Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Etienne Henri: « Un an de croissance perdue ! » Partie 1/2

On en connaît plus sur le coronavirus et ses conséquences sanitaires… mais au point de vue économique, ça reste l’enfumage général : tentons d’y voir plus clair.

Les conséquences sanitaires immédiates comme futures de l’épidémie de coronavirus sont désormais bien connues.

Nous savons avec une précision remarquable combien de décès imputer au nouveau virus cette année. Nous pouvons également estimer le coût humain d’une stratégie d’immunité collective, ainsi que l’effet sur le système hospitalier de l’afflux de malades en réanimation.

Depuis quelques semaines, le corps médical et les médias prennent conscience des inévitables conséquences néfastes de la politique de lutte « à tout prix » contre le virus.

En ne pouvant plus nier les effets délétères sur la santé publique des mesures anti-Covid 19, les décideurs doivent désormais – et c’est une excellente chose – procéder au calcul coût/bénéfice qui était resté cruellement absent du débat public au printemps.

Si le discours sanitaire est progressivement devenu plus factuel et rationnel, force est de constater que, sur le plan économique, c’est encore le principe de l’enfumage qui règne. Certes, la presse spécialisée a fini par relayer l’ampleur de la crise économique causée par les mesures prises pour lutter contre le Covid-19.

Pour autant, les chiffres distillés dans les médias grand public sont un mélange de pudeur, d’amalgames douteux et d’optimisme qui frôle la désinformation.

Mais quelles sont les vraies conséquences ?

Je vous propose aujourd’hui de faire le point sur le coût réel de la crise pour notre société, et de regarder de plus près les perspectives de croissance sur lesquelles s’appuient nos dirigeants.

Quand l’Etat paye, nous payons

Commençons ce tour d’horizon par une piqûre de rappel. En France, l’Etat a joué le rôle d’amortisseur principal de la crise.

En prenant à sa charge la quasi-totalité des salaires des employés en chômage partiel ; en accordant des délais de paiement de cotisations sociales aux entreprises ; en garantissant des prêts bancaires tous azimuts, le choc économique a été transféré à la sphère publique.

Depuis le mois de mars, la France s’est engagée sur plus de 500 Mds€ qu’elle ne possédait pas, dont près de 418 Mds€ pourraient être dépensés d’ici la fin 2021 selon l’INSEE. Pour régler l’addition, Bercy recourt comme à son habitude à l’endettement sur les marchés financiers.

Ce n’est pourtant pas le marché libre des emprunts d’Etat ni même celui, naissant, des eurobonds qui a permis de confronter l’offre et la demande. Faute d’acquéreurs, c’est la BCE qui a joué le rôle de prêteur de dernier recours. Elle a amassé à tour de bras cette nouvelle dette publique, faisant au passage exploser son bilan.

Comme le rappelait Nicolas Perrin il y a quelques jours, elle a dû racheter près de 95% de la dette émise en Europe durant la crise. Autant dire que cette dépense publique n’a pas été financée par les épargnants étrangers mais bien par les contribuables de la Zone euro qui voient, une fois de plus, la planche à billet tourner pour combler les déficits.

Nous pouvons désormais répondre à la fameuse question « qui payera ? ».

Nous attirions dès le printemps votre attention sur le fait que le confinement aurait un coût qui serait soit payé par la confiscation de la richesse des contribuables (impôts, spoliation d’épargne), soit par tous les citoyens en érodant la valeur de la monnaie.

C’est finalement la seconde option qui a été retenue. Tel un empereur romain impécunieux qui rognerait la tranche des pièces d’or en circulation pour en diminuer le poids, la BCE augmente subrepticement son bilan pour éviter aux Etats de lever d’impopulaires impôts.

Bruno le Maire pérorait fièrement, en septembre, sur le fait que ces dépenses seraient rapidement absorbées par un imminent rebond du PIB. Comme le plan de relance de 2008, celui de 2020 devrait miraculeusement se transformer en bonne affaire pour l’Etat.

Pour le ministre de l’Economie, les prévisions ont valeur de preuve.
L’auto-congratulation dans toute sa splendeur !

Passons par charité sous silence le fait que, dans nos économies matures saturées d’argent public, il y a bien longtemps qu’un euro de dépense publique ne crée pas plus d’un euro d’activité. Le fameux « effet de levier » n’est plus qu’un mythe.

Entre 2008 et 2019, la dépense publique française a augmenté de 324 Mds€, soit +30% en volume. Sur la même période, le PIB n’a augmenté que de 21% – et encore cette variation inclut-elle l’augmentation de productivité et la croissance de la population.

En d’autres termes, la dépense publique est de moins en moins efficace.

Comment, alors, faire des mesures d’urgence autre chose qu’une dépense à fonds perdus ? La réponse de nos dirigeants est toute trouvée : elle favorisera le rebond.

Dette Publique: La France est-elle en état de quasi faillite ? La situation est TERRIBLE !! La France dans 7 ans: Faillite de l’état français, effondrement de son système financier, de ses banques…

Accordons notre sympathie, cher lecteur, à ce pauvre rebond. Attendu par tous, il a la lourde tâche d’effacer la chute de 31% du PIB durant le confinement. Aux dernières estimations, l’INSEE espère que la PIB ne se contractera cette année « que » de 9%.

Une baisse de PIB de 9% vous semble digne des pires récessions ? C’est tout à fait vrai, et c’est sans compter le fait que, pour atteindre ce chiffre pourtant inquiétant, l’économie doit rebondir de 19% entre mars et décembre. Ce pourcentage est l’équivalent de la hausse du PIB français obtenue entre 2005 et 2018.

Reproduire en sept mois la performance de treize années de croissance : voilà ce qui pèse sur les épaules de ce cher rebond.

Dès demain, nous verrons que malgré la bonne volonté affichée par les pouvoirs publics, la probabilité d’y parvenir est mince.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


Etienne Henri est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur des Mines. Il débute sa carrière dans la recherche et développement pour l’industrie pétrolière, puis l’électronique grand public. Aujourd’hui dirigeant d’entreprise dans le secteur high-tech, il analyse de l’intérieur les opportunités d’investissement offertes par les entreprises innovantes et les grandes tendances du marché des nouvelles technologies.


A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
cheng yung
cheng yung
1 mois plus tôt

« Si le discours sanitaire est progressivement devenu plus factuel et rationnel .. »
gné ?

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x