Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Simone Wapler: 3 000 milliards d’euros pour presque rien
 

draghi-burningLe bilan de la BCE est de la fausse monnaie sous forme d’accès au crédit. L’économie réelle reste en panne. Les helicopters money décolleront avant l’annulation des dettes.

3 249 milliards d’euros, soit un tiers de la taille de l’économie européenne, 1,5 fois celle de la France, telle est la quantité de fausse monnaie désespérément injectée par la Banque centrale européenne.

Pour les keynésiens benêts, cette politique monétaire est censée relancer la croissance de l’activité. Si les résultats sont nuls, c’est qu’il faut en faire plus. Les keynésiens benêts peuplent le monde universitaire.

Pour les keynésiens cyniques, cette politique monétaire doit susciter de l’inflation. En toute rigueur on devrait dire l’impôt-inflation, une taxe non votée sur l’activité économique. A défaut, les taux d’intérêt négatifs produisent le même effet. Les keynésiens cyniques hantent les grandes institutions internationales.

Pour les politiciens, cette politique monétaire, qui engendre des taux nuls ou négatifs, évite l’impopularité de l’austérité et permet la poursuite des politiques clientélistes. L’insolvabilité des finances publiques est camouflée par ce “soutien abusif” de la BCE.

Pour l’industrie financière, cette politique monétaire permet de se défausser des mauvaises créances et de continuer à toucher des commissions en brassant de l’argent créé à partir de rien.

Et pour nous, vous demandez-vous, cher lecteur sagace ?

Pour nous, rien. Si ces magouilles produisaient le moindre effet, le Japon serait sorti de récession depuis des décennies.

La Parasitocratie n’oeuvre pas pour le “bien commun”, elle travaille à ses propres intérêts. Elle profite de ce système.

Mais face aux biens maigres résultats récemment obtenus, la confiance du public s’effrite.

A ce stade deux étapes sont possibles. Soit on restructure les dettes. C’est propre, net, douloureux. Les banques sombrent, les épargnants imprudents sont ruinés. La récession est violente. C’est la destruction créatrice.

Mais aucun membre de la Parasitocratie n’y a intérêt. Les universitaires keynésiens perdraient leurs chaires. Les keynésiens cyniques seraient mis au placard au FMI, à l’OCDE, à la Banque mondiale, dans les banques centrales… Les politiciens ne seraient pas réélus et les banquiers perdraient leur rente.

Soit on fait décoller les helicopters money. Les keynésiens benêts et cyniques sont satisfaits, les politiciens multiplient les dépenses de redistribution et les allocations en tout genre. Ça ne coûte rien, c’est l ‘Etat qui paie. Dans ce cas, les seuls membres perdants de la Parasitocratie seront les financiers qui perdent leur rente de distribution de crédit.

Egon Von Greyerz: nous sommes au milieu de la plus grande chaîne de Ponzi de toute l’histoire !

La BCE rachète les dettes des groupes du CAC 40

Et pour nous, vous demandez-vous songeur, cher lecteur sagace ?

Pour nous, rien. Si les helicopters money rendaient riche, le Zimbabwe serait la première puissance économique mondiale.

La courroie de transmission entre l’économie réelle et l’industrie financière est cassée. Le recours massif au crédit a donné naissance à des surcapacités productives et des bulles. Qui achète de l’immobilier comptant ? Qui a même les moyens d’acheter une voiture comptant ? Pour repartir d’un bon pied il faudrait éliminer ces surcapacités et non pas les préserver.

Nous aurons probablement droit aux helicopters money, nous aurons probablement une inflation des prix sans hausse des salaires et nous aurons une restructuration des dettes. Il faut vous y préparer.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Source: la-chronique-agora


simone-waplerSimone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l’éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd’hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié « Pourquoi la France va faire faillite » (2012), « Comment l’État va faire main basse sur votre argent » (2013), « Pouvez-vous faire confiance à votre banque ? » (2014) et « La fabrique de pauvres » (2015) aux Éditions Ixelles.


               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
plouf
plouf
3 années plus tôt

@lamodé
Dommage qu’il n’existe pas un correcteur d’orthographe de conjugaison et de grammaire. Je déteste me relire parfois..

plouf
plouf
3 années plus tôt

Ce pognon qui n’existe pas (6000e par tête en EU n’est ce pas) c’est une ligne de crédit informatique que nous devrons fatalement rembourser avec du travail, du vrai argent ou de vraies taxes.
J’aurai quand même préférer percevoir ces 6000e, j’aurai acheté des tonnes de confit de canard et pris un bain avec.

michel clerc
michel clerc
3 années plus tôt

tout est pris en main BCE distribue des milliers de mds,que capte la finance sans vergogne depuis des annees, les politiques qui continuent de plus belle dans l incompetence le mensonge (la dette a doublé en 10 ans, le chomage au +haut jamais atteint), et sont reelus depuis 40 ans avec la « benediction » d a peine + de 20% de la population, tout ce cirque est possible grace a la complicité bienveillante des « medias » en echange de subventions, niches fiscales et avantages en tous genres, ces castes vivent dans un monde completement deconnecté de la realité, le citoyen est un… Read more »

Kali
Kali
3 années plus tôt

Quelle dette???? La dette que ces gros cloportes en s en mettant pleins les fouilleslles ont créent???? La dette que nos enfants et petits enfants vous payer pour ces pourris????? Non merci j espère que les moutons vont se réveillés et vont sortir les pics ….

Christophe Morestin
3 années plus tôt

quelque chose me dit que 2017 va etre sympas …..

Nomis
Nomis
3 années plus tôt

Depuis le temps qu’on nous promet l’hélicoptère et à la vitesse où nous allons dans le mur ……il serait temps de passer au Boeing Money !!!!

Stocco Laurent
3 années plus tôt

Les solder comment surtout que ce sont des dettes crées artificiellement ? Il faut les effacer et repartir autrement … Par contre dans la joie et la bonne humeur, ce n’est pas sur

Éric Bavoillot
3 années plus tôt
Reply to  Stocco Laurent

Si j’ai bien suivi, ce que vous appelez les dettes sont en fait des avoirs détenus par des investisseurs sous forme d’obligations ou autre, donc les dettes des un sont les avoirs des autres. Si effacer les dettes, c’est effacer les avoirs comment effacer quoi que ce soit sans que le système s’effondre ?

Bruno Duhaze
3 années plus tôt

Du papier pour les chiotes

Sébastien Glaas
3 années plus tôt

j’espère que les dettes seront restructurées AVANT que le système financier s’effondre, parce que si une crise financière survient et que les dettes sont à leur niveau actuel, on est mal …

Stocco Laurent
3 années plus tôt

Ceux qui n’ont rien perdront moins 🙂

Sébastien Glaas
3 années plus tôt

on a un excès de dettes publiques d’un côté et un excès de liquidités dans le système financier de l’autre (les deux étant problématiques). La logique voudrait qu’on solde les dettes en faisant baisser les liquidités du système financier. C’est l’étape 1 évoquée dans l’article. Moi je suis pour !!

12
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x