Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Simone Wapler: “Gilets jaunes, beurre et argent du beurre”
 

Le pouvoir d’achat des Français repose sur la dette publique et les émeutes des gilets jaunes sont vues avec perplexité par les investisseurs étrangers.

Depuis l’étranger, on s’inquiète de la France… « Cette fois c’est vraiment grave ? » me demande-t-on au Congo, d’où j’écris en ce moment cette chronique.

Les messages, photos et vidéos qui circulent donnent une image confuse de la situation.

Par exemple :

L’auteur se décrit @Hugues_Serraf Bobo hors-sol et cosmopolite circulant à vélo mais pro-Linky. Journaliste et écrivain par ailleurs.

Ce tableau, quoique confus, correspond pourtant bien à la réalité où les idées sont également très confuses, voire fumeuses.

A l’origine de ce mouvement, une révolte contre la taxe sur le diesel. Depuis, une révolte pour le « pouvoir d’achat », le déclassement… : les motifs deviennent de plus en plus larges et les solutions de plus en plus folles.

Tout et son contraire sont réclamés. Plus d’aides, plus d’allocations mais aussi moins de taxes. Même l’énarchie en est déroutée ; la coutumière promesse par le sommet de fournir des subventions à quelques-uns afin de faire passer la pilule amère pour tous a été accueillie avec sarcasmes par la base.

Pour une raison très simple : cela ne fonctionne pas, comme le démontre la dernière étude de l’INSEE…

« Le constat est cruel. Alors que la France célèbre ce 1er décembre les 30 ans de la création du Revenu minium d’insertion (RMI) et les 10 ans de celle du Revenu de solidarité active (RSA), le pays n’a jamais compté autant de pauvres.

 […]

 Avec 714,5 milliards d’euros de prestations sociales versées en 2016, la France est pourtant le pays européen qui dépense le plus en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, de logement, d’emploi, de famille, mais aussi de santé et de retraites. Ce montant représente 32,1 % du PIB, contre une moyenne de 27,5 % pour l’Europe des vingt-huit, selon les chiffres du ministère des Solidarités. L’aide et l’action sociales représentent 10 % de ce montant, soit 70 milliards ».

Le Figaro

Après 30 ans, même les plus obstinés de la base commencent à comprendre qu’il y a anguille sous roche. 

Dans mon livre La Fabrique de pauvres (*), j’expliquais comment les politiciens professionnels avaient besoin d’entretenir la dépendance et donc la pauvreté. C’est leur gagne-pain.

La propagande pro-étatique est cependant très bien menée. A chaque fois que quelqu’un  demande comment font les autres, dans les autres pays, il lui est répondu que nous ne pouvons pas renoncer à notre modèle social que tout le monde nous envie.

Si vous demandez « dans ce cas, pourquoi personne ne nous copie ? », vous obtenez un blabla bien rodé qui conduit à faire croire que nous, Français, sommes généreux au contraire de tous les autres qui sont cruels et mercantiles. En Allemagne, il y a des  « travailleurs pauvres » ; au Royaume-Uni, les gens ne sont pas soignés ; la Suisse est un petit pays où il n’y a que des riches, on ne peut pas comparer, etc.

Le marché que haïssaient tant Mitterrand et Hollande va cependant peut-être se charger de remettre les idées en place, car on ne peut pas vivre éternellement avec l’argent des autres ou avec de l’argent qui n’existe pas.

« Il n’y a pas de vraie demande pour les obligations de l’Eurozone à ces rendements.

Les risques explosent en Italie en dépit des rachats massifs de la Banque centrale européenne.

L’Espagne, le Portugal et la France cherchent à augmenter leurs déficits.

Des pays doivent trouver un programme de réforme musclé ».

Daniel Lacalle

La situation actuelle ne tient que par les manœuvres de Mario Draghi. Hors euro, il y a longtemps que notre taux d’emprunt aurait flambé à 10% et que nous aurions dévalué (renchérissant d’autant les hydrocarbures).

Il y a deux échéances politiques importantes pour votre épargne : les élections européennes en mai 2019 et le remplacement de Mario Draghi à la tête de la BCE le 21 octobre 2019.

Pratiquement, l’évolution des taux d’intérêt sur la dette française sera déterminante. Déjà en juin dernier et en octobre, les rendements des emprunts à 10 ans ont dépassé ou se sont approchés de 1% avant de rebaisser. En attendant, si les investisseurs étrangers décident de bouder la dette française, Mario Draghi aura fort à faire pour endiguer la crise — si tant est que ce soit possible.

