Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Moscou a bombardé en Syrie un poste de forces américaines et britanniques
 

bombardement-russeDes avions russes ont bombardé en juin un poste militaire en Syrie utilisé par des soldats d’élite américains et britanniques et en juillet un site lié à la CIA dans ce même pays, a rapporté le Wall Street Journal dans son édition de vendredi, citant des responsables américains.

Ces frappes, qui ont eu lieu respectivement le 16 juin et le 12 juillet selon ce quotidien américain, avaient pour but de faire pression sur les Etats-Unis pour qu’ils coopèrent plus étroitement avec la Russie dans le ciel syrien.

La veille de la première attaque, un contingent de 20 membres des forces spéciales britanniques venait de quitter le poste, situé à At-Tanf, dans le sud de la Syrie, à une quinzaine de kilomètres de la frontière jordanienne.

Le poste a été touché par des armes à sous-munitions, ont précisé au journal des responsables américains et rebelles.

Le 12 juillet, des avions russes ont bombardé un camp de rebelles syriens destiné à des familles de combattants soutenus par la CIA, situé à environ 80 kilomètres à l’ouest d’At-Tanf.

Ces attaques ont renforcé l’opposition de responsables, au Pentagone et à l’agence américaine de contre-espionnage, à une coopération avec Moscou, selon les responsables militaires et du renseignement cités par le quotidien.

Mais la Maison Blanche et le département d’Etat, désireux d’éviter une escalade militaire, ont convenu de continuer à rechercher un compromis.

Moscou a botté en touche vendredi, le Kremlin assurant ne pas être au courant des accusations du Wall Street Journal. Je ne commente pas les articles de ce genre de journaux, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La semaine dernière, les chefs des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont mis d’accord pour coopérer militairement en Syrie contre les groupes jihadistes Etat islamique (EI) et Al-Nosra (branche locale d’Al-Qaïda).

Aux termes de cet accord, Moscou cesserait de bombarder les positions des rebelles syriens soutenus par Washington et empêcherait son allié syrien de faire de même, en échange d’un moindre isolement russe sur la scène internationale, selon le Wall Street Journal.

Source: romandie

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Olivier Soulleys
4 années plus tôt

Normal, puisque MOSCOU lutte contre le terrorisme…

darkcity
darkcity
4 années plus tôt

ca fait 5ans que ca dure.
et il ny a pas d’issue.
Quand la mère Clinton sera élue, elle pourrait mettre les bouchés double pour dégager Bachar.
et là, ce sera la WW3.

Mario Mourao
4 années plus tôt

Bon ce sont des frappes “chirurgicales” mais pas de la micro-chirurgie non plus 🙂

Hector Lefrancs
4 années plus tôt

Attention , car les russes les ont prévenus avant 🙂

Madeleine Philippe
4 années plus tôt

Le monde à l’envers !!!!! Ils sont déments !

Bernard Pouille
4 années plus tôt

et puis, ce poste n’était-il pas secret ? Donc non communiqué aux Russes ?

Florent Grognet
4 années plus tôt

Petite précision, cet avant poste servait aussi et surtout de base d’opérations à la NAS (Nouvelle Armée Syrienne), qui dépend de l’ASL (Armée Syrienne Libre), connu pour des trucs bien glauques avec vidéo à l’appui, genre pour cannibalisme, ou plus récemment pour avoir décapité un gamin de 13 ans.

7
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x