Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Nicolas Perrin: “Union européenne : notre avenir se joue-t-il au Parlement, à la Commission ou à la BCE ?”

Le reste de l’année s’annonce riche en actualités européennes : à quelle sauce serons-nous mangés par Bruxelles ?

Le renouvellement des membres du Parlement européen fait figure d’amuse-gueule dans le cadre d’une année très mouvementée sur le plan institutionnel. Les eurodéputés n’ayant aucun pouvoir d’initiative législative.

Pour bien cerner de quoi l’on parle, commençons par revenir sur l’évolution du champ de compétence de l’Union européenne au fil des traités.

Acte unique européen : jusque-là, tout va bien

Comme le rappelle le Mouvement pour la liberté et la démocratie directe (ML2D, le parti politique cofondé au mois de mars 2019 par Loïc Rousselle et Simone Wapler) dans son Manifeste pour l’Europe, jusqu’au traité de Maastricht de 1992, la Communauté économique européenne appliquait le principe de subsidiarité en se cantonnant grosso modo à ses domaines de compétences exclusifs.

Ce n’est pas le cas de l’Union européenne (UE) : elle a désormais des « compétences partagées » avec les Etats membres, des « compétences pour appuyer, coordonner ou compléter l’action des Etats membres » et, enfin, des « compétence pour prendre des mesures visant à garantir que les Etats-membres coordonnent leurs politiques ».

Bye bye le principe de subsidiarité, donc. On se retrouve désormais avec une Union qui se mêle de la culture ou encore des politiques sociales…

Pour rappel, voici les compétences exclusives de l’Union dont les bénéfices sont assez indiscutables, à l’exception de la monnaie unique qui prête pour le moins à débat :

  • L’union douanière ;
  • l’établissement des règles de concurrence nécessaires au fonctionnement du marché intérieur ;
  • la politique monétaire pour les Etats membres dont la monnaie est l’euro ;
  • la conservation des ressources biologiques marines dans le cadre de la politique commune de la pêche ;
  • la politique commerciale commune ;
  • la conclusion d’accords internationaux.

Comme l’explique l’économiste Jean-Marc Daniel, il nous a été très profitable de transférer ces compétences au niveau communautaire. C’est en effet ce qui a permis « la disparition d’un monde de médiocrité où, grâce aux barrières douanières et aux dévaluations à répétition, les entreprises évitaient les remises en question et échappaient à la nécessité de faire sans cesse des gains de productivité ».

Certes, l’œuvre européenne de libération de la concurrence n’est pas encore achevée puisqu’il n’existe pas encore de marché libre de l’électricité et de l’énergie, pas plus que la France n’a ouvert son marché des assurances sociales à la concurrence européenne, d’ailleurs.

Toutefois, force est de constater que l’intégration européenne, telle qu’elle a eu lieu jusqu’à l’Acte unique européen de 1986 inclus, a surtout permis de rendre nos économies plus modernes, plus compétitives.

Maastricht : vers une extension perpétuelle du domaine de la technocratie ?

Mais « l’Europe présente aujourd’hui deux visages », comme l’explique le ML2D :

« Il y a l’Europe du libre-échange. Qui se plaindra de la disparition des barrières douanières, de pouvoir acheter sa voiture en Espagne ou en Allemagne, de l’ouverture des télécommunications et de la fin du monopole des PTT, de l’ouverture de l’espace aérien et de la création des compagnies low cost, des étudiants Erasmus ? 

Et puis il y a l’Europe des normes, règlementations, barrières à l’entrée, du lobbyisme. L’Europe de la politique agricole commune, de la ‘jachère cultivée’, des quotas. L’Europe de l’alignement de la fiscalité par le haut. »

C’est comme cela que l’on en arrive, avec la complicité de nos dirigeants nationaux, à un monstre administratif qui veut décréter « ce que nous mangeons, buvons, respirons, cultivons, produisons, ce qui doit être subventionné ou taxé », alors que cela ne faisait pas partie de ses prérogatives originelles.

La défense n’a pas à être mutualisée

L’une des menaces les plus inquiétante pour la France est sans doute le projet d’Emmanuel Macron de créer une armée européenne en bonne et due forme.

Or, comme il en va de la culture ou du système social, la défense est un domaine de compétence qui devrait rester de l’ordre du national, les Etats ayant des intérêts divergents en la matière et la concurrence ayant ses vertus, dans le domaine militaire comme dans les autres. Cela est d’ailleurs d’autant plus important dans le cas de la défense pour des raisons assez évidentes ayant trait à la souveraineté nationale.

