Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Yanis Varoufakis: “Le Portugal est autant en faillite que la Grèce !”
 

varoufakisPour l’ancien ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, le Portugal “est en faillite autant que la Grèce” en raison de son endettement élevé et de l’absence de reprise économique.

“Les Irlandais disent qu’ils ne sont pas comme les Portugais, les Portugais qu’ils ne sont pas comme les Grecs, les Français qu’ils n’ont rien à voir avec les Espagnols et les Allemands qu’ils ne ressemblent pas aux Français. Mais nous avons tous subi la même crise”, ironise Yanis Varoufakis dans une interview publiée ce vendredi 16 octobre par le quotidien de référence portugais “Publico”.

La dette portugaise cumulée, publique et privée, est insoutenable. Le Portugal est en faillite autant que la Grèce, estime-t-il. L’ex-ministre grec ajoute qu’il n’y a “pas de reprise (économique) au Portugal. La dette publique portugaise est l’une des plus élevées d’Europe, à 130,2% du Produit intérieur brut (PIB), troisième derrière la Grèce (177%) et l’Italie (132,1%).

Selon Yanis Varoufakis, “au Portugal, le niveau de contestation sociale a pu être différent de ce qui s’est passé en Grèce” où la troïka UE-BCE-FMI “a concentré toute sa force d’austérité”. “Mais nous sommes dans la même situation, nous faisons partie de la même zone euro qui n’a pas su coordonner ses politiques”, a-t-il ajouté.

Critique virulent du troisième plan d’aide internationale à la Grèce, qu’il juge destructeur pour le pays, Yanis Varoufakis a quitté le gouvernement d’Alexis Tsipras en juillet, puis rompu avec Syriza, vainqueur des législatives en Grèce en septembre avec 35,46% des voix. “Le gouvernement grec s’est rendu, il a été neutralisé, il a accepté tout ce que la troïka a demandé”, a asséné Yanis Varoufakis.

En août, Yanis Varoufakis avait déjà déclaré que l’Allemagne et son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, voulaient imposer “la troïka” et ses mesures d’austérité à l’Espagne, puis à la France, “le gros lot”. “Paris, c’est la destination finale de la troïka”, avait-il affirmé.

Source: boursorama

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des