Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Jim Rickards: “Présidentielle US : c’est parti !” Partie 2/2
 

Jusqu’à… 30 ans avant la prochaine reprise économique ?! Les candidats à la présidentielle US ont du pain sur la planche pour relancer le pays…

Nous avons commencé à examiner hier la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus. Sa gravité – et un plongeon de 35% des actions, de fin février à fin mars – ont déclenché en réponse des mesures du gouvernement américain d’une ampleur sans précédent. Le Congrès a ajouté 4 000 Mds$ de dépenses financées par le déficit à un déficit de 1 000 Mds$ déjà prévu sur l’exercice 2020.

Ce déficit prévisionnel de 5 000 Mds$ va porter la dette nationale à 27 000 Mds$, soit 135% du PIB, une fois prise en compte la baisse du PIB pour 2020. Il s’agit du montant le plus élevé de toute l’histoire des Etats-Unis (plus élevé encore qu’à la fin de la Deuxième guerre mondiale) et l’un des ratios dette/PIB les plus élevés au monde, après le Japon, la Grèce, le Liban et l’Italie.

Bien évidemment, les Etats-Unis ne feront pas défaut sur cette dette, dans la mesure où ils peuvent imprimer les dollars nécessaires à son remboursement, mais ce niveau d’endettement élevé a d’énormes conséquences en termes de ralentissement de la croissance et d’inflation potentielle.

Alors que le Congrès s’empressait de dépenser 5 000 Mds$, la Fed imprimait 4 000 Mds$ d’argent frais en urgence. Fin 2019, le bilan de la Fed avait baissé aux alentours des 3 600 Mds$, après un record d’environ 4 500 Mds$ début 2015. Aujourd’hui, le bilan de la Fed dépasse les 7 000 Mds$, soit près de 4 000 Mds$ de plus que fin 2019, et le niveau le plus élevé jamais enregistré.

Garanties tous azimuts

La Fed a également garanti le marché des papiers commerciaux, des obligations d’entreprises, des obligations municipales, les prêts accordés au titre du Payroll Protection Plan (plan de sauvegarde des emplois) et bien d’autres choses, et s’est lancée dans des milliers de milliards de swaps de devises avec des banques centrales étrangères, notamment la Banque centrale européenne, la Banque du Japon, la Banque d’Angleterre et beaucoup d’autres.

Soit la Fed imprime à vau-l’eau, soit le système financier s’effondre !! – Avec Rob Kirby Peter Schiff: “La Fed est désespérée. Ils savent que tout va s’effondrer ! Nous sommes foutus !!”

Ces 9 000 Mds$ de dépenses financées par le déficit et d’argent frais imprimé ont atteint leur but. Aucune grande institution financière n’a fait faillite. Le marché actions a opéré un rally fin mars et les principaux indices ont atteint de nouveaux plus hauts historiques ces derniers jours.

Le chômage a enregistré un pic en mai avant de retomber en juin et juillet. Les pertes d’emploi ont été énormes, mais moins intenses que bon nombre de gens ne le pensaient.

La logique fallacieuse de la « demande refoulée »

En ce qui concerne l’avenir, la question économique qui se pose est la suivante : ces 9 000 Mds$ de stimulus à la fois monétaire et budgétaire ont-ils jeté les bases d’une reprise soutenable, ou bien n’était-ce qu’un prêt-relais, destiné à aider les entreprises et travailleurs en difficulté jusqu’à ce que la pandémie s’achève, en août, et que l’économie puisse « rouvrir » pour répondre à une « demande refoulée » pendant le confinement ?

Malheureusement, le mois d’août s’est achevé et la pandémie est toujours là. La soi-disant « demande refoulée » n’est visible nulle part : beaucoup de pertes d’emploi survenues pendant le pic de la pandémie, de mars à juin, semblent permanentes et non temporaires. Beaucoup d’entreprises ont mis la clé sous la porte à jamais. Il semblerait que ce prêt-relais de 9 000 Mds$ ne mène nulle part.

L’impact économique des mesures prises face à la pandémie se ressentira pendant des années, et non des mois. Certaines études montrent qu’il faut 30 ans, voire plus, pour que l’économie se normalise, après une pandémie de cette ampleur. Ces études se basent sur 15 pandémies majeures à commencer par la celle de la peste noire.

Cette période de normalisation de 30 ans correspond également à l’impact de la Grande dépression, de 1929 à 1940, qui a continué à influencer fortement l’économie et les comportements jusqu’à la fin des années 1960.

En d’autres termes, la normalisation n’est pas pour demain…

La suite dès demain…

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Max
Max
3 jours plus tôt

La fin de l’article est plus que douteuse :.. Partant d’un postulat, l’auteur tente de réinventer l’histoire afin qu’elle soit ajustés à l’idée  La crise de 1929 à 1960  La crise de 1929 s’est effectivement terminée en 1945: Quand, au sortir de la guerre, il a fallu effectivement tout reconstruire, ce qui de facto implique de la croissance  De plus, cette crise sanitaire n’a pas tué le 1/10° de l’humanité mais 1/10.000°  Et encore, les chiffres sont d’une part mélangés et d’autres part, sans cynisme, les morts sont pour la majorité, des improductifs qui devaient mourir… Read more »

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x