Philippe Béchade: « Faire disparaître le cash c’est davantage de contrôle de la population »

La disparition de l’argent liquide au profit de moyens de paiement électroniques est de plus en plus discutée. Les statistiques le démontrent: dans les pays riches, on utilise de moins en moins de cash. Sputnik France a interrogé Philippe Béchade, rédacteur en chef du site La bourse au quotidien, de la Chronique Agora et Président des Econoclastes, afin qu’il nous livre son analyse de ce phénomène.

Le cash, bientôt de l’histoire ancienne… Philippe Herlin: “Si on interdit complètement le cash, nous sommes entièrement à la main des banques et des états !”

Source: sputniknews

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter de petites quantités chaque mois. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule. Pour des prix imbattables sur l’achat d’Or et d’Argent, c’est ici et sur devis. Livrable dans toute la France.

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
[AMAZONPRODUCTS asin= »2914569661,2865532321,2914569823,2297004788,2915401233″ partner_id= »busbb-21″ locale= »fr »]

16 commentaires

    1. Allez à l etranger-retrouvez vous avec votre cb bloqué par un pignouf de conseiller ou avalé par un dab-ou égaré/volée-vous irez expliquér votre problème aux marchands locaux pour acheter à bouffer-payer votre hôtel–au pire vous aurez droit à unevisite du commissariat local–super la cb tant que tout va bien

    1. va dire ça aux habitants du cashmire victime d un black-out total mis en place par l état indien sur les moyens de télécommunication téléphone et internet

  1. C’est la banquocrature, tout l’argent de la population est entre les mains des banques, qui jouent aux casinos avec votre argent, et en cas de faillite, ruiner l’ensemble de la population.
    Une prise en otage de la population par les banques.
    Déjà qu’aujourd’hui les banques gagnent sur le salaire des personnes.

  2. « Qui contrôle la nourriture contrôle les populations, qui contrôle l’énergie contrôle les nations, qui contrôle la monnaie contrôle le monde »
    Henri Kissinger, Secrétaire d’État Américain, F.M

    1. Les prolos de la classe moyenne blanche sont une espèce en voie de disparition, par contre on s’aperçoit de plus en plus d’un lumpenprolétariat métissé…

    2. Métis vient du latin mixtius mélangé. Dans le Petit Robert, le métis est l’enfant de parents de différentes couleurs de peau. Mais la couleur de peau se réduit-elle à la dualité noir blanc ? Là-dessus, les dictionnaires sont plus flous : l’eurasien est métis pour le Larousse, l’amérindien pour le Littré… Rien en revanche sur les populations d’origine maghrébine, comme si la couleur de peau d’un vietnamien était radicalement différente de celle d’un algérien ou d’un caucasien. Les sociologues tendent aujourd’hui à considérer l’enfant métis comme issu de deux ethnies différentes. Bref, un eurasien sera métis, un enfant franco-belge, non. Une définition qu’on retrouve très tôt dans notre histoire. Le mot « métis » apparaît ainsi de façon tout à fait officielle en France dès le XIXe siècle. Il s’agit des enfants nés de l’union entre un(e)« Européen » et un(e) « indigène ». Un décret de 1928 dans le Journal officiel stipule même que ces fameux « métis » doivent être « présumés de race Française ». Comme l’a brillamment démontré l’historienne Emmanuelle Saada (1), la République Française ne savait trop quoi faire de ces enfants « bâtards » : alors qu’ils étaient de simples sujets, comme les indigènes, elle a tenté du coup de les « assimiler », en leur accordant une citoyenneté de plein droit. Et quelquefois rapatriés de force en France pour les couper de l’élément indigène…

      (1) Les enfants de la Colonie, Emmanuele Saada, La Découverte, 2007
      prolo: citoyen de la dernière des six classes du peuple, sans droit et sans propriété, exclu des charges politiques. Personne qui appartient à la couche la plus pauvre de la société, qui ne possède rien en propriété. Personne qui ne possède pour vivre que les revenus que lui procure une activité salariée manuelle, et dont le niveau de vie est bas.
      Tout un programme.
      Cà roule che vous?…

      1. Un vietnamien bronzé était un « niaqueouais » , ce qui signifiait qu’il était agriculteur, comme chez nous pour le « labotore ».
        Au Québec les « Sang-melés » étaient des métis (qui avaient les mêmes droits que les Européens.
        Aprés sa victoire sur Alaric à Vouillé en 507, Clovis permit la « mixité » le mariage des Francs Saliens, Ripuaires avec les wisigoths, Burgondes et les Gallo-Romains.
        Les prolos (terme péjoratif désignant un ouvrier « embourgeoisé ») furent abandonnés à leur sort après 68 au profit des minorités qu’il ne faut surtout pas « discriminer » c’est le nouveau peuple.
        Nous avons affaire au raisonnement de Fichte (Le droit du sang, idéologie des Israéliens) et celui de Renan (Droit du sol: Qu’est-ce qu’une Nation?).
        J’aime beaucoup Fichte, d’ailleurs un cochon qui nait dans une écurie ne devient pas un cheval…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page