Allons-nous assister à des scènes de chaos dans les rues de Washington durant l’investiture de Donald Trump ?

Le décor est déjà planté pour qu’une confrontation éclate entre d’un côté, les manifestants de la gauche radicale et de l’autre côté, les autorités et les partisans de Donald Trump.

On estime que des centaines de milliers de partisans de Donald Trump arriveront à Washington pour célébrer son investiture, mais on s’attend également à l’arrivée de centaines de milliers de personnes pour protester contre. Ces manifestants prévoient de mettre en place des barrages, de perturber le bal inaugural et de perturber autant qu’il leur sera possible cette journée. En réalité, un porte-parole de #DisruptJ20 a expliqué que l’objectif de son organisation sera de créer « le chaos complet » de jour de l’investiture de Donald Trump.

Selon Legba Carrefour, le porte parole de l’organisation #DisruptJ20, le but sera de faire les gros titres le lendemain de l’investiture de Donald Trump, par nos protestations, en bloquant certains accès voire en employant la violence afin d’empêcher le bon déroulement de la cérémonie.

Inutile de dire qu’en essayant de provoquer le chaos, ces gens là rentreront en confrontation directe avec les forces de l’ordre. Si ces anarchistes font ce qu’ils affirment vouloir faire, les forces de l’ordre seront obligés d’intervenir physiquement. Ce qui suit provient de l’organisation #DisruptJ20 qui invite à « passer à l’action ». Les activistes de #DisruptJ20 entendent ainsi initier une rébellion «dans la ville, puis à travers le pays»….

«Nous voulons interrompre l’investiture», a expliqué le leader du groupe DisruptJ20, David Thurston lors d’une conférence de presse le 12 janvier, cité par Reuters. L’activiste va jusqu’à souhaiter empêcher Donald Trump de devenir le 45e président des Etats-Unis, et espère que son action permettra à «une rébellion de se développer dans la ville, puis à travers le pays».

Il a annoncé son intention de perturber différents points de contrôles de sécurité au Capitole, à Washington, où Trump prêtera serment le 20 janvier. Le groupe DisruptJ20, qui travaille avec Black Lives Matter, mouvement financé par le sulfureux George Soros, a également annoncé prévoir des «blocages» avant l’aube (sans donner plus de précisions), et des manifestations lors du traditionnel bal d’investiture.

Quelque 300 volontaires de DisruptJ20 auront par ailleurs pour mission de mobiliser les manifestants afin de mener une campagne de protestations, baptisée le «Festival de la Résistance». «Nous ne sommes pas en faveur d’une transition pacifique, nous devons arrêter [Trump]», a renchéri Legba Carrefour, une organisatrice du mouvement.

Le chef de la police de Washington a déclaré que les autorités étaient prêtes à faire face aux tentatives de perturbation de la cérémonie : «Le fait que des personnes affirment sur les réseaux sociaux qu’ils viennent « fermer » l’investiture, est quelque chose à laquelle nous sommes préparés.»

Selon les autorités, 800 000 personnes devraient assister à la cérémonie d’investiture de Donald Trump.

En plus des forces de l’ordre, de nombreux partisans de Donald Trump ont clairement fait savoir qu’ils seront prêts à faire face aux obstructions ainsi qu’aux intimidations des gauchistes radicaux. « Bikers for Trump » est l’un de ces groupes, et ils comptent sur la présence de 5.000 de leurs membres le jour de l’investiture. Selon Chris Cox, le fondateur des « Bikers for Trump », son organisation s’engage à ériger « un mur de viande » si nécessaire …

Le président de « Bikers For Trump » s’est engagé à protéger les citoyens qui se rendraient à l’investiture du président élu Donald Trump le 20 janvier prochain, appelant tous les bikers à en faire de même.

Chris Cox, fondateur de Bikers for Trump, l’association des motards qui a soutenu Donald Trump lorsqu’il était candidat à l’investiture du parti républicain, a appelé les membres de sa communauté à ériger un «mur vivant» pour protéger les Américains qui assisteront à l’investiture du 20 janvier prochain.

Interrogé par Fox News, il a déclaré : «Nous comptons prendre part à l’investiture. Nous nous engageons à ériger un mur de viande.» Concrètement, il ne s’agit pas d’empiler des steaks, mais bel et bien de «se tenir côte à côte et faire face à toute personne qui chercherait à rompre le cordon de police», a-t-il précisé. Une initiative qui vise à assurer une passation de pouvoir pacifique.

D’après Chris Cox, la communauté Bikers for Trump compte des centaines de milliers de membres partout aux Etats-Unis, et principalement dans les Etats du Texas, de Floride, de Pennsylvanie, de l’Ohio et de New York. Des milliers de bikers seraient prêts à assister à la cérémonie qui se tiendra à Washington et qui serait, selon lui, menacée par les contre-manifestants anti-Trump qui ont multiplié les actions violentes dans les semaines ayant suivi l’élection. Ce jour-là, plusieurs célébrités du show business ont par ailleurs annoncé qu’elles organisaient une manifestation en guise de protestation.

