Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Ce graphique explique comment l’indice Baltic Dry pourrait sonner le glas de l’économie mondiale
 

rena-shipMême si vous suivez les marchés et les informations concernant l’économie mondiale, vous ne savez peut-être ce qu’est l’indice Baltic Dry et pourquoi il est si important.

Vous pourriez deviner qu’il est lié au transport maritime – et vous auriez raison.

L’indice Baltic Dry est un indicateur très utile pour le commerce mondial. Il vous indique combien il en coûte pour transporter les marchandises dans des navires gigantesques qui parcourent les voies maritimes dans le monde entier. Les marchandises transportées recouvrent à peu près tout: minerai de fer, les céréales, le charbon … Des produits dont le monde a besoin dans la construction, l’alimentation etc…

Ainsi, les analystes désireux d’anticiper l’avenir de l’économie mondiale aiment surveiller de près cet indice.

Il est fréquemment utilisé comme un indicateur majeur de l’état de santé de l’économie mondiale et du commerce international. Si le prix est bas, il suggère que le commerce ralentit.

Et voilà le problème. Comme le graphique ci-dessous le montre, ça va vraiment très mal:

dry_bulk_index

En réalité, c’est son pire niveau de toute l’histoire. Pour vous donner une idée, l’indice était à 11.000 points en mai 2008, juste avant le krach financier. Maintenant, il est inférieur à 300. (Actuellement 366)

C’est inquiétant car les baisses de l’indice Baltic Dry ont toujours prédit des effondrements économiques. Ce fut le cas en 2008 et à nouveau en Novembre dernier lorsque les matières premières et le pétrole se sont effondrés.

Comme d’habitude, la plupart des gens jettent la faute sur la Chine. Il y a deux ans, le pays livrait plus de 50 % du minerai de fer mondial et 25% de son charbon. Mais l’an dernier, la croissance chinoise était de 7,4% seulement, alors qu’auparavant elle était de plus de 10%.

Les exportations en provenance de Chine ont également plongé avec une chute vertigineuse de 25,4% en Février par rapport à la même période de l’année précédente.

Cependant, certains expliquent que les choses peuvent ne pas être aussi mauvaises que le graphique l’indique. les économistes notent que l’indice prend en compte les navires de ravitaillement – et les navires qui transportent des milliers de tonnes de matières premières et qui prennent des années à être fabriqués. En d’autres termes, la chute de l’indice est autant une surestimation de la demande des fabricants de navires pour le transport maritime qu’un effondrement de l’économie mondiale.

De toute façon, l’indice Baltic Dry montre un monde beaucoup trop dépendant de la demande chinoise insatiable et que cette douloureuse réalité ne va pas disparaître de sitôt.

Source: businessinsider

Concernant le très léger rebond du BDI, cette information complémentaire provient du site de Pierre Jovanovic:

A PROPOS DU BALTIC-DRY (Ne suite) + LE MAÏS 2015 EST TOUJOURS DANS LES SILOS !!!!
du 7 au 11 mars 2016 : De notre lecteur Emmanuel: “La petite remontée du Baltic Dry (due à la période du nouvel an chinois) sera de très très courte durée. Si la période du nouvel an chinois est toujours propice à une remontée des taux, cette année, elle n’a été que très faible, et les derniers tarifs annoncés pour des containers Chine–Europe sur le marché “spot” sont en chute libre. Voyez donc: “SEULEMENT 200 dollars U$ pour un container 40′ !!! On estime que le coût de revient pour une compagnie maritime est entre 1.300 et 1.400 U$D !”

Pour rappel on est monté à 4.300 USD en 2010 en spot !

Ca va tanguer chez les armateurs et les compagnies maritimes. Un an qu’on se traîne avec des tarifs tellement bas… On parle de la crise agricole, mais on devrait sérieusement se pencher sur les conséquences de la crise maritime. D’ailleurs les deux sont liées: le transport de céréales en France est à l’arrêt car il n’y a pas de débouchés dans les ports. Les coopératives ne savent pas où elles vont stocker le blé 2016 car le maïs 2015 est toujours dans les silos.

Je vous conseille de consulter le site de Pierre Jovanovic régulièrement: http://www.jovanovic.com/blog.htm

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des