Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le FMI sait que l’économie mondiale est plus exposée qu’en 2008
 

Le FMI nous titille. Il parle de « courants sous-jacents dangereux » dans le système mondial. Il avertit d’un « resserrement soudain, des conditions financières » susceptibles de faire exploser la bulle des actifs dans le futur, sans dire quand et sans expliquer comment.

Le titre de son rapport de stabilité financière a été rédigé pour interpeller : « Une décennie après la crise financière mondiale : la situation est-elle plus sûre ? » Mais le FMI ne répond pas à sa question, nous laissant dans l’expectative.

Permettez-moi donc de tenter de décrypter ce que pense le FMI, mais qu’il n’ose pas dire vu qu’il est le prisonnier politique de Washington, de Pékin et des défenseurs de l’Union monétaire en Europe.

Dans la liste des griefs du FMI, on retrouve un habitué, la dette. Les engagements des États, des ménages et des sociétés non financières ont atteint la barre des 167.000 milliards de dollars, une hausse bien supérieure à la croissance économique.

Cela représente plus de 250 % du PIB mondial. À la veille de Lehman, nous étions à 210 %.

Cet endettement supérieur signifie que le système est « plus sensible aux variations des taux », tandis que les types de dettes sont tout aussi gangreneux. Les émissions de crédit avec effet de levier sont supérieures à l’avant Lehman.

Un paragraphe édifiant sur les emprunts de type repo en Chine, liés au secteur de 11.000 milliards de dollars des « véhicules d’investissement », affirme que les volumes quotidiens sur ce marché ont été multipliés par 15 rien que cette année. Ils s’élèvent aujourd’hui au double du pic atteint aux États-Unis juste avant l’effondrement de 2008.

Ces repos sont utilisés pour « faire le pont entre des écarts d’échéances », soit entre des emprunts à court terme et des actifs à long terme non liquides. C’est exactement ce genre de déséquilibre qui a fait exploser la banque Northern Rock, puis Lehman lorsque les marchés des capitaux se sont figés.

Le FMI ébauche un dénouement horrible dans lequel les forces inflationnistes américaines sont subitement libérées, forçant la FED à bondir sur la pédale de frein. Le duo explosif augmentation des coûts du crédit et hausse du dollar frapperait de plein fouet les marchés émergents, qui subissent déjà les effets d’un étranglement « similaire à l’épisode de 2013 ».

Le Fond accuse tout en souplesse les États-Unis de provoquer une surchauffe avec sa « politique fiscale procyclique ». Il s’agit d’un descriptif alambiqué des baisses d’impôts et des dépenses décidées par l’administration Trump et le Congrès républicain, un mélange de politiques décidées en fin de cycle, soit de l’irresponsabilité criminelle.

L’Amérique se dirige droit vers la plus grande crise d’endettement de l’histoire ! USA: La fuite en avant dans l’endettement ou comment aggraver l’inéluctable crise qui se profile

Le FMI affirme que le déficit fédéral américain grimpera l’année prochaine à 5 %, et qu’il devrait tourner autour de ces niveaux jusqu’en 2023, ce qui devrait alors propulser la dette américaine à 117 % de son PIB. (…)

Cette politique qui engendre de la dette supplémentaire et redondante ne s’autofinancera pas, cette dette reviendra hanter la société américaine. Mais ce n’est pas pour tout de suite. Pour l’année prochaine, la surchauffe de l’économie américaine est le problème numéro 1, et pas que des États-Unis.

Lire la suite sur or-argent.eu

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Channy
Channy
1 année plus tôt

Il paraît que le FMI aurait lui aussi de sérieux problèmes financiers–ah les rumeurs!

Poujade51
Poujade51
1 année plus tôt

Les Etats unis ne sont pas responsables de toutes les conneries commises par l’ensemble des banques centrales sur la planète ! Que chacun avant de critiquer la paille du voisin, contemple avant tout sa propre poutre si vous voyez ce que je veux dire. Les QE de draghi en outrepassant ses prérogatives a engendré l’irresponsabilité en europe, chacun comptant sur les voisins pour se sauver et ça ce n’est pas de la faute des USA. De plus les prêts en dollars passant par les banques européennes aux pays émergeants ne sont pas non plus de la responsabilité américaine ! Je… Read more »

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x