Il y aura énormément de tension cette semaine à Washington DC, et il n’en faudra pas beaucoup pour déclencher un incident majeur.

Ce lundi, une incroyable vidéo d’un reporter infiltré a été publiée et montre trois membres de la Coalition Anti-fasciste parler de la manière dont ils pourraient utiliser de l’acide butyrique afin de perturber le bal inaugural qui est prévu le jeudi soir. Ce qui suit est l’extrait d’un article du site Lifezette où l’on voit ce reportage vidéo d’un journaliste infiltré…

je pensais à des choses qui pourraient ruiner leur soirée, et faire en sorte que la cérémonie ne puisse pas se dérouler comme prévue.

« Si vous avez de l’acide butyrique, ne vous inquiétez pas quant à la taille du bâtiment puisqu’il est fermé », a expliqué Kuhn.

Ce genre de produit est efficace et sent très très mauvais et l’effet dure longtemps.

Ces extrémistes se fichent bien de porter atteinte à l’intégrité des gens afin de faire passer coûte que coûte leur message politique. Si vous n’êtes pas familier avec l’acide butyrique, sachez qu’il est souvent utilisé dans la fabrication de «bombes puantes», mais à des concentrations plus élevées, il peut effectivement devenir très dangereux…

« L’inhalation d’acide butyrique peut entraîner des maux de gorge, de la toux, une sensation de brûlure, et des difficultés à respirer.

L’ingestion d’acide butyrique peut entraîner des douleurs abdominales, un choc brutal, voire l’évanouissement. L’exposition physique à l’acide peut provoquer des brûlures, des cloques, tandis que pour les yeux, cela peut entraîner des douleurs, de graves brûlures profondes et même la perte de vision. »

Tout comme les terroristes islamistes, ces gauchistes radicaux veulent créer la peur et attirer autant que possible l’attention.

Massacre de Dallas: Je vous avais averti quant à l’arrivée de ce genre de troubles civils en Amérique

Etats-Unis: sept blessés dans des affrontements lors d’un rassemblement néo-nazi

Et pour y parvenir, ils ont prévu de bloquer les accès à l’investiture afin d’empêcher aux gens d’y assister. Si les manifestants réussissent à bloquer quelques-unes des principales routes et lignes de métro, alors ils seront littéralement en mesure de paralyser le transport à travers toute la ville. Et selon l’un des principaux organisateurs, c’est précisément ce qu’ils comptent faire

« Tôt le matin, nous allons bloquer des accès. Nous allons bloquer les points de contrôle dans les zones de sécurité. Nous allons également bloquer les routes et d’autres modes de transport en commun ».

« Nous allons faire tout notre possible afin d’essayer d’empêcher les gens d’accéder à l’investiture. »

La bonne nouvelle, c’est que des dizaines de millions de dollars sont dépensés pour la sécurité, et l’état surveille de près ce que ces groupes de gauchistes radicaux essaient de fomenter. Il est donc peu probable que les manifestants arrivent à perturber complètement les célébrations inaugurales. Ce qui suit provient de l’opinion

Washington s’est transformée en une forteresse urbaine à la veille de l’investiture de Donald Trump en raison de l’impopularité inédite dans l’histoire récente des États-Unis du 45e président américain, avant même sa prise de fonction.

Donald Trump déplace les foules, et encore plus pour son investiture. La police de la capitale fédérale américaine se prépare à la présence, vendredi 18 janvier, d’environ 900 000 personnes venues pour assister à la prestation de serment du nouveau chef de l’Union, mais également pour manifester contre lui.

En réponse, quelque 28 000 membres de forces de sécurité ont été mobilisés, des kilomètres de barrières ont été installés, et des points de contrôle et des barrages filtrants ont été dressés pour former un cordon de sécurité de huit kilomètres carrés dans le centre de Washington.

Souhaitons que les forces de l’ordre soient en mesure de maîtriser les protestataires cette semaine, parce que la situation peut dégénérer très rapidement voire même devenir incontrôlable. Parfois, on est tenté de laisser un peu d’espace aux manifestants afin qu’ils « puissent se défouler », mais si l’on commence à voir à la télévision des scènes de chaos et de violence, alors les rues de Chicago pourraient potentiellement se transformer rapidement en une véritable zone de guerre.

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder

22 commentaires

  1. Comptez sur les « medias » pour vous relater la moindre petite manif et donner un sentiment de revolte anti Trump, de guerre civile, le bal a commencé depuis le debut de campagne, 90% des medias sont anti Trump, les « medias » France ne sont pas en reste, a croire qu’ils ont un role a jouer, les memes s’etonnent que Trump les ignore royalement, en tout il arrive un moment ou il faut payer l’addition, la France peut compter sur Trump pour lui envoyer la note, les insultes d’Hollande ne sont pas oubliées, enfin ce n’est que mon avis bien sur

      1. dans quelques semaines les caniches Soros seront rentrés a la niche, Hollande aura degagé et le soleil se lèvera toujours a l’Est

  2. Ne vous inquiétez pas. Avec Trump et ses amis d’Exxon ou goldman, les choses ne changeront pas vraiment ( si c’est ce qui dérange). Ces milliardaires feront en sorte que le « business as usual » soit la règle, comme avec les autres présidents. Et quoi de plus normale? Ils ne vont pas renverser la table où ils mangent + que bien.

