Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
L’effondrement économique de l’Amérique du Sud est sur la bonne voie !

south-americaLa 7ème plus grande économie au monde est littéralement en train d’imploser. J’ai écrit précédemment au sujet de la dépression économique qui sévit au Brésil, mais depuis mon dernier article, la situation s’est encore aggravée. Au cours de l’année 2015, l’économie brésilienne s’est contractée de 3,8 %, mais sur le dernier trimestre, la baisse a été de 5,89 % par rapport au même moment de l’année précédente. Le chômage augmente rapidement, le taux d’inflation a augmenté de plus de 10 %, et la monnaie brésilienne a perdu 24 % de sa valeur par rapport au dollar américain au cours des 12 derniers mois.

A ce stade, le Brésil connaît déjà sa plus longue récession économique depuis la Grande Dépression des années 1930, et les choses s’aggravent chaque jour pour les Brésiliens ordinaires. Ce qui suit provient de CNN

brazil-recessionMais avec le Brésil qui plonge dans sa pire récession depuis plus de deux décennies – l’espoir d’un avenir meilleur s’assombrit. L’économie brésilienne s’est contractée de 3,8% en 2015, selon les données publiées par le gouvernement jeudi. C’est la plus forte baisse annuelle depuis 1990 et le pays est dans sa plus longue récession depuis les années 1930.

“Je n’ai jamais vu quelque chose comme ça “, a déclaré Alves, 24 ans , alors qu’il se tenait sur ​​son balcon donnant sur ​​Rocinha, un important quartier de la classe moyenne inférieure qui se situe dans une favela de Rio de Janeiro où il a grandi. ” Mes parents me racontaient leurs moments difficiles, mais aujourd’hui, c’est vraiment devenu difficile. Les prix sont en train d’augmenter tous les jours “.

Alors, comment est-ce arrivé ?

Eh bien, il y a de multiples facteurs qui ont vraiment pénalisé les économies d’Amérique du Sud.

Le premier facteur est lié aux «années d’euphorie» où les gouvernements et les entreprises en Amérique du Sud se sont littéralement gavés de dettes. Malheureusement, bon nombre de ces prêts ont été libellés en dollars américains, et maintenant que le dollar américain s’est renforcé par rapport aux monnaies locales sud-américaines, ces derniers voient croître le poids de leur dette libellée dans la devise américaine.

Le second facteur est lui lié à l’effondrement des prix du pétrole et d’autres matières premières ce qui a été dévastateur pour les économies d’Amérique du Sud. Leurs économies reposent très largement sur l’exportation des matières premières dans le reste du monde, et ainsi en même temps que les prix baissent, leurs problèmes d’endettement explosent étant donné qu’ils obtiennent beaucoup moins d’argent des produits pétroliers et industriels qu’ils essaient de vendre en Amérique du Nord, en Asie et en Europe.

Je veux que vous prêtiez attention sur le tableau et l’analyse suivante de zerohedge. Comme vous pouvez le voir, les problèmes économiques au Brésil semblent s’accélérer grandement…

brazil-economy«Le ralentissement économique brésilien a pris un très mauvais tournant en Février,” selon l’indice PMI composite de Markit, qui s’est effondré à des niveaux records à 39,0. En dépit d’une publication d’un PIB un peu moins mauvais que prévu ce matin (toujours en baisse record de 5,89% en glissement annuel), l’espoir a été rapidement douché par les indices PMI montrant une activité économique qui continue de se contracter à un rythme record, avec des pertes d’emplois qui s’accélèrent, et un effondrement de l’activité manufacturière qui s’accélère aussi. Comme le marché le laisse augurer, «Avec une économie mondiale qui montre également des signes de ralentissement, cela aura un impact sur ​​la demande extérieure et il semble que le ralentissement devrait se poursuivre au cours des prochains mois.”

En résumé, le PIB brésilien a été un désastre (mais c’est mieux que prévu)
brazil-pib

Et bien sûr, le Brésil n’est pas la seule économie latino-américaine qui soit un cas désespérée actuellement. En réalité, ce qu’il se passe au Venezuela est encore bien pire. En 2015, l’économie vénézuélienne a plongé de 10 %, et le taux d’inflation officiel était de 181 %, ce qui est astronomique.

