Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Les fonds parient sur le pétrole à 150 $ après la bourde de Trump au Moyen-Orient
 

Nous avons relaté durant ces dernières semaines les visions optimistes d’investisseurs tels que Gundlach sur les matières premières. Avec la décision de Trump de remettre en question l’accord sur le nucléaire iranien, la situation se présente encore mieux pour le pétrole et l’ensemble des matières premières, ce qui devrait bénéficier à l’or. Selon Ambrose Evans-Pritchard du Telegraph, le président américain a tout simplement commis une grossière erreur :

« Donald Trump n’aurait pas pu choisir un timing économique plus risqué pour déchirer «l’accord pourri» avec l’Iran. Le marché mondial du brut était déjà en train de se tendre à un rythme élevé.

Les réductions coordonnées de la production des pays de l’OPEP et de la Russie ont éliminé la suroffre de pétrole que l’on connaissait depuis 4 ans. Il n’y a désormais plus de réserves suffisantes pour contrer un choc de l’offre. La prime géopolitique sur les cours réapparaît donc.

L’agonie du régime Maduro arrive à son terme. La production de pétrole du Venezuela est en train d’imploser alors que le secteur est à court de pièces de rechange, ce qui a réduit l’offre mondiale de 700.000 barils par jour par rapport à l’année dernière.

L’Amérique du Nord fait face à des limitations posées par son infrastructure. Il n’y a pas suffisamment de pipelines pour acheminer la production du bassin permien du Texas. La situation est plus ou moins similaire en ce qui concerne les sables bitumineux de l’Alberta.

La perspective de la perte d’une partie de la production iranienne n’aurait pas été significative il y a un an. Mais aujourd’hui, ce n’est plus vrai. La hausse du baril de Brent jusqu’à 77 $, soit de 60 % depuis juin dernier, est due à la confluence de crises politiques en gestation dans de nombreuses régions du monde.

«Nous pensons qu’un risque de choc pétrolier plane et qu’il pourrait se manifester dès 2019 alors que plusieurs éléments convergents s’assemblent pour former une tempête parfaite», a écrit Westbeck Capital. Cette maison prédit le pétrole à 100 $ dans un avenir proche, et même à 150 $ alors que la planète risque une pénurie de l’offre similaire à celle de 2008.

Le fonds avertit que l’effondrement des investissements depuis 2014 va bientôt découler sur l’inévitable retour de bâton. Les réserves en déclin des champs existants n’ont pas été remplacées. Le rendement des projets conventionnels a jusqu’à présent augmenté, mais la situation va se renverser cette année. En 2019, elle devrait baisser de 1,5 million de barils par jour. Les capacités additionnelles du globe baisseront jusqu’à un maigre 1 %. Le pétrole de schiste américain ne sera pas capable de compenser l’intégralité du déclin. «Depuis 2014, on ne cesse de répéter que le prix du pétrole sera bas à long terme, cela a poussé les analystes du secteur dans une certaine torpeur», a-t-il déclaré.

Ralentissement économique en vue à cause des cours du brut ? Pourquoi un pétrole à 70$ est une vraie mauvaise nouvelle pour la France…

Inutile de préciser qu’un bond du prix du baril à 150 $ engendrerait rapidement une récession mondiale. Les États-Unis peuvent espérer être relativement épargnés vu qu’ils sont devenus l’un des plus gros producteurs de pétrole du monde (proches d’atteindre leur production record historique), mais ce serait fatal pour une Europe résolument importatrice. Un tel scénario serait un nouveau test potentiellement fatal pour cet euro non réformé.

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne souhaitent peut-être préserver l’accord avec l’Iran, mais ces nations sont plutôt impuissantes face à l’hégémonie financière américaine et la férocité des «sanctions secondaires».

Les mesures envisagées par le Trésor américain couvrent l’expédition, l’assurance et tout ce qui concerne les supports financiers et logistiques de l’industrie iranienne du pétrole. Toute société européenne ou asiatique qui enfreint ces règles n’aura plus accès au marché américain des capitaux et aux systèmes de paiement internationaux utilisant le dollar.

Carburant: La flambée des prix se poursuit Carburant: La flambée des prix se poursuit

Lire la suite sur or-argent.eu

4
Poster un Commentaire

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
1 Comment threads
3 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
expat882 Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
882
Invité
882

Ce serait une bonne nouvelle.

Le pétrole synthétique est rentable à partir de 130$. Je parle de pétrole à base de charbon ou de culture de microalgues pas de bio étanol.

Ou comment produire du pétrole brut sans avoir de puit et sans prendre des terres arables.

expat
Invité
expat
882
Invité
882

Quel est le rapport avec ce que j ai dit?

expat
Invité
expat