Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
La Banque du Japon réduit discrètement son QE, la fête des injections de liquidités est terminée

Après des années d’achats dispendieux, la banque du Japon a déclaré ce 4 décembre qu’elles possédaient pour 521,6 trillions de yens d’actifs en date du 30 novembre 2017. Dans son portefeuille, il y a des obligations japonaises, de l’or, des obligations d’entreprise, des parts de sociétés d’investissement immobilier cotées, des ETF actions, du crédit, etc. Un bien beau portefeuille : il s’élève à 96 % du PIB japonais.

En termes de ratio, le bilan de la FED, avec ses 23 % du PIB américain, fait pâle figure à côté de celui de sa consœur japonaise. Quand on parle de QE, personne n’arrive à la cheville du Japon. Rien qu’en obligations japonaises, son portefeuille s’élève à 443,6 trillions de yens. Son bilan ressemble typiquement à un bilan post-crise financière… sous stéroïdes :

Il y a néanmoins quelques différences entre la BoJ et les autres banques centrales : tout d’abord, la Banque centrale du Japon s’est lancée dans des assouplissements quantitatifs bien avant que l’on mette un nom sur cette politique. Ce n’est cependant qu’en 2013 qu’elle est passée à la vitesse supérieure, ses injections monétaires massives du passé devenant subitement modestes en comparaison. En 2005, la BoJ avait déjà tenté de réduire la taille de son bilan pour rapidement abandonner.

Mais aujourd’hui, il y a du nouveau : depuis décembre 2016, c’est-à-dire lorsque la Federal Reserve a commencé à relever son taux et quelques mois après que quelques Gouverneurs de la FED aient commencé à évoquer publiquement la possibilité de réduire la taille du bilan de leur institution, la BoJ a commencé à freiner ses ardeurs.

La taille de son bilan poursuit sa hausse, mais à un rythme moins soutenu. Au pic d’intensité de son QE, soit durant l’année 2016, la banque a ajouté pour 93,4 trillions de yens d’actifs à son bilan. Dans les 12 mois précédant le 30 novembre 2017, elle n’a ajouté « que » 50,8 trillions. Cela reste énorme, mais c’est presque la moitié par rapport à l’année précédente.

Le graphique ci-dessous montre la valeur des actifs ajoutés au bilan de la BoJ sur base des 12 derniers mois depuis la crise financière :

Le bilan de la Banque centrale du Japon à 500.000 milliards de yens Egon Von Greyerz: Le monde va être détruit par les banques centrales. Les conséquences seront inimaginables

Lire la suite sur or-argent.eu

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
King Ricardo
Invité
King Ricardo

Ça vas faire ecrouler les indices de la bourse Japonaise. Il sont en faillite et maintenant vont payer chere pour leur politique de impression monetaires massive.

Garofula
Invité
Garofula

Après un tel niveau de délire monétaire, le Japon pourrait bien devenir, économiquement parlant, le pays du soleil couchant.

Garofula
Invité
Garofula

Le Japon s’y met, après les USA. Même la Chine a débuté la normalisation : normal, le congrès du parti étant terminé et Xi ayant obtenu les pleins pouvoirs, il n’y a plus besoin de créer l’illusion monétaire pour s’attirer les faveurs des masses corrompues du parti aussi rouge sang qu’il est unique.

Il ne restera bientôt que l’Europe pour s’entêter dans cette politique monétaire suicidaire. Malheureusement pour l’Europe, le possédé qui est à la tête de la BCE gardera son pouvoir de nuisance jusqu’en octobre 2019.