Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le Département du Rhône doit trouver en urgence 50 millions d’euros sous peine de faillite
 

only-lyonL’audit ne sera dévoilé publiquement qu’en septembre.

Mais le travail du cabinet Ernst & Young, choisi par le président du Nouveau Rhône Christophe Guilloteau pour éplucher les comptes du Département, a été présenté cette semaine aux élus. Et le constat est alarmant. Et même consternant.

LyonMag s’est procuré le document qui révèle tout d’abord que le Rhône a quelques mois pour trouver entre 44 et 56 millions d’euros d’économies pour éviter la faillite et la mise sous tutelle de l’Etat et du préfet !

Le cabinet préconise la mise en place d’un “plan stratégique de réduction des dépenses du Département”. “Cette réflexion doit être lancée très tôt, dès juillet 2015, pour s’inscrire dans un travail de refonte du processus de préparation budgétaire et sur la mise en oeuvre d’un contrôle interne plus fiable afin de limiter le risque d’aléas négatifs sur les dépenses du Département”.

Christophe Guilloteau a toujours dénoncé le budget 2015 voté le 20 février par le Conseil Général et l’ancienne majorité centriste. Ernst & Young lui donne aujourd’hui raison : le budget était insincère et ne représentait pas la réalité des comptes du Département. “Sans la sous-estimation des dépenses et la hausse des recettes, le budget 2015 n’aurait pas été voté à l’équilibre”, annonce Ernst & Young.
Plusieurs dizaines de millions d’euros de dépenses ont ainsi été dissimulées aux élus. “Le choix a été fait de réduire certaines dépenses de fonctionnement pour lesquelles l’engagement du Département était avéré et de ne pas intégrer l’excédent”, précise le cabinet qui estime que des dépenses de fonctionnement supplémentaires atteignent les 25,1 millions d’euros. Pour un total de 31,1 millions d’euros dissimulés lors du vote.

Pour redresser la barre, le Rhône va donc couper sans vergogne dans ses budgets, voire céder ses biens immobiliers pour mettre fin aux dérives de l’équipe de Michel Mercier. Les pistes ne manqueront pas pour Renaud Pfeffer, 1er vice-président aux Finances, qui sera aidé dans sa démarche par Ernst & Young. Mais elles représenteront toutes des crève-coeur pour la collectivité.
Et Christophe Guilloteau, qui avait promis durant la campagne de ne pas augmenter les impôts, est bien obligé de tenir son engagement. Même si cela apparaîtrait comme une solution de facilité.

Source: lyonmag

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des