Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Bulles et krachs: les émotions sont aux commandes, pas les fondamentaux

Nous traversons une ère de la « bulle généralisée » : l’orgie mondiale de crédit et d’assouplissements quantitatifs a poussé la valorisation de presque toutes les classes d’actifs à des niveaux qui ne sont pas justifiés par l’état de l’économie réelle. Dans cet article (traduction des passages clés), Lance Roberts nous explique pourquoi cette fois c’est vraiment différent, même si cela finira de la même façon car peu importe les fondamentaux, ce sont les émotions qui font les bulles et les krachs :

« Je voudrais insister sur ce point : les bulles sur les marchés n’éclatent pas en raison des valorisations ou des fondamentaux. Avant de vous énerver, laissez-moi vous expliquer mon raisonnement.

Les bulles sur les marchés actions sont alimentées par la spéculation, l’avarice et les émotions. Cela signifie que les valorisations et les fondamentaux ne sont que le reflet de ces émotions.

Autrement dit, des bulles peuvent exister même lorsque les valorisations et les fondamentaux semblent suggérer le contraire. Permettez-moi de vous montrer un exemple concret pour expliquer ce que je veux dire : le graphique ci-dessous montre les évolutions du ratio P/E (ratio cours sur bénéfices) du S&P 500 depuis 1871.

Tout d’abord, il est important de relever que hormis les exceptions de 1929, de 2000 et de 2007, tous les autres krachs boursiers ont eu lieu à des niveaux de ratio P/E inférieurs à celui d’aujourd’hui.

Pour la 2nde fois en 100 ans, cet indice dépasse le niveau qu’il avait atteint avant le Krach de 1929 Shootée aux liquidités et complètement junkie, la capitalisation boursière mondiale vient d’atteindre un nouveau record !

Deuxièmement, tous ces krachs boursiers ont été le résultat d’événements n’ayant rien à voir avec les niveaux de valorisation des titres, comme des soucis de liquidités, des décisions du gouvernement, des erreurs de politique monétaire, des récessions ou des pics d’inflation. Ces événements furent les catalyseurs qui ont déclenché la recherche paniquée d’une porte de sortie par les investisseurs.

Egon Von Greyerz: « Croyez moi si vous le voulez, mais un krach gigantesque est imminent. » Voilà à quoi ressemble un marché au bord de l’effondrement

Lire la suite sur or-argent.eu

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
Marc Chivrac
Membre

la fin approche