Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Etienne Henri: Et si le changement climatique était acceptable ?
 

Le débat sur la lutte contre le changement climatique a été confisqué. Ce devrait être un choix évalué avec rigueur plutôt qu’un idéal politiquement correct qui ne souffre aucune discussion.

Les politiques de lutte contre le changement climatique mobilisent des sommes exorbitantes. Les montants dépensés par nos chers dirigeants dépassent l’entendement, alors qu’aucun moyen éprouvé n’existe pour atteindre l’objectif affiché de suppression totale des émissions de CO2.

 Citoyens et contribuables sont en droit d’attendre une information claire et factuellement correcte sur ce sujet.

Qui osera poser la question qui fâche ?

Le débat mériterait de sortir des postures habituelles pour recevoir une dose de réflexion cartésienne et utilitariste. Après tout, aucun grand planificateur (puisque le sort de la planète mérite visiblement d’être décidé au sein de comités) n’a encore osé poser cette question  : « Le changement climatique est-il acceptable ? »

N’est-il pas temps de se demander, collectivement, si l’usage des énergies fossiles vaut son coût environnemental et humain, avec des arguments mesurables et chiffrés plutôt que des postures idéologiques ?

Depuis le début de la révolution industrielle, la concentration de CO2 est passée de 280 ppm (stable depuis 2000 ans) à 410 ppm selon les dernières estimations. La consommation d’énergies fossiles, négligeable avant le XIXe siècle, atteint désormais les 13 milliards de tonne équivalent-pétrole par an. Selon les climatologues, la température de la planète a déjà augmenté d’un degré en 150 ans, et les conséquences environnementales, surtout locales, sont bien connues (pollutions de sols, de nappes phréatiques, assèchement de cours d’eau et de mers intérieures).

En parallèle, la population mondiale est passée de 0,7 à 7,7 milliards de personnes. Le nombre de personnes mangeant à leur faim, difficilement estimable à l’ère pré-industrielle mais probablement de l’ordre de quelques centaines de millions d’individus (hors années de famines), est désormais  de 6,7 milliards de personnes. La malnutrition ne touche plus que 10 % de la population mondiale.

Grâce à la mécanisation et à l’amélioration des rendements agricoles, qui ont permis de ne plus imposer à 80 % de l’humanité (y compris les enfants) de travailler la terre, le taux mondial d’illettrisme est passé de 87 % de la population à 13 %. Le nombre de nouveaux nés mourant avant l’âge de cinq ans est passé de 43 % des naissances (en 1800) à 3,6 % aujourd’hui.

Si nous avions le choix, serions-nous prêts à revenir sur 150 ans d’amélioration du confort matériel (habitat, transport), de l’espérance de vie, du taux d’alphabétisation et de mortalité infantile pour revenir à la situation climatique et environnementale du XVIIIe siècle ?

Le même exercice de pensée mérite d’être fait pour les 100 prochaines années.

Avons-nous confiance dans la capacité de l’humanité à faire bon usage des énergies fossiles pour éradiquer famine, illettrisme, assurer accès à l’eau potable (priorités reconnues par l’ONU) et augmenter le confort matériel de l’Homme ? Ou préférons-nous garder la planète, et les problèmes de l’humanité en l’état, auquel cas un moratoire sur l’utilisation d’hydrocarbures doit être pris sans délai ?

C’est cette question qui devrait être au cœur des débats.

Vous remarquerez qu’elle est aussi éloignée des positions des éco-responsables, pour qui toute pollution est un péché mortel, que des positions des climato-sceptiques, pour qui les coûts environnementaux du développement économique ne doivent pas être considérés (quand ils ne sont pas purement et simplement niés).

Plaidons-donc pour une évaluation rigoureuse du rapport coût/bénéfice de l’utilisation des énergies fossiles, sans œillères ni arguments absolus.

Tous les discours sur la découverte miraculeuse (et imminente) d’une recette de développement économique sans conséquences écologiques, sur la nécessité de financer telle ou telle énergie « propre » (mais étonnamment dépendante de l’usage d’hydrocarbures dans son cycle de vie) à coup de milliards d’euros de subventions publiques ne sont que de l’enfumage.

Après 70 ans passés, en occident, sous le dogme de « la santé n’a pas de prix », de timides voix s’élèvent aujourd’hui pour dénoncer le coût exorbitant des dépenses de sécurité sociales dont la hausse n’a pas été corrélée à une quelconque amélioration de l’espérance de vie.

Espérons que le XXIème siècle ne se déroulera pas sous le mantra « la lutte contre le changement climatique n’a pas de prix », qui justifierait toutes les taxations et transferts de richesse imaginables et empêcherait la moindre discussion autour de la pertinence des mesures prises.

Souhaitons qu’un débat s’ouvre autour de l’usage des énergies fossiles, trésor non-renouvelable dont l’utilisation a, comme toute chose, un coût, mais aussi des avantages certains.

A défaut, les citoyens-contribuables que nous sommes resteront sous la coupe d’un dogmatisme qui justifiera toutes les dérives de planificateurs centraux désinhibés  « au nom du bien de la planète ».

