupart des classes d’actifs.

Entre 2000 et aujourd’hui, l’indice S&P, dividendes réinvestis compris, a rapporté 7,7% par an, tandis que l’or a rapporté 9,2% par an, soit 8 fois plus.

Au cours des prochaines années, tous les facteurs évoqués dans cet article conduiront à des gains importants pour les métaux précieux et à des baisses pour la plupart des actifs traditionnels.

Il existe de nombreux autres facteurs positifs pour l’or.

Comme le montre le graphique ci-dessous, l’Occident réduit ses réserves d’or depuis la fin des années 1960, tandis que l’Orient augmente fortement les siennes. Et nous ne sommes qu’au début de cette tendance :Les sanctions des États-Unis et de l’Union européenne à l’encontre de la Russie et la confiscation des avoirs russes dans les banques étrangères sont bénéfiques pour l’or.

De mois en moins d’États souverains détiendront leurs réserves en dollars américains. Au lieu de cela, nous verrons les réserves des banques centrales être converti en or. Ce changement a déjà commencé et constitue l’une des raisons de la hausse des cours.

En outre, les pays du BRICS abandonnent progressivement le dollar au profit de leurs monnaies locales. Pour les pays riches en matières premières, l’or représentera une part importante de leurs échanges.

Il existe donc des forces majeures derrière le mouvement de l’or qui vient de commencer et qui s’étendra plus loin, en termes de prix et de temps, que quiconque ne peut l’imaginer.

Comment détenir de l’or

En tant qu’investisseur, détenir de l’or est nécessaire à la survie financière et à la protection des actifs.

L’or doit être détenu sous forme physique, en dehors du système bancaire, avec un accès direct pour l’investisseur.

De plus, l’or doit être détenu dans des juridictions sûres, avec une longue tradition de l’État de droit et un gouvernement stable.

Le coût du stockage de l’or ne doit pas être le principal critère de choix. Lorsque vous souscrivez une assurance-vie, vous ne devez pas acheter la moins chère, mais la meilleure.

La première considération doit porter sur les propriétaires et la direction. Quelle est leur réputation, leurs antécédents et leur histoire.

Ensuite, la sécurité, la liquidité, la localisation et l’assurance sont très importants.

Un haut niveau de service personnalisé est également primordial. De nombreux prestataires échouent dans ce domaine.

Il est préférable que l’or ne soit pas détenu dans le pays où vous résidez.

Ni l’or ni l’argent n’ont encore amorcé leur véritable mouvement. Toute correction majeure proviendra probablement de niveaux beaucoup plus élevés.

L’or et l’argent sont en pleine accélération, il n’est donc pas trop tard pour sauter dans le wagon de l’or.

Source: or.fr

À l’attention des lecteurs de BusinessBourse

Or.fr offre une solution unique et optimale pour préserver son patrimoine via la détention de métaux précieux :

✓ Or et argent physique (lingots et pièces d’investissement)
✓ Stockage sécurisé hors du système bancaire
✓ Détention directe (sans intermédiaire)
✓ Titres de propriété en nom propre
✓ Accès direct et personnel aux coffres de stockage
✓ Assurance des métaux précieux
✓ Rachat immédiat des produits
✓ Service de livraison

➠ Pour investir dans l’or et l’argent, visitez Or.fr ou contactez le service client au 01 84 88 40 84

Relayez-nous et suivez-nous au travers de nos différents réseaux sociaux ci-dessous:

Page Facebook: https://www.facebook.com/BusinessBourse-BB-348812011910
Twitter: https://twitter.com/BusinessBourse
Telegram: https://t.me/BusinessBourse_BB
Linkedin: https://www.linkedin.com/in/business-bourse-5a663944/
gettr: https://gettr.com/user/businessbourse/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥

Investissez dans L'Or via notre partenaire de confiance "L'once d'Or".

X