Pouvez-vous imaginer vivre dans une économie avec un taux d’inflation de 181 % ?

Pétrole: Alerte, le Venezuela s’effondre !

Pour équilibrer le budget du Venezuela, il faut un cours du pétrole proche des 200 dollars le baril

Comme les prix ont augmenté en devenant incontrôlables, les citoyens vénézuéliens ont tenté d’amasser des produits de première nécessité à l’avance, ce qui a entraîné des pénuries alimentaires absolument effrayantes

no-breadLes panneaux en carton où il est écrit “Pas de pain” sont devenus de plus en plus courant dans les boulangeries vénézuéliennes.

Le Venezuela tire 96 % de ses revenus à l’exportation du pétrole, et comme les prix du brut ont plongé, les importations de blé ont elles aussi plongé.

Le gouvernement de gauche du président Nicolas Maduro a étroitement contrôlé l’accès aux devises fortes, et cela a affecté les importations allant des médicaments au papier toilette. Maintenant, cela affecte sérieusement les importations de blé que le Venezuela ne produit pratiquement pas.

Ajoutez à cela l’inflation galopante – 181 % en 2015, le plus élevé du monde – et vous comprenez pourquoi les gens se battent pour obtenir des produits élémentaires tel le pain .

Ici aux Etats-Unis, il y a encore des gens qui doutent qu’une crise économique ait lieu.

Mais au Venezuela et au Brésil, il n’y a plus aucun débat.

Malheureusement, ce qui se passe au Venezuela et au Brésil commence à arriver lentement à la plupart du reste de la planète aussi. Il est vrai qu’ils sont un peu plus préservés pour l’instant. Les bulles économiques et financières éclatent partout dans le monde, et j’aime la manière dont l’auteur Vikram Mansharamani décrit ce phénomène lors d’ une récente interview sur CNBC

Mansharamani_Vikram1Vikram Mansharamani, professeur à l’Université de Yale, a déclaré sur CNBC jeudi: “Les marées déflationnistes qui enroulaient toutes les côtes des pays à travers le monde ainsi que les bulles financières se sont mis à éclater partout”.

“Je pense que tout a commencé avec la bulle d’investissement chinoise qui a éclaté et qui a amené avec elle des vagues de produits et a poussé à une pression déflationniste à travers le monde et leurs ondulations sont arrivées un peu partout sur les rivages des pays,« Voilà ce que cet universitaire a dit au Forum mondial des marchés financiers à Abu Dhabi.

Et bien sûr, la preuve de ce qu’avançait Mansharamani se voit maintenant partout.

Cette semaine , nous avons découvert que les industries de l’Etat chinois prévoient de licencier cinq à six millions de travailleurs, les commandes à l’industrie américaine ont baissé pour le 15ème mois d’affilée, et le taux de défaut des entreprises aux États-Unis a maintenant augmenté au-dessus du niveau où il était lorsque Lehman Brothers s’était effondrée.

Il y a des gens qui voudraient souligner le fait que les stocks ont rebondi un peu au cours des deux dernières semaines comme étant la preuve selon laquelle la crise est terminée.

S’ils veulent y croire, tant mieux pour eux.

Malheureusement, la vérité est que les mauvais chiffres économiques qui viennent de partout dans le monde nous montrent très clairement que l’ activité économique mondiale ralentit considérablement.

Une nouvelle récession mondiale a déjà commencé, et les problèmes qui se font déjà sentir sur toute la planète ne sont justes que les prémices des problèmes à venir.

Source: theeconomiccollapseblog

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Emilio Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Emilio
Invité
Emilio

1 le prix du petrole bas , dont les economies latinas en dependent 2 valeur monetaire du dollar et euro fort 3 la fed qui augmente son taux d interet, donc remboursement des dettes augmentees 4 devaluation des monnaies locales en consequences et inflation forte 4 recession mondiale , amerique latine 55% des ressources minieres du monde, toutes les mines (Charbon etc::) tournent au minimum , pas de demandes 5 les agences de notation decident des notes a donner (moody etc..) et donc de l augmentation des interets de la dette .. et fixent leurs conditions pour garder une bonne… Read more »