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


Etienne Henri est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur des Mines. Il débute sa carrière dans la recherche et développement pour l’industrie pétrolière, puis l’électronique grand public. Aujourd’hui dirigeant d’entreprise dans le secteur high-tech, il analyse de l’intérieur les opportunités d’investissement offertes par les entreprises innovantes et les grandes tendances du marché des nouvelles technologies.


A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 34,74 €. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
7 Comment threads
29 Thread replies
11 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
13 Comment authors
Esprit de contradictionRÉSILIANTServinFilip RizoliLucide Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
mOI
Invité
mOI
Filip Rizoli
Invité
Filip Rizoli

De Stockholm à Paris, elle a donc dû prendre l’avion pour aller à une manifestation sur le climat. Et depuis le temps qu’elle fait ça, elle doit déjà avoir une empreinte carbone plus élevée que la moyenne. Le reste de la troupe a dû prendre des photos avec leurs smartphones assemblés en Chine et à la batterie lithium d’Afrique, avant de poster le tout sur Twitter sur des serveurs hébergés aux Etats-Unis. Effectivement, ils sont l’avenir… BOUAH AH AH AH !!!

Garofula
Invité
Garofula

A peine 1000 crétins gravement endoctrinés défilent au lieu d’apprendre. Faire la grève du savoir et de la connaissance est la caractéristique de cette réunion d’incultes volontaires.

Garofula
Invité
Garofula

Finalement, ils n’étaient que 200.

Jean-Francois Sénéchal
Invité

Pas fort la question

gigi
Invité
gigi

Le scientifique François Gervais ,relecteur des travaux du GIEC ,en se basant uniquement sur les données officielles ,n’arrive absolument pas aux conclusions catastrophiques des alarmistes de tous poils. * En l’an 1000 au Groënland on cultivait du blé et on y élevait des vaches et des moutons (avéré par des découvertes archéologiques ),à cette époque la température de la planète était d’environ 2 degrés de plus qu’aujourd’hui . * Un des premiers thermomètres fabriqué au monde (1690 ),fonctionne toujours dans la banlieue de Londres et donne aujourd’hui une température moyenne de seulement un degré de plus qu’à cette époque .… Read more »

mOI
Invité
mOI

Et donc un seul homme est plus crédible que des milliers d’autres ?
Ben c’est ca le complotisme
“donne aujourd’hui une température moyenne de seulement un degré de plus qu’à cette époque” ,
Et????? Ca ne signifie strictement rien la période ne fut pas assez longue pour une fonte des glaces , voila tout
Mais il est manifeste a vous lire que vous etes totalement inculte
“sachant que la température a cessé d’augmenter depuis l’an 2000”
Sachant que c’est totalement faux et que ca relève du mantra

Garofula
Invité
Garofula

“la période ne fut pas assez longue” Ce ne sera jamais assez long. C’est comme le socialisme, c’est soi-disant parce qu’on n’en a pas assez fait qu’il a échoué.

l’équivalence des arguments foireux entre les deux idéologies est spectaculaire.

gigi
Invité
gigi

Ce seul homme comme vous dites ne fait que reprendre toutes les données du GIEC ,et depuis 2000 le GIEC constate que la température n’a pas augmenté mais continue à dire que c’est une pause et que ça va repartir à la hausse ,sauf que pour le moment c’est faux. Tout est faux depuis le début ,souvenez vous ce que les réchauffistes disaient dans les années 90 : le sahara va monter jusqu’à Paris ,nos enfants et petits enfants ne verront plus jamais la neige , les glaciers vont fondre le niveau de la mer va monter d’un mètre. Mettez… Read more »

Servin
Membre

correction 30 ans

Esprit de contradiction
Invité
Esprit de contradiction

Faut arrêter de croire que ceux qui essaient de réfléchir, sont des complotistes.
Je considère plutôt que ce sont ceux qui essaient de manipuler les humains qui sont des complotistes.
Ç’est chaque individu qu’il appartient d’ouvrir les yeux pour ne pas justement se laisser manipuler par des complotistes, surtout dans les classes dirigeantes ainsi que leurs chiens de garde.

Servin
Membre

moi je vis depuis plus de 60 ans en moyenne montagne les arbre poussent plus vite qu’autrefois parce qu’ls ont besiub de carbonne. On aprend çà à l’école primaire.

Tarte aux pions
Invité
Tarte aux pions

Si on commençais pas cesser le gaspillage, ça serait ça de fait.

Garofula
Invité
Garofula

Le problème du gaspillage, c’est d’être une notion subjective. C’est toujours l’autre qui gaspille, jamais soi-même. Par exemple, dénoncer le gaspillage sur internet est un gaspillage.

Esprit de contradiction
Invité
Esprit de contradiction

Ce n’est pas faux.

mOI
Invité
mOI

“”Etienne Henri est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur des Mines”
Et donc TOTALEMENT incompétent en matière de climatologie !
Ma concièrge elle , est diplomée en technicienne de surface et infiniment moins prétentieuse que ce monsieur !Elle n’écrit pas d’articles sur un sujet qu’elle ne maitrise en AUCUNE manière !

