Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Philippe Herlin: “L’Europe se fracture sur les migrants, qu’en serait-il en cas de crise bancaire ?”
 

Sur la question des migrants, on voit les fractures se creuser dangereusement au sein de l’Union Européenne, avec des prises de positions parfois virulentes dans les propos (cf les échanges d’amabilités entre Macron et Salvini), ou le refus des pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie) d’assister au sommet sur les migrations à Bruxelles le 24 juin. Les points de vue s’opposent frontalement, les inimitiés s’accroissent considérablement.

On ne peut s’empêcher, en voyant ce spectacle de désunion et d’esclandres, d’imaginer ce qui se passerait en cas de crise bancaire et financière. Parce qu’il faut bien examiner ce scénario désormais. La crise des migrants et une éventuelle crise bancaire n’ont pas de rapport entre eux, évidemment, mais les antagonismes qui sont en train de se creuser sur le premier dossier pourraient rejaillir sur le second. D’autant que certains commencent à créer des connexions entre la question des migrants et d’autres, qui n’ont a priori rien à voir : le commissaire européen Pierre Moscovici vient de suggérer que les fonds européens, qui bénéficient aux pays qui ont adhéré récemment, soient diminués s’ils n’acceptent pas de recevoir des migrants. Quel rapport ? Et si ces pays traversent une crise bancaire, on les aidera moins que prévu ?

Mais le problème principal demeure l’Italie bien sûr, qui est à la pointe de la crise des migrants, et des problèmes bancaires… Car le secteur bancaire italien va mal, nous le savons, puisque 11,1% des prêts sont considérés comme défaillants (“NPL”, pour non performing loans), un taux qui met clairement en danger le système financier transalpin, et qui n’est dépassé que par le Portugal (15,2%), Chypre (38,9%) et la Grèce (44,9%). Faisons une parenthèse : ce dernier chiffre montre au passage que la Grèce est en complète faillite contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, la crise grecque “s’achève”, annonçait le 21 juin le même Pierre Moscovici, quelle blague. Bref, la France et l’Allemagne se sont mises d’accord pour proposer de limiter les prêts “non performants” des banques de l’UE à 5% maximum du total des encours, nous apprend La Tribune, est-ce là un moyen de pression sur l’Italie ?

Charles Gave: “Le système bancaire italien est en faillite !” Les chroniques de Jacques Sapir: Les banques italiennes au bord du gouffre

Autre élément du problème : la BCE prévoit d’arrêter son quantitative easing (QE) fin 2018, le programme de rachats d’actifs se poursuivra au rythme de 30 milliards d’euros par mois jusqu’en septembre 2018, puis il sera réduit à 15 milliards d’euros jusqu’à la fin décembre, et stoppé ensuite. Or ces rachats d’actifs, essentiellement des obligations souveraines, profitent largement à l’Italie qui peut ainsi afficher des taux d’intérêt raisonnables sur sa dette. Avec la fin du QE, les taux – qui ont déjà commencé à frémir avec l’incertitude politique – risquent de monter dangereusement. Une crise concomitante des finances publiques et du système bancaire en Italie mettrait en péril la zone euro toute entière. Si les pays européens réagissent en se tirant dans les pattes comme ils le font actuellement à propos des migrants, on imagine les dégâts. Le scénario d’une explosion de l’euro reviendrait subitement au premier plan.

Charles Gave: La fin de la zone euro est inéluctable…et imminente ! Alan Greenspan: “les jours de l’Euro sont comptés !”

L’Union européenne se fracture tandis que son secteur bancaire est mal portant (en Italie, mais aussi en Grèce et à Chypre, sans oublier la Deutsche Bank), voilà qui n’est guère rassurant pour l’épargnant européen… Voilà qui renforce notre scénario d’une crise financière qui, une fois n’est pas coutume, ne débuterait pas aux États-Unis mais en Europe.

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

A l’intention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
evain
evain
2 années plus tôt

les migrants c est le lumpenprolétariat, il est là pour faire sauter le “verrou national”. En France nous avons été les premiers touchés à mort par l’arrivée massive de “gris” ou de “jaune” principalement après mai 68; ce sont les Portugais du nord et les Kabyles Algériens pour le gros des troupes. Il y avait certes, autrefois, des échanges interrégionaux mais les Aragonais ne sont pas des Portugais et les Piémontais ne sont pas des Kabyles. Ces gens servent à mener à bien une lutte horizontale enfin de permettre au patronat et à l’oligarchie d’etre plus tranquille. La lutte verticale… Read more »

Sebastian Salmon
Sebastian Salmon
2 années plus tôt
Reply to  evain

De toute façon, l’éclatement de l’Europe n’est plus très loin, parce que l’italie souhaite que les autre payis européens participe à l’éfort, voire le lien Internet suivant : https://www.bbc.com/news/world-europe-44633606

Jean-marie Marandin
2 années plus tôt

Oui une bonne guerre.

Francoise Moureaux
2 années plus tôt

La guerre civile

evain
evain
2 années plus tôt

La Guerre civile ????le pire serait la Brésilianisation….hélas j ai peur que nous y soyons déjà.
Avec la Brésilianisation impossible de revenir en arrière.

Il faudra changer de civilisation…sinon et bien se sera la partition territoriale”the end” simplement et là ce ne sera pas un sympathique Western spaghetti.

evain
evain
2 années plus tôt
Reply to  evain

quand je dis changer de civilisation …je veux dire accepter de disparaitre en tant que Français “de souche” et tout ce que ça signifie derrière.

joseph
joseph
2 années plus tôt

Les banques si elles sont un problème ne posent pas de questions ni d’inquiétudes sauf aux économistes.
Le seul problème, celui qui fera exploser tous les compteurs, est celui de l’immigration. Seulement, tous nos commentateurs, s’entêtent, à l’image du personnel politique, à parler d’autre chose.
En Italie cela s’appelle de façon insultante du “populisme”, lorsque l’Allemagne s’éveillera sur le sujet, elle est déjà en phase de réveil comme l’ont indiqué les dernières élections honteusement détournées par Merkel, le populisme aura viré au nazisme… et à ce moment, les banques seront un non événement.

bigmac29
bigmac29
2 années plus tôt

Tout tient par des bouts de ficelle !!!

evain
evain
2 années plus tôt
Reply to  bigmac29

tout tient par le judaisme politique 😎

Esprit de contradiction
Esprit de contradiction
2 années plus tôt

L’Europe était une belle idée au départ, mais mise en place para des Charlots.

evain
evain
2 années plus tôt

Il n’y a pas de peuple européen c’était une utopie des le départ… 😆

12
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x