Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
L’appréciation de l’euro devient un problème pour la BCE
 

L’euro fort préoccupe la BCE et c’est le titre de cet article de l’AGEFI qui revient sur un élément important des grands équilibres monétaires à savoir… les parités entre les deux plus grandes monnaies du monde que sont le dollar américain et… l’euro !

« Alors que les marchés commençaient à anticiper la poursuite du rallye de l’euro au-dessus de 1,20 dollar, la monnaie unique a reculé d’un coup après le franchissement de ce seuil mardi – pour la première fois depuis avril 2018 – et jusqu’à 1,1830 mercredi soir. Ce recul soudain fait suite non seulement aux prises de bénéfices liées à ce niveau psychologique mais aussi aux commentaires du chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE), pour qui une devise trop forte pourrait devenir un casse-tête : Philip Lane a reconnu que «le taux euro-dollar importe» et que l’institution en tient compte dans sa politique monétaire ».

Il est évident et très facile à comprendre qu’une hausse de l’euro pourrait nuire aux entreprises exportatrices européennes et à notre compétitivité.

Peu importe désormais les raisons fondamentales, désormais le taux de change ne repose plus sur les lois traditionnelles de la compétitivité commerciale des nations mais sur les anticipations de création monétaire de chaque banques centrales.

La BCE n’intervient généralement pas pour dévaluer sa monnaie, mais cela pourrait changer notamment avec de nouvelles communication sur les objectifs d’inflation de la banque centrale européenne, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit. Lorsque la FED a annoncé qu’elle renonçait à son objectif d’inflation de 2 % et que cela pouvait être bien plus, les marchés ont compris qu’il y aurait encore plus de dollars. Le dollar a baissé et l’euro est monté.

Si la BCE dit qu’il y aura autant d’euros que nécessaire, alors les parités se rééquilibreront d’elles-mêmes.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x