Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Nick Hubble: La Courbe de Philipps et les banquiers centraux ne nous procurent aucun bénéfice

Les politiques monétaires reposent sur la courbe de Philips dont il est maintenant prouvé qu’elle est fausse. Jusqu’à quand allons-nous subir leurs nuisances ?

La Banque du Japon l’a fait !

La Banque du Japon l’a fait ! Elle a réduit la taille de son bilan sans déclencher de panique financière générale.

Retirer de l’argent de l’économie, c’est resserrer les conditions financières. Or, ce n’est pas ce que sont censées faire les banques centrales lorsque l’inflation est inférieure à leur cible.

La réduction du bilan enregistrée en décembre est la première depuis les « Abenomics » lancés en 2012 pour tenter de faire repartir la croissance et l’inflation au Japon. Cela n’a pas marché, malgré la multiplication par quatre du bilan de la banque centrale.

Que signifie alors cette réduction de décembre ? Les Japonais admettraient-ils leur défaite ? Auraient-ils compris, au bout de 40 ans d’essais, que leur politique monétaire ne fonctionne pas ?

Quand les banques centrales du monde entier sont dans le pétrin

Il n’y a pas que les Japonais qui sont dans la confusion. Les banques centrales du monde entier se retrouvent dans le pétrin.

Les Américains ont entamé le même processus de réduction de la taille de leur bilan il y a quelques mois. Ils ont atteint leurs cibles d’inflation et de chômage. Mais la croissance du PIB et la productivité sont en dessous des prévisions.

En Europe, la Banque centrale européenne doit jongler avec les inflations très disparates propres à chacun de ses différents Etats membres. Bonne chance pour appliquer une politique monétaire unique à des pays si dissemblables.

Il y a quelques semaines le Comité de politique monétaire (Monetary Policy Committee) de la Banque d’Angleterre a voté pour continuer le quantitative easing (QE) à un rythme de 435 milliards de livres par an – et ce malgré une inflation galopante. Le gouverneur s’est donc vu dans l’obligation de fournir une explication.

Il semble que les banquiers centraux de tous pays n’arrivent pas à obtenir ce qu’ils veulent. Nous allons voir pourquoi.

Le grand défaut de leur raisonnement pourrait se traduire par un changement énorme qui se prépare au sein même des institutions les plus puissantes au monde.

Et vu que leur politique a sauvé votre retraite en 2008, vous voulez savoir ce qui se passe.

Les fausses hypothèses des banques centrales

Depuis des dizaines d’années, les banquiers centraux gèrent la relation entre l’inflation et le chômage. Tout ça pour découvrir au final qu’il n’y en a pas.

Ces 10 dernières années en ont apporté la preuve. En fait, la relation entre l’inflation et le chômage n’a existé que pendant un laps de temps très bref. Pourtant, elle continue d’être la théorie économique la plus influente aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’elle justifie la politique monétaire elle-même, l’idée que les Etats peuvent et doivent gérer l’économie.

Egon Von Greyerz: Les banques centrales mènent les gens à l’abattoir. L’or, l’ultime porte de sortie. Egon Von Greyerz: d’ici peu, les banques centrales vont paniquer et commencer à imprimer plus de monnaie que jamais

Je sais que gérer l’économie via des taux d’intérêt semble être une idée stupide. Mais les gens croient en de telles absurdités. Au cours du siècle dernier, l’Etat britannique a géré les télécoms, établi les salaires, rationné le pétrole et le charbon, contrôlé les loyers et fixé le prix de toutes sortes de produits de consommation. De nos jours, seuls le prix et la quantité d’argent dépendent encore de l’intervention de l’Etat dans l’économie. C’est d’un rétrograde !

Mais cela peut-il encore perdurer face à l’effondrement de leur principale théorie économique ? A quoi ressemblera le monde si les banquiers centraux se rendent compte qu’ils sont perdus et inutiles, ce que nous savons tous depuis la stagflation des années 1970 ?

Tout revient à la courbe de Philipps

Tout revient à la courbe de Phillips, c’est-à-dire la relation entre l’inflation et le chômage. Mais quelle est cette mystérieuse relation ?

Greyerz: « Matières premières, dollar et taux d’intérêt – En route vers l’hyperinflation ! »
Si le chômage est trop élevé, l’inflation sera trop basse parce que les travailleurs ne sont pas assez payés pour dépenser et pousser les prix vers le haut. Si l’inflation est trop élevée, c’est parce que trop de travailleurs ont trop d’emplois et trop de revenus, ce qui pousse les prix à la hausse.