Garofula
Invité
Garofula

Faire croire qu’il existerait des “spécialistes” du climat est un des nombreux hoax scientifiques issus du GIEC.

Un ingénieur des mines n’est pas le plus mal placé pour dénoncer le délire climatique actuel et pour dresser le bilan négatif de ses conséquences.

Esprit de contradiction
Invité
Esprit de contradiction

Faut arrêter de croire à tous les mensonges que l’on nous sert à longueur de journée, nous avons un cerveau, efforçons nous de l’utiliser.

mOI
Invité
mOI

NON , la fin de l’humanité due a VOTRE cupidité n’est en rien acceptable !
Les gens comme vous doivent partir , vous etes des dinosaures !
80 pourcent des insectes et la moitié des mamifères disparus en 20 ans et vous ne pensez qu’a vos dividendes , individu méprisable et complotiste !

Garofula
Invité
Garofula

Citez une seule espèce d’insecte ayant disparu ces 20 dernières années.

Lucide
Invité
Lucide

Il y a vos yeux pour ça. Croyez vous vraiment que balancer des pesticides n’a aucun impact ? Rien que sur les sols, notre temps est compté : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/angleterre-le-sol-britannique-en-phase-de-devenir-sterile_2438337.html

Garofula
Invité
Garofula

Malthus professait les mêmes idioties il y a plusieurs siècles. La bêtise est sans limite.

RÉSILIANT
Invité
RÉSILIANT

J’ai 40 ans et je me souviens du nombres considérable d’insectes écrasés sur le nez de la voiture de mes parents, que je lavais en rentrant de vacances…. aujourd’hui plus rien ou quelques insectes écrasés !! Et ce n’est pas la limitation de vitesse qui est en cause.

Garofula
Invité
Garofula

Vous ne devez pas rouler souvent.

Lucide
Invité
Lucide

Ah… le déni.

Garofula
Invité
Garofula

Effectivement, le déni du réel caractérise les malthusiens.

leboncon.fr
Invité

…et si les raisons de ce rechauffement climatique nous etaient totallement inconnues ?…
Ne faud… https://t.co/noibY7oWhn

mOI
Invité
mOI

Oui mais voila ,elles ne le sont pas ,elles sont parfaitement identifiées , on a d’EXCELLENTS savants qui nous le prouvent chaque jour !Pourquoi préférer les complots , vous avez peur de la réalité ?

Mika L.
Invité
Mika L.

Si j’en juge par votre excitation et vos insultes vous semblez plus effrayé que lui.

Garofula
Invité
Garofula

Les écologistes s’excitent par désespoir en constatant que de moins de moins de gens adhèrent aux mensonges de leur idéologie catastrophique.

Résiliant
Invité
Résiliant

Impressionnant de voir qu’il existe encore des gens capables de nier notre impact sur la biodiversité, nous avons réveillé le monstre climatique , drogués que nous sommes tous au pétrole bon marché et son CO2 induit. Tous cela de soutenir une croissance infinie (dans un monde fini), pour payer la dette à une petite élite ( sans nier l’extraordinaire qualité de vie que tout cela nous a tous apporté) ect,ect … il n’y a pas d’idéologie catastrophique ici, un simple constat. À partir de maintenant vous allez le payer, comme tout le monde peut être un peu plus, car vous… Read more »

Garofula
Invité
Garofula

L’argument du monde fini est sans fondement. La croissance est un flux. Elle dépend de cycles, pas des stocks. Les cycles sont infinis à l’échelle humaine.

Cet argument repose sur la même erreur de logique que Malthus à son époque.

Chen Yung
Membre

D’excellents savants n’essaieraient pas de faire des prédictions sur un phénomène, en “oubliant” de prendre en compte tous les paramètres sauf un seul.

Esprit de contradiction
Invité
Esprit de contradiction

Les savants sont partagés sur le sujet.
Mais il ne faut pas oublier que d’autres humains ont aussi un cerveau, il n’y a pas que les savants qui ont ce monopole, et heureusement.

Lucide
Invité
Lucide

Quoiqu’il en soit, le climat est cyclique. La température augmente c’est normal. De part le soleil peut être, de part une autre planète qui influe sur tout le système solaire ? Je crois me souvenir que le climat de toute les planètes du système solaire changent. Le problème serait plutôt l’acidité des océans, la surpêche, les pesticides, la destructions des écosystèmes, la mauvaise gestion des ressources plus que le climat à mon avis.

Garofula
Invité
Garofula

La part des émissions humaines dans les quantités de CO² atmosphérique étant marginale, l’acidification des océans est globalement indépendante de l’action humaine. Son origine est plutôt à chercher dans l’action combinée de l’activité volcanique sous-marine et des variations de températures dues aux cycles solaires. La surpêche, problème très localisé, sera résolue par l’aquaculture industrielle. Aller pêcher des poissons sauvages en pleine mer appartiendra bientôt au passé, sauf loisirs, de la même façon qu’on ne chasse pratiquement plus pour obtenir de la viande. Les pesticides permettent de réguler les populations des nuisibles dans l’intérêt de tous. Les OGM permettront de corriger… Read more »