Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Philippe Herlin: France: bientôt des bad banks ?
 

On a l’habitude de considérer que les systèmes bancaires malades sont ceux de l’Europe du Sud et de quelques pays de l’Europe centrale, et que l’Europe du Nord, France comprise, se porte relativement bien. Mais il faut de temps en temps revenir aux chiffres et à leur cruelle objectivité. C’est ce que nous propose l’aride mais très révélateur document du Parlement européen sur les prêts en défaut à la fin 2016 au sein de l’Union Européenne (liste des abréviations des pays) et publié le 13 juillet.

Les prêts “douteux”, en défaut ou presque (les Non-Performing Loans – NPL – en anglais dans le document), sont considérés comme tels, selon la définition internationale, lorsque les remboursements accusent un retard d’au moins 90 jours. Autrement dit, la situation est largement désespérée, la reprise des remboursements étant peu probable. La banque peut éventuellement compter mettre la main sur le bien (immobilier ou autre) pour le revendre, mais cette opération prend du temps et se fait toujours à perte.

Or que voit-on dans ce tableau qui récapitule les prêts “non-performants” des pays de l’UE, et qui se montent au total à 1.092 milliards d’euros ? Que certes l’Italie est le pays le plus mal en point, cela nous le savions, avec 276 milliards d’euros de prêts pourris dans les bilans de ses banques, mais qu’en deuxième position vient la France avec 148 milliards d’euros ! Suivent l’Espagne (141 milliards d’euros), la Grèce (115 milliards d’euros), l’Allemagne (68), les Pays-Bas (45), le Portugal (41).

Ce très mauvais résultat de la France passe sous les radars du fait que le principal ratio pris en considération ramène ces prêts pourris à la taille du bilan : ce dernier étant considérable (le bilan des grandes banques françaises = 3 fois le PIB national !), ces 148 milliards d’euros finissent noyés. Or il s’agit là d’une erreur, les éléments et autres engagements du bilan sont peu mobilisables, en tous cas pas rapidement. En cas de crise, ce qui compte c’est le cash, les liquidités, les fonds propres, et lorsque l’on ramène ces prêts défaillants (148 milliards d’euros) aux fonds propres réels des banques (259,7 milliards d’euros fin 2016), on obtient un ratio de 57%. Plus de la moitié des fonds propres des banques françaises sont menacés par ces prêts défaillants… Ce ratio est surnommé le “ratio Texas”, le seul qui compte selon l’agence de notation Fitch.

Charles Gave: 70% des banques européennes en état de quasi faillite L’OCDE prédit une cascade de faillites et l’Europe devra sauver les banques

Alors, aurons-nous bientôt des “bad banks” en France ? Ou, pour prendre le terme technocratique, des “structures de défaisance” ? C’est-à-dire des organismes chargés de débarrasser les banques de leurs boulets, avec l’aide de l’argent du contribuable, bien sûr. La France possède une certaine expérience dans ce domaine, nous avons connu cela avec le Crédit Lyonnais au tournant des années 90, on sait faire… Pour l’instant il n’y a pas d’urgence, contrairement à l’Italie, mais en cas d’accentuation de la crise (hausse du taux de défaut, choc financier quelconque), le gouvernement serait forcé d’intervenir.

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Stocco LaurentBublestarsSandton Hill Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Bublestars
Invité
Bublestars

Bad banks = bad people.

Le mot “banque” vient de l’italien et signifie “table de comptoir” (https://fr.wiktionary.org/wiki/banque)
Donc si une banque est sur le point de s’effondrer c’est parce que la population a “un peu” trop compté dessus pour avoir tout gratuitement et facilement wink

Autrefois, les voleurs y venaient faire un hold-up en étant masqué et repartait avec le butin dans l’anonymat le plus complet, désormais ils empruntent avec un découvert bancaire et laissent toutes leurs coordonnées.
Tous ces cons se sont faire rouler dans la farine et sont désormais fichés/traqués jusqu’à ce qu’ils aient tout rendu jusqu’au dernier centime.

Bublestars
Invité
Bublestars

Les cons ne savent pas qu’ils sont cons, les fous ne savent pas qu’ils sont fous et les voleurs ne savent plus qu’ils sont des voleurs car voler son prochain est devenu une normalité.
C’est de cette manière que les Elites repèrent les mauvaises graines qui devront être jetées dans les flammes de l’Enfer.

Sandton Hill
Invité

Y’A déjà des bad banquiers.

Stocco Laurent
Invité

Et qui deviennent même président smile