Cette théorie est stupide. Elle ne tient pas compte de l’offre et de la demande. Si les prix augmentent parce que les travailleurs sont bien payés et peuvent acheter plus, alors la production augmente et fait augmenter l’offre. Ce qui fait revenir les prix à un niveau plus bas. Comme vous l’expliqueront les négociants en matières premières, la solution pour des prix élevés, c’est des prix élevés. Cela stimule l’offre. Mais pour un économiste, la solution pour des prix élevés, c’est des taux d’intérêt plus élevés. Ils ont l’interventionnisme chevillé au corps.

La courbe de Phillips ? Une ineptie

L’idée de la politique monétaire est que les banquiers centraux peuvent utiliser les taux d’intérêt pour contrôler notre position sur la courbe de Phillips. Ils essaient toujours d’équilibrer l’inflation et le chômage. C’est l’Etat qui les a chargés de le faire, comme ils aiment à nous le rappeler. Comme si les échecs désastreux et les effets pervers n’étaient pas de leur faute…

Voici à quoi est censée ressembler la courbe de Phillips, d’après l’expérience des Etats-Unis dans les années 1960 :

Source : Macroeconomic Principles

Le seul problème est que la courbe de Phillips n’a pratiquement plus jamais ressemblé à ça. Nous verrons la suite dans le prochain article.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la crise

Source: la-chronique-agora


Je vous conseille vivement d’écouter ci-dessous la mise en garde d’Egon Von Greyerz sur la situation actuelle et sur l’énorme crise qui se profile.

Fabrice Drouin Ristori: Egon, pouvez-vous nous dire comment vous voyez la situation évoluer à l’avenir ?

Egon Von Greyerz: « Il n’y a pas de solution à ce problème. Le problème est trop grave, comme je l’ai dit; les gouvernements sont en faillite, les dettes augmentent maintenant à un rythme exponentiel, et il n’y a aucune possibilité de réduire les dettes. Tout gouvernement qui essaie de lancer des plans d’austérité se fait immédiatement renvoyer, et même s’il pouvait instaurer ces mesures d’austérité, il est aujourd’hui trop tard. Alors la prochaine étape que je vois, et je crois que cela commencera très bientôt, est que les déficits vont s’accélérer, et donc l’impression monétaire va s’accélérer, et on sera en route vers une dépression hyperinflationniste.

La dette mondiale vient d’atteindre un nouveau sommet historique à 233.000 milliards de dollars Egon Von Greyerz: d’ici peu, les banques centrales vont paniquer et commencer à imprimer plus de monnaie que jamais

Bien sûr, cela pourrait prendre des années, mais je crois que cela va aller plus vite que prévu, parce que le système est très fragile… alors l’impression monétaire, comme je l’ai dit, détruira les monnaies, qui sont toutes à la baisse depuis cent ans; elles ont perdu 97 à 99% par rapport à l’or ces cent dernières années, et elles ont perdu 80% par rapport à l’or ces douze dernières années. Il ne reste plus beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre 100%, ce qui arrivera, et alors l’impression monétaire aura entièrement détruit la valeur des monnaies papier, et c’est ce qui créera de l’hyperinflation.

Egon Von Greyerz: « L’état réel de l’économie mondiale est inquiétant ! » 1971: 100$ permettaient d’acheter un lingot d’Or de 100g – 2016: ces 100$ permettent d’acheter 3g de ce même lingot

Fabrice Drouin Ristori: Dans ce contexte, peut-on dire que l’Or est dans une bulle ?

Egon Von Greyerz: L’or n’est pas dans une bulle. Tout ce que fait l’or, c’est refléter la destruction des monnaies papier. Vous devez regarder la courbe à l’envers : alors, au lieu de voir l’or monter, vous verrez les monnaies se déprécier. Ce n’est pas l’or qui monte, c’est le dollar, l’euro et la livre sterling qui baissent. Et cela va continuer.

Face à l’Or, le dollar a perdu plus de 98 % de sa valeur d’origine Egon Von Greyerz: « L’Amérique doit se réveiller – le dollar va vers zéro ! »

Seulement 1% des actifs mondiaux sont alloués à l’or aujourd’hui, presque personne ne possède de l’or en réalité, et l’or a quand même monté ces douze dernières années, il a quintuplé, sextuplé, selon la monnaie. Et, comme je l’ai dit, à peine 1% des investisseurs possèdent de l’or. Cela va changer dans les années à venir, ce qui signifiera que la demande d’or va augmenter et, vu qu’il n’y a pas assez d’offre, cette offre additionnelle ne peut se manifester qu’avec des prix plus élevés. Et c’est ce qui va arriver.

Réveillez-vous !!!!

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x