Notez au passage qu’il est souvent avancé que la construction européenne ayant permis d’assurer la paix sur le continent depuis 1945, la création d’une armée européenne serait un aboutissement logique. C’est on ne peut plus faux. Il y a belle lurette que l’on a tordu le cou à cette légende.

Voici par exemple ce qu’en dit Charles Boyer, ancien président de l’association liberaux.org :

« La paix depuis 1945 a beaucoup plus à voir avec deux facteurs tout à fait différents : la guerre froide, et la présence résiduelle militaire américaine sur le territoire européen, qui se prolonge à ce jour ; et la présence d’armes nucléaires sur le continent rendant la responsabilité du déclenchement d’une guerre incomparablement plus lourde. Certes, l’UE s’attribue le mérite de la paix en Europe, mais un examen rapide montre qu’elle n’y est pas pour grand-chose. » 

Le « progressisme » européen, la religion binaire à la mode faite de gentils et de méchants

Le ML2D n’est pas le seul mouvement à jeter un regard critique mais mesuré sur l’évolution de l’Union européenne. Charles Gave, le président de l’Institut des Libertés (qui n’est pas un parti politique mais un think tank libéral), veut quant à lui non pas faire sortir la France de l’UE (comme le souhaite l’UPR), mais « faire sortir Bruxelles de l’Europe, pour se retrouver entre nous en dehors de la présence de ces sinistres technocrates qui veulent nous empêcher d’être différents. »

Je le rejoins pour dire que la variété culturelle européenne est l’une des richesses de notre continent. N’abandonnons pas notre luxueux privilège d’Européens pour nous fondre dans un homo bruxellicus aussi terne qu’uniforme.

Malheureusement, l’idée selon laquelle l’UE a vocation à harmoniser chaque aspect de notre vie de « citoyens européens » a pénétré certains esprits au point qu’elle a tout d’une « religion séculière », comme l’appellent certains. Osez la critiquer dans un média grand public et vous aurez de bonnes chances de vous voir étiqueté de « populiste » ou que sais-je encore.

Je referme cette parenthèse certes assez longue mais nécessaire pour nous plonger dans l’organisation institutionnelle de l’Union.

Le système institutionnel européen fait la part belle à la Commission

Comme nous l’avons vu, le Parlement européen étant dépourvu de compétence en matière d’initiative législative, c’est la Commission qui a toute latitude en la matière. D’où l’importance hautement stratégique des personnalités qui composent cette institution.

organigramme des institutions de l'UESource : Wikipédia

Le renouvellement de la Commission va occuper nos dirigeants pour quelque temps encore au travers de subtiles tractations. Il faudra en outre que les 28 se mettent d’accord sur un président du Conseil européen, un haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité ainsi qu’un président de la BCE.

la nomination du président de la commission européenne s'annonce difficile

Pour ce qui est de la Commission, le Conseil européen devra proposer au Parlement un candidat à la présidence de la Commission. Ce dernier, s’il est élu à la majorité absolue des eurodéputés, proposera à son tour au Parlement européen un collège de 27 commissaires, préalablement désigné par le Conseil.

Après audition des candidats, le Parlement approuvera ou rejettera le collège de commissaires dans son ensemble. Au final, la Commission sera investie pour un mandat de cinq ans qui débute traditionnellement au mois de novembre.

Nigel Farage: l’armée du peuple l’emportera sur cette Union Européenne anti-démocratique Charles Gave: “Nous ne sommes plus en démocratie avec cette Europe, on est en train de violer les peuples !”

Si vous vous en tenez au schéma organisationnel des institutions européennes ci-dessus, la Commission est effectivement au centre du jeu.

Cependant, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, ce n’est pas à Bruxelles que se joue le plus directement notre avenir d’épargnant. Comme l’ont bien compris les Allemands, tout dépend en effet de ce qui est décidé à Francfort. 

C’est la BCE qui contrôle le nerf de la guerre

Eric Verhaeghe explique :

« Il est peu probable que la présidence de la Commission intéresse vraiment l’Allemagne. Avec un secrétaire général allemand, Martin Selmayr, et une occupation méthodique des postes sensibles, l’Allemagne peut s’offrir le luxe de laisser la présidence de la Commission à une personnalité subalterne, sans perdre le contrôle de l’ensemble. Une fonction bien plus stratégique pour l’Allemagne à occuper en personne est celle de président de la BCE.  

