Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
La Banque d’Espagne menace la Catalogne d’une sortie de la zone euro
 

catalogneLe gouverneur de la banque centrale espagnole, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, tente de reprendre la menace utilisée en Grèce de l’expulsion de la zone euro pour décider les Catalans à ne pas voter pour les listes indépendantistes le 27 septembre.

Vous avez aimé la menace du Grexit et l’utilisation du système bancaire pour faire céder le gouvernement grec cet été ? Vous adorerez la menace du « Catexit », autrement dit celle d’expulser une Catalogne devenue indépendante de la zone euro. Cette nouvelle version a été ouvertement utilisée ce lundi 21 septembre par le gouverneur de la Banque d’Espagne, Luis Maria Linde.

Le « Catexit »
Ce dernier a ainsi déclaré que si la Catalogne se séparait de l’Espagne, le nouvel Etat serait « automatiquement exclu de la zone euro, car ce processus implique la sortie de l’Union européenne. » Et Luis Maria Linde d’aller encore plus loin dans les menaces en dressant le tableau cataclysmique d’un « Catexit. » « Les banques catalanes pourraient cesser d’avoir accès au refinancement de la BCE », explique-t-il. Dans ce cas, la Catalogne serait obligée d’émettre sa propre monnaie qui serait sans doute dévaluée. Et Luis Maria Linde rajoute encore l’horreur à la menace : « les dépôts pourront alors être gelés, comme cela a été le cas en Amérique latine ou en Grèce. »

Utiliser une recette qui a bien fonctionné

A six jours des élections régionales catalanes qui prennent la forme d’un référendum de substitution, la Banque d’Espagne – et donc la BCE – rejoue la partition grecque, chypriote et irlandaise qui a si bien fonctionné jusqu’ici pour obtenir des électeurs ou des gouvernements ce que désire la banque centrale. La menace de couper l’accès à l’euro et de provoquer un chaos économique par « un mauvais choix » semble donc devenir un mode de gouvernance de la zone euro de la part de l’Eurosystème. Ce qui est nouveau, c’est qu’on est ici non pas dans un choix purement économique, mais dans un choix politique. La Banque d’Espagne sort ici ouvertement de sa neutralité politique en cherchant à apeurer les électeurs catalans. Sa déclaration suit les annonces ce week-end des grandes banques espagnoles qui avaient menacé de quitter la Catalogne si cette dernière sortait de l’UE en cas d’indépendance.

Lire la suite sur latribune

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x