Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Simone Wapler: De surprenants gains de productivité

Sans gain de productivité, pas de véritable croissance de la richesse. Or, dans un monde surendetté, une masse colossale de crédit repose sur la croissance future.

Dans cette Chronique, nous aimons bien réfléchir sur les gains de productivité.

Parce que c’est la seule façon de créer véritablement de la richesse.

La création de monnaie ne crée pas de richesse.

Les magouilles des banques centrales ne créent pas de richesse.

Les circuits taxations-subventions ne créent pas de richesse : ils prennent de force aux uns pour donner aux autres.

L’État ne crée pas de richesse : il prélève sur celle qui a été créée pour fonctionner.

Mais si vous faites plus avec moins (de temps, d’énergie, de matières premières…), vous créez de la richesse.

Bill Bonner soupçonne Internet de ne pas avoir apporté de gains de productivité et étaye petit à petit ses réflexions. Chacun peut effectivement constater que malgré la « Révolution de l’information », la croissance patine des deux côtés de l’Atlantique.

Quelqu’un  m’a récemment mis sous le nez deux graphiques très instructifs issus d’une conférence du World Materials Forum.

Le premier porte sur l’évolution de la valeur ajoutée par secteur aux États-Unis depuis 1947. Il s’agit de la valeur ajoutée par heure de travail, qui est une certaine mesure de la productivité.

Dans l’ordre décroissant,  les secteurs les plus performants sont :

  1. L’agriculture
  2. La production industrielle
  3. Le commerce de gros ou de détail
  4. Le bâtiment

Il est étonnant de constater que dans l’agriculture, passée la révolution de la mécanisation, l’utilisation de compléments chimiques et de semences a permis de très importants gains de productivité, déjouant les malthusiens qui nous menaçaient de mourir de faim en raison de l’augmentation de la population mondiale. Les récentes dispositions à l’encontre des engrais, pesticides et insecticides devraient d’ailleurs faire décliner la productivité.

Il est aussi surprenant de constater que le bâtiment stagne depuis la Seconde guerre mondiale. Le bâtiment n’est pas plus performant en Europe qu’aux États-Unis, comme en témoigne ce deuxième graphique, qui part cette fois de 1995. Là aussi, zéro gain de productivité.

On pourrait penser pourtant que le raffinement des méthodes de calcul et de simulation, dans la lignée des travaux d’Eiffel, permettrait de dépenser moins de matière en la mettant là où il le faut et conduisant à plus d’efficacité.  Il n’en est rien.

Contrairement à ce que beaucoup prétendent, les grandes ruptures technologiques qui conduisent à des bonds de productivité sont très rares dans l’histoire de l’humanité.

Le feu, la pierre taillée, le métal, puis l’utilisation de l’énergie fossile : voilà les grands jalons de la productivité. Les gains des deux siècles précédents tiennent à la mécanisation rendue possible par le charbon, le pétrole et l’électricité.

Désormais, en gros, dans l’agriculture, il faut une personne là où il en fallait 10 avec une importante saisonnalité.

Quiconque se souvient des contes ruraux de la tradition orale sait que l’angoisse de l’ouvrier agricole (on disait valet de ferme) était d’être celui qui, après les moissons, allait être gardé l’hiver — bénéficiant d’un toit et du couvert et participant aux menus travaux de cette période creuse. Pour cela, il fallait montrer qu’on pouvait travailler dur en mangeant peu…

La production industrielle a permis d’attirer en ville toute une main d’œuvre qui – enfin – pouvait échapper à la fatalité de la saisonnalité, ne pas se retrouver  dans la campagne gelée et avoir un emploi tout au long de l’année.

Pour en revenir à aujourd’hui et maintenant, on constate combien notre système financier est dangereux.

Il repose en grande partie sur du crédit adossé à rien, si ce n’est aux promesses de gains futurs, la mythique croissance.

Mais si la croissance n’est pas au rendez-vous, ce sera la faillite car on ne peut emprunter indéfiniment l’argent du futur.

Ce manque de véritable création de richesse explique le surendettement privé et public auquel nous sommes actuellement confrontés.

Un jour, il faudra bien admettre que toutes les dettes contractées ne peuvent pas être remboursées. Ce jour-là, une importante quantité d’épargne sera détruite. Car une petite partie de la dette des uns correspond aussi à l’épargne des autres. Il est prudent de préparer votre patrimoine à cet événement.

Pour plus d’informations, c’est ici


simone-waplerSimone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l’éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd’hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié « Pourquoi la France va faire faillite » (2012), « Comment l’État va faire main basse sur votre argent » (2013), « Pouvez-vous faire confiance à votre banque ? » (2014) et « La fabrique de pauvres » (2015) aux Éditions Ixelles.

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker: Stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
generalchanzy
generalchanzy
2 années plus tôt

Bon article qui confirme ce que j’ai déjà écrit. La destruction créatrice est une idiotie. Les énergies fossiles ont permis de se débarrasser des salaries et maintenant, on paie la facture. Un tracteur remplace 10 ouvriers qui, aujourd’hui ne peuvent même plus se payer à bouffer, même avec un smic ou un temps partiel.

jbr
jbr
2 années plus tôt
Reply to  generalchanzy

Très juste. Comme quoi les gains de productivité ne sont pas forcément un progrès pour l’humanité. En ce qui concerne le bâtiment, la stagnation de la valeur ajoutée tient probablement à la baisse des prix générée par ces gains de productivité.

mOI
mOI
2 années plus tôt

Ce qui est marrant , Simone , c’est que toi et tes semblables ont vécu toute leur vie sur les intérets de cette dette !
Alors pourquoi cracher dans la soupe qui te permet de vivre grassement ?

Article 50
Article 50
2 années plus tôt
Reply to  mOI

Joliment remarqué !!!
C’est facile, yaka demander aux banques !
Le capital est virtuel, les intérêts eux sont bien réels.

Pour l’achat à crédit, Coluche avait dit en son temps que le mec se ferait plus de pognon en revendant le crédit qu’en revendant la maison …
Est ce que par hasard ce ne serait pas la définition ce qu’on appelle un « produit dérivé » ?

4
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x