Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Confinement 2: Soutien à l’économie, les 1ères mesures !

En résumé, voici les premières mesures de soutien économique prises par le gouvernement et ce qui est demandé aux entreprises.

1/ « Le recours au télétravail doit être le plus massif possible » « dans le secteur privé, toutes les fonctions qui peuvent être télétravaillées doivent l’être cinq jours sur cinq ». « La nouvelle règle sur le télétravail sera inscrite dans le protocole qui sera mis en ligne ce soir », a précisé dans la foulée le ministère du Travail. « Ne pas respecter cette règle est un manquement à l’obligation de protection des salariés qui expose l’employeur à une sanction civile ou pénale ». Voilà qui est clair, tout le monde chez soi quand c’est possible !

2/ Un nouveau budget présenté la semaine prochaine pour financer l’extension du chômage partiel et abonder à nouveau de le fonds de solidarité pour soutenir les entreprises qui en auront besoin.
Ce nouveau projet de loi de finances rectificative qui sera adopté par le prochain Conseil des Ministres, prévoit d’ores et déjà un montant de 20 milliards d’euros.

3/ Des exonérations de charges. « Les PME qui connaissent des difficultés pourront bénéficier d’un renforcement des exonérations de charges et nous prolongerons de six mois les prêts garantis par l’Etat », Mais surtout « tous les secteurs faisant l’objet d’une fermeture administrative bénéficieront d’aides pouvant aller jusqu’à 10 000 euros par mois via le fonds de solidarité » et, pour ces mêmes secteurs, « nous mettons en place l’activité partielle avec zéro à charge pour l’employeur ».

4/ Les ordres de grandeurs communiqués par le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, sont les suivants :

  • un mois de confinement représente « 10 milliards d’euros de dépenses d’intervention ».
  • « Lorsque l’activité s’arrête pendant un mois entier, c’est entre 2 et 2,5 points de PIB que nous perdons.
  • En plus des 10 milliards d’euros de dépenses d’intervention et c’est au moins 10 milliards d’euros de perte de recettes fiscales »,
  • Depuis le début de la crise la baisse de recettes fiscales est de 70 milliards d’euros !

Le premier ministre Castex a déclaré que ne rien faire coûterait encore plus cher à notre pays.

C’est vrai. En réalité nous n’avons pas le choix, mieux vaut sauver tout le monde quoi qu’il en coûte, plutôt que de laisser toutes les entreprises mourir.

Seconde Vague: les entreprises zombies nous envahissent à cause des Banques centrales ! Olivier Delamarche: “Je ne vous parle pas d’une petite crise mais d’un vrai effondrement avec une monnaie qui ne vaut plus rien, des banques qui ferment, des sociétés qui se cassent la figure…”

Le problème qui va réellement se poser sera celui du remboursement de cette dette qui n’a pas encore fini de gonfler et que nous ne pourrons jamais rembourser bien évidemment.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pierre
Pierre
1 mois plus tôt

Quid des revenus des dirigeants non salariés, quid des loyers, quid des PME / TPE non fermées mais qui travaillent moins tout en devant payer leurs charges, c’est une fois de plus un plan de demi-mesures qui n’empêchera pas l’économie de plonger: La base du problème reste un sous-équipement médical du à une mauvaise gestion depuis 50 ans (mieux vaut construire un porte-avion), et on veut occulter cette responsabilité en culpabilisant les français quitte à faire effondre le pays

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x