Malgré toutes les manipulations financières, on ne peut pas indéfiniment avoir le beurre et l’argent du beurre, une chose et son contraire, moins d’impôt mais plus d’Etat.

Le véritable pouvoir d’achat se gagne avec des feuilles de paye, en veillant à ce qu’elles soient le moins amputées possible par l’Etat. En complément, l’épargne, qui représente le sacrifice d’une consommation différée, doit être rémunérée et non punie.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

(*) https://www.amazon.fr/fabrique-pauvres-comment-prendre-lengrenage/dp/2875152491


simone-waplerSimone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l’éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd’hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié “Pourquoi la France va faire faillite” (2012), “Comment l’État va faire main basse sur votre argent” (2013), “Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?” (2014) et “La fabrique de pauvres” (2015) aux Éditions Ixelles.

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker: Stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
8 Comment threads
3 Thread replies
6 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
9 Comment authors
Rogntudjuuu !carpediembbriseKoreGara Garyy Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Rogntudjuuu !
Invité
Rogntudjuuu !

Ouuups !

“Pyramide de Maslow” et non “triangle de Pavlov”

Rogntudjuuu !
Invité
Rogntudjuuu !

Ach ! Simone. Mais c’est quoi la dette, à part une arnaque bancaire ? Allez ! Zéro TVA sur l’alimentaire (l’alimentaire n’est pas une marchandise et c’est vital), 5,5 % sur l’énergie de base (électricité, gaz, eau, carburant), 20% pour le consumérisme dont on peut se passer et qui n’est pas vital. La TVA pourrait suivre le triangle de Pavlov. Ah oui comment on finance ça ? 50 % de TVA sur les Porsche et autres bagnoles pouvant rouler à 180 km/h au pays du 80 km/h, Rolex, Yachts … etc Les mecs qui se payent cela peuvent casquer plus… Read more »

bbrise
Invité
bbrise

Plus d’aides, plus d’allocations mais aussi moins de taxes.
Il faut investir massivement dans les infrastructures et les bâtiments pour éviter le gaspillage énergétique, dans la santé pour accompagner le vieillissement démographique ou encore dans la formation. Les jeunes et les moins jeunes sont souvent analphabètes face à la digitalisation, ils se trouvent à la merci des fake news. Le besoin en éducation est énorme dans ce domaine.
Smic: mais d’où sortent ces 100 euros promis ?

Les 15 milliards promis par Macron m”inquiètent

Erick le Loher
Invité

17 ans que je suis à mon compte, mon tarif jour est le même = augmentation ZERO

carpediem
Invité
carpediem

Ce n’est pas le cas de monfils, mais 50 heures par semaine. Il ne se plaint pas lui… Ces phrases sont passées inaperçues. Pourtant elles contiennent une bombe:”Je veux aussi que nous mettions d’accord la Nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde. Que nous abordions la question de l’immigration.” Fusillade au marché de Noël: pardon, d’hiver.

Gara Garyy
Invité

Bientôt un gouvernement de gilets jaune et une économie excluant les grosses fortunes qui seront saisies

Aziz Malika Houceine
Invité

13 ans après le référendum de 2008 nous sommes toujours esclaves des technocrates libéraux europeistes et mondialistes !

Erick le Loher
Invité

22 ans après la création de la CRDS, la dette est toujours la

generalchanzy
Invité
generalchanzy

Curieux cette obstination à ne pas voir la réalité. Il n’est pas demandé plus d’état ou moins de taxes mais ou est passé l’argent? Il est dans le privé “haut de gamme” et “on” en voit pas la couleur. Pourquoi les autres ne copient pas notre modèle? Ils aimeraient bien mais, chez eux aussi l’argent a disparu. Il va falloir arrêter de prendre les gens pour des enfants gâtés.

luc
Invité
luc

Si j’ai bien compris, je suis absolument d’accord. Je crois que les taxes ne sont pas le probleme, le probleme c’est ce qui est fait avec, et avec tous les services qui partent, et tout ce qui se privatise, on se demande effectivement ou passe le fric, et c’est bien ca le probleme.

Kore
Invité
Kore

Le fric passe dans la poche des Elites, net d’impôts.