Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Engie refuse pour 7 milliards de gaz de schiste américain sous la pression de l’Etat !

C’est une information assez étrange qui nous vient de François Lett, directeur du département éthique et solidaire chez Ecofi qui est la société de gestion du Groupe Crédit Coopératif appartenant lui-même au groupe BPCE. Selon Ecofi donc, l’Etat a « interdit » à ce que le groupe Engie achète pour 7 milliards de dollars de gaz de schiste américain parce qu’il serait très polluant et que ce ne serait pas bien pour la planète.

Il est peu probable que la vision purement « éthique » et « écologique » soit la véritable raison de cette décision de l’Etat français. Les Américains, eux attendaient cette commande avec impatience pour financer le terminal de gaz naturel liquéfié de Rio Grande au Texas dans un moment de vaches maigres sur les cours du pétrole et de l’énergie.

Alors la vraie raison ?

Vraisemblablement géopolitique et considérant les pressions « amicales » dont sont capables nos grands alliés américains, cette histoire n’est sans doute pas terminée, et l’élection présidentielle sans doute pas totalement étrangère au calendrier de l’annonce.

Un signal faible d’un affrontement fort à suivre donc.

Charles SANNAT

L’État oblige Engie à renoncer à une commande de sept milliards de dollars

Le groupe français Engie a dû renoncer à un contrat de sept milliards de dollars portant sur l’achat de gaz de schiste américain sous la pression de son premier actionnaire, l’État français, a annoncé Ecofi.

Engie a renoncé début novembre à un contrat de près de sept milliards de dollars (5,9 milliards d’euros) avec la société américaine NextDecade pour importer du gaz naturel liquéfié (GNL) sur une durée de 20 ans, a annoncé lundi 16 novembre Ecofi, la société de gestion du Groupe Crédit Coopératif.

« L’État français, premier actionnaire d’Engie avec plus de 23 % du capital et 34 % des droits de vote, a signifié son désaccord dans le cadre feutré du conseil d’administration, sur cet approvisionnement», précise François Lett, directeur du département éthique et solidaire chez Ecofi.

Et d’expliquer que le contrat reposait sur l’extraction de gaz de schiste par fracturation hydraulique, pratique interdite en France.

La réalisation de ce contrat serait «d’autant plus inacceptable que les pouvoirs publics se sont engagés à ne plus apporter de garanties publiques de crédit sur des projets de gaz ou de pétrole de schiste» et à atteindre un objectif de neutralité carbone en 2050 conformément à l’accord de Paris.

Cela signifie diviser par six les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire français par rapport à 1990, selon le site du ministère de la Transition écologique.

« Avec cet accord, la France aurait également basculé au premier rang des importateurs européens de gaz de schiste, juste devant l’Espagne. Par ailleurs, les fuites de méthane, gaz à effet de serre dont le potentiel de contribution au réchauffement climatique est estimé à plus de 80 fois celui du dioxyde de carbone (CO2), sont également très courantes sur les sites américains », note M.Lett.

Déçus, des parlementaires US s’adressent à Macron

Le groupe américain NextDecade tenait beaucoup à ce contrat, qui aurait permis de financer en grande partie le terminal de gaz naturel liquéfié de Rio Grande au Texas.

Selon Ecofi, après la rupture des négociations, une vingtaine de parlementaires américains républicains ont écrit à Emmanuel Macron. Ils ont dénoncé l’intervention de l’État français dans ce dossier et ont demandé que la France privilégie les achats de gaz américain plutôt que celui vendu par la Russie.

Source agence de presse Sputnik.com ici

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
milou
milou
13 jours plus tôt

Le gaz Américain vaut 4 fois plus cher que le Russe. Je pense que l’Europe sauf la Pologne préfèrerait voir Gazprom continuer ses travaux sur Nord Stream 2, qui sont bloqués par les US.

darkcou
darkcou
12 jours plus tôt
Reply to  milou

il s’agirait donc d’une re-négociation
ou d’une baisse de volume
car il n’est pas concevable que la France se bagarre sur ce point avec les US.

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x