  3. Des manifestants payés par des ONG financé par Soros, des médias qui n’ont pas digérés la victoire de Trump…le peuple a tranché et ça ne plait pas à tout ce petit monde d’élitisme.

    1. Je disais ça dans le sens qu’ils l’ont choisi peut etre par désespoir ou par non choix mais les américains l’on choisi. On les prend souvent pour un peuple bête mais croyez moi ils ne sont pas si bête que ça et ils savent qui les gouverne. Quand tu poses la question à un américain: pourquoi vous avez tous des armes chez vous? Ils te répondent c’est parce qu’on a peur de notre gouvernement. Au niveau police répressive je dirai qu’ils sont pas mal en haut de la liste. Ils sont pauvres mais résilients et très debrouillards fier et ne se plaignent jamais contrairement à d’autres civilisations occidentales dont je me garderai de mentionner le nom

      1. Le français ne se plaint pas, il râle, nuance.
        La relation qu’il a avec son gouvernement est fait de confiance tant qu’il n’a pas le sentiment d’être trahi.
        Mais cela peut prendre du temps entre le moment où ce sentiment émerge et la réaction souvent violente.
        D’ailleurs c’est la raison pour laquelle le gouvernement et l’U.E. firent tout pour pourrir les mouvements populaire lors du vote parlementaire sur la loi dite du travail, c’est pourquoi aussi tout fut fait pour éteindre l’incendie, si je puis dire, que fut la police en colère.
        Contrairement aux autres gouvernements européens et celui étasunien, celui français sait très bien que la France peut maintenant péter un plomb n’importe quand, la mémoire historique est toujours là, au moins depuis la guerre de cent ans, et oui, ça remonte à loin, bien plus loin que 1789.
        Et si ça part, ça viendra soit de Lyon, soit de la région parisienne, l’histoire, toujours l’histoire.
        Que je vous explique.
        Le pouvoir central, en France, fut ce qui faisait contrepoids, jadis, à la puissance des seigneurs, c’est pourquoi il est centralisateur.
        Toute l’histoire de ce pays fut donc ponctuée d’une lutte continuelle entre l’aristocratie et le roi et, ce, jusqu’à la Fronde, au début du règne de Louis XIV.
        Vous remarquerez la ressemblance entre les puissances d’argent d’aujourd’hui et celle des armes hier, celle de cette aristocratie.
        Contrairement à l’Allemagne qui, en tant que Saint-Empire-Romain-Germanique, se divisait en une myriade d’états plus ou moins indépendants, d’où sa structure étatique actuelle.
        L’état, en France, est, pour le français, le garant d’une protection contre les puissances régionales, mais aussi des puissances hors des frontières.
        Le pétage de plomb du français survient lorsque ce rôle n’est plus remplit par celui ou ceux qui gouvernent, ce qui est le cas aujourd’hui.
        En Angleterre, c’est autre chose, les britanniques, eux, peuvent amorcer un virage politique à 180° sans que cela ne pose de vrai problème, parce que ce virage est générée par les élites, voire le brexit.
        Contrairement aux élites françaises qui, elles, tendent à vouloir s’accrocher à leur croyance du moment, à tous prix, parce qu’elles pensent que leurs intérêts et leur pouvoir ne se trouvent que là, si ils sont suivis en cela par le pouvoir central qui n’assume dès lors plus ce rôle de balancier face à elles, alors il saute ou, ad minima, aura de grande difficultés à rester en place.
        C’est tout cela qui fait, qu’ensuite, la moindre étincelle fait détonner cette tension explosive.
        Deux révolutions et deux graves révoltes au XIX° siècle, 1830, les trois glorieuses, 1848, le printemps des peuples amorcé en France, les révoltes des canuts 1831, 1834, 1848, et 1871 la commune de Paris, ce n’est pas rien, avec des renversements de gouvernement en 1830 et 1848.
        Sans compter 1958 et la prise de pouvoir du Général De Gaulle, non pas par un coup d’état, certes, mais par un coup de force.
        Cela pour dire que si les anglais savent comprendre leur réel intérêt à toutes les échelles hiérarchiques, si les allemands suivront le gouvernement de leur Land, en revanche, si en France n’est pas élu le seul parti politique voulant faire sortir le pays de l’U.E. et de l’O.T.A.N., soit l’U.P.R., nous aurons à faire face à des troubles que vous n’imaginez même pas, ou simplement à un coup d’état, tout simplement parce que ce sera toute la société qui se mettra en branle.
        Quand aux U.S.A., la possibilité d’une nouvelle guerre de sécession n’est pas à exclure, loin de là, c’est pourquoi Monsieur Trump a choisi une personnalité texane comme vice-président, là où se trouve la fracture la plus large (pas sot, ce mec, tout de même).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page