Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Bill Bonner: Investissement actions: qu’est-ce qu’une “bonne entreprise” ?
 

business-paperLorsqu’on investit en actions, on veut être certain d’avoir les meilleures entreprises possibles dans son portefeuille. Mais comment s’en assurer… quand même les investisseurs les plus prospères n’y arrivent pas ?

Vous vous demandez probablement Comment déterminer ce qu’est “une bonne entreprise” afin d’investir sainement dans des actions solides.

Coca-Cola, par exemple, est une bonne entreprise. Elle détient un produit à faible coût de revient, que les gens apprécient, et dont un grand nombre d’entre eux sont pratiquement dépendants.

Mais il existe une multitude d’autres boissons gazeuses ; de nouvelles versions apparaissent chaque jour. Alors la raison pour laquelle le Coca est plébiscité n’est pas si évidente.

Voilà pourquoi les gens ne parviennent pas à cerner le degré de qualité d’une entreprise, même de l’intérieur.

En 1887, par exemple, Asa Candler a acheté la formule du Coca-Cola à son inventeur, John Pemberton, et à d’autres actionnaires, pour la somme de 550 dollars.

En 1961, les frères McDonald, Richard et Maurice, ont vendu leur chaîne de fast-food à Ray Kroc moyennant 2,7 millions de dollars.

Et en 1976, le troisième associé fondateur d’Apple, Ronald Wayne, a cédé sa participation de 10% dans l’entreprise (qui vaut plus de 62 milliards de dollars à l’heure actuelle) pour la modique somme de 800 dollars.

Si les fondateurs et propriétaires ne savent pas ce que vaut leur entreprise, alors comment un investisseur venu de l’extérieur pourrait-il le savoir ?

Le grand pari de Buffett

La plupart du temps, la réponse est la suivante : ils ne le peuvent pas.

Il y a huit ans, Warren Buffet a parié un million de dollars qu’un groupe de hedge funds choisi par Protege Partners, une société de gestion d’actifs basée à New York, réaliserait au cours des 10 années à venir des performances inférieures à celles du S&P 500.

Ce pari est encore en jeu pendant deux ans. Mais jusqu’à présent, Buffet le remporte largement. Le S&P 500 a enregistré une hausse d’environ 65%… par rapport aux 22% de gains, en moyenne, des cinq hedge funds que Protege Partners a sélectionnés.

Si les cracks à la tête de hedge funds ne parviennent pas à battre les indices boursiers, alors qui le peut ?

La seule certitude que nous ayons, c’est que certains y parviennent — ou du moins y sont parvenus à ce jour. Et même si “les performances passées ne garantissent pas les performances futures”… c’est tout ce que nous avons à notre disposition.

Faire pencher la balance

Pour faire pencher la balance en sa faveur, ces investisseurs font une chose, entre autres : ils s’intéressent aux gens qui dirigent l’entreprise.

Là encore, d’après notre propre expérience, beaucoup de gens dirigent des entreprises mais s’intéressent plus à leur carrière et à ce qu’ils gagnent qu’à la santé de l’entreprise en elle-même.

En particulier à l’heure actuelle — et surtout grâce à l’argent fondé sur le crédit, qui pervertit tout le système — les dirigeants et investisseurs ont tendance à voir à très court terme.

Mais il est rare de produire rapidement de la croissance et des profits réels.

On comprend mieux l’entreprise si on la considère comme une machine à acquérir des connaissances, et non à générer de l’argent. Ceux qui réussissent sont ceux qui apprennent plus rapidement – à moindre coût… par les tentatives et l’échec… sur une longue période.

Si vous tentez d’accélérer les profits à court terme, la plupart du temps, vous interrompez cette assimilation à long terme.

Voilà pourquoi les entreprises achetées et revendues par des investisseurs professionnels, des fonds, ou des sociétés de capital-investissement, aboutissent presque toujours à un désastre.

Ces prédateurs pillent les actifs réels, font crouler l’entreprise sous les dettes puis tentent de revendre une coquille vide à des investisseurs qui ne se doutent de rien.

Voilà pourquoi nous privilégions les entreprises dans lesquelles le dirigeant s’investit de tout son coeur, car il fait tout ce qu’il faut pour que son entreprise réussisse.

Là encore, cela ne garantit rien. Mais cela représente une petite protection…

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Source: la-chronique-agora


bonnerBill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.
En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir dans en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.
Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).


               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      

[AMAZONPRODUCTS asin=”2914569661,2865532321,2914569823,2297004788,2915401233″ partner_id=”busbb-21″ locale=”fr”]

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
b touloutd la t=réponseservin
4 années plus tôt

qu’est-ce qu’une “bonne entreprise” ? j’attends toujours la réponse

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x