Après une longue séquence Draghi, qui a permis à l’Italie et à la France de financer leur immobilisme par de l’assouplissement monétaire en appauvrissant l’épargnant allemand, il est très probable que l’Allemagne entende reprendre le contrôle de la situation. »

Comme le rapporte La Tribune, les cinq favoris pour succéder à Mario Draghi – qui quittera ses fonctions au mois d’octobre – sont « deux Français, deux Finlandais et un Allemand ».

La Tribune Qui prendra les manettes de la BCE

Reste à voir si Angela Merkel saura manœuvrer assez finement pour imposer Jens Weidmann à ses partenaires européens. Evidemment, les pays du sud, au premier rang desquels se trouvent la France et l’Italie, préféreraient au faucon favori des Allemands un président de la BCE dévoué à la défense de leur acquis social européen, à savoir la poursuite du creusement de leur déficit budgétaire.

Financial Times Weidmann, candidat à la BCE : une star nationale confrontée au scepticisme à l'étrangerWeidmann, candidat à la BCE : une star nationale confrontée au scepticisme à l’étranger

Je vous donne rendez-vous à l’issue des tractations estivales pour commenter les noms sur lesquels se seront accordés nos dirigeants…

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


Nicolas-PerrinL’article est de la plume de Nicolas Perrin, l’auteur de l’ouvrage de référence « Investir sur le marché de l’or: Comprendre pour agir » (Editions Franel 2013) et spécialiste de la gestion de patrimoine. Nicolas PERRIN est conseiller en gestion de patrimoine indépendant. Diplômé de l’IEP de Strasbourg, du Collège d’Europe et de l’Université d’Aix-Marseille, il intervient pour les Publications Agora en tant qu’éditorialiste.

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 37,68 €. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule. Pour des prix imbattables sur l’achat d’Or et d’Argent, c’est ici et sur devis. Livrable dans toute la France.

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

L’Or des Fous (Broché)


Prix habituel EUR 24,00
Neuf: EUR 24,00 EUR En stock
Used from: EUR 24,00 En stock
buy now

Guide de l’Investissement en Or et autres métaux précieux (Broché)


Prix habituel Price Not Listed
Neuf: 0 Non disponible
Used from: 0 En stock
buy now

L’effondrement du dollar et de l’euro et comment en profiter (Broché)


Prix habituel EUR 22,00
Neuf: EUR 22,00 EUR En stock
Used from: EUR 22,00 En stock
buy now

Guide d’investissement sur le marché de l’Or (Broché)


Prix habituel EUR 26,35
Neuf: EUR 26,35 EUR En stock
Used from: EUR 26,35 En stock
buy now

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
6 Comment threads
0 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
Souverainiste utopistegeneralchanzyMegeve Mike BeaudetArnaud LebaquerMax Timmermans Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Souverainiste utopiste
Invité
Souverainiste utopiste

Die BCE liegt am Frankfurt am Main (Deutschland) !!!
Die “Komission” ist in Brussels (Belgien)
Nichts Anders zu Verstehen.
Deutschland über Alles (und auch über Europa !)

generalchanzy
Invité
generalchanzy

L’euro est allemand donc, un président de la BCE allemand, ce serait parfait.
Ca permettrait aux autres pays d’entrer en conflit ouvert avec l’Allemagne et d’accélérer la disparition de l’euro/mark.

Megeve Mike Beaudet
Invité

Out Now !

Max Timmermans
Invité

Aujourd’hui c’est la finance, les banques qui sont le Socle, les Fondations même de ce système pyramidale corrompu à tous les niveaux et remplis de conflits d’intérêts. Seulement voilà les choses sont de plus en plus Clair: La finance est à l’agonie et vie ses dernières heures. Le Vrai changement en profondeur est pour bientôt et passera par l’effondrement Total du système Bancaire Mondial déjà en marche et imminent. Le Système financier est maintenue en vie artificiellement par le fait que les banques centrales font marché à MORT la planche à billets pour injecter des liquidités dans le système et… Read more »

Arnaud Lebaquer
Invité

Fréxit vite

Max Timmermans
Invité

il se joue dans l’explosion maintenant imminente de l’Euro et l’Europe elle même !