Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Le Brexit donne des sueurs froides aux grandes banques américaines
 

jp morganA deux jours du référendum britannique sur la sortie du pays de l’UE, les grandes banques américaines ont planché chacune sur un scénario catastrophe centré sur une réorganisation estimée à des centaines de millions de dollars, selon des sources proches du dossier.

« Nous sommes tenus au silence », répond Michael Duvally, un porte-parole de Goldman Sachs, quand on lui demande les projets européens de la puissante banque au lendemain du 23 juin en cas de victoire du Brexit – le camp anti-européen.

Cette réponse, donnée également par Bank of America et Morgan Stanley, contraste avec l’activisme dans les états-majors de Wall Street où juristes internes et cabinets d’avocats spécialisés affinent les options, indiquent à l’AFP plusieurs sources bancaires ayant requis l’anonymat.

L’accent a été mis sur l’avenir des activités de marché, en l’occurrence le courtage des produits financiers européens qui est régulé par l’UE même si les transactions sont effectuées depuis la City à Londres. En cas de triomphe du Brexit, les grandes banques américaines ne pourront plus faire des affaires au sein de l’UE en l’état car la Grande-Bretagne serait exclue d’office du marché unique.

Chambres d’hôtel

Pour parer à toute éventualité, très peu de sondages internes ont été conduits, assurent les sources, les banques étant échaudées après que des études d’opinions se furent trompées lors des dernières élections britanniques.

Pour le jour J du 23 juin, les traders chargés de négocier et d’exécuter les ordres d’achat et de vente liés aux devises ont été prévenus qu’ils allaient avoir une longue journée. Idem le lendemain. JPMorgan a déjà réservé des chambres d’hôtel à ses courtiers près de son siège. Des cellules d’appel dédiées aux communications avec des clients sont prévues.

« On attend de gros mouvements sur le marché des changes notamment concernant la livre sterling », confie à l’AFP un grand banquier.

Les cinq grandes banques américaines emploient plus de 40.000 personnes à Londres, soit davantage que dans le reste de l’Europe. Profitant du régime de « passporting rights », elles offrent conseils dans les fusions et acquisitions, courtage de devises, obligations, matières premières, émissions de titres – dans l’ensemble de l’UE avec le seul agrément du Royaume-Uni sans avoir une présence physique importante sur le reste du continent.

« Un vote britannique de quitter l’UE (et les incertitudes et volatilité qu’il engendrera) sera négatif pour les banques universelles américaines car leurs coûts pourraient augmenter et l’activité de marché devrait s’affaiblir », estiment les analystes de KBW.

Où aller ?

Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan, a averti début juin que la banque qui emploie un peu plus de 16.000 personnes au Royaume-Uni sur six sites pourrait en supprimer de 1.000 à 4.000, notamment dans les fonctions de back-office et les salles de marché. Morgan Stanley envisage de transférer 1.000 personnes sur 6.000 en poste au Royaume-Uni vers l’UE, selon une source interne.

Considérée comme une des grandes perdantes en cas de Brexit, Goldman Sachs devrait en transférer au moins 1.600. Actuellement, seul près d’un millier des 6.500 salariés de la firme dans la région Europe-Moyen-Orient-Afrique (EMEA) – 35% des revenus – sont basés hors Royaume-Uni.

Une réorganisation forcée devrait s’accompagner également d’une baisse des revenus, de la location ou de l’achat de nouveaux locaux ou encore de l’obtention de licences pour les nouvelles entités qui devraient en outre être capitalisées, énumèrent les analystes. Morgan Stanley pourrait accuser un recul de 9% de ses bénéfices en 2017, -8% pour Goldman Sachs et -7% pour JPMorgan, calcule KBW.

Face aux déclarations récentes de responsables de la BCE privilégiant une présence dans l’UE pour toute banque d’investissement voulant y faire affaire, les grandes firmes américaines, qui ont financé la campagne du camp pro-européen, ont déjà procédé à des repérages de nouveaux sites à Amsterdam, Dublin, Francfort et Paris, indiquent les sources.

L’autre hypothèse explorée est de s’appuyer sur leurs succursales sur le vieux continent. C’est le cas de Citigroup, qui dispose d’une filiale importante à Dublin ou encore de JPMorgan – Francfort et Luxembourg (gestion d’actifs ).

Source: rtl.be

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
Michel Pepin
Invité
Michel Pepin

Yellin,Greenspan, WallStreet, les Us Banks, Soros, Tous marchent les fesses serrées actuellement ! Voyez-vous pourquoi le chantage est en mode HARCELLEMENT ? $$$$$ !!! Les pauvres eux vous ne les entendez pas parler ils n’ont pas de moyens pour s’exprimer! Ça ne veut pas dire qu’ils sont aveugles!!!!!

Nanaud Woudini
Invité

Tant mieux !

Francoise Moureaux
Invité

Ah bon ? De toute façon on va droit dans le mur,la plupart des banques sont en faillites de n’avoir pu écouler les fonds pourris us de 2008 et ils en ont rajouté des couches car les financiers ont voulu maintenir leurs profits boursiers alors ! … Et puis aussi avec l’otan us qui envoie au feu les européens contre la russie alors que celle ci n’agresse pas l’europe et puis Mrs rockfeller , rotschild et soros ont déja prévu alors on y ira plus vite …

poujade51
Invité
poujade51
S’il y a brexit, les bébés ne vont pas mourir, la peste et le choléra ne seront pas de retour. L’Angleterre est une grande nation, avec son histoire, ses valeurs et elle reste dans le top 5 des nations les plus fortunés. Le reste du monde continuera à acheter des produits anglais ; l’angleterre continuera d’acheter des produits à l’ue, aux usa, et en chine. quelques tarifs douaniers changeront pour quelques petits secteurs d’activités en fonction de leur stratégies et objectifs. Et c’est tout ce qui se passera. Les 1% les plus riches pleureront un peu mais pour le gueux,… Read more »
Michel Pepin
Invité
Michel Pepin

Exactement !! Vous pouvez être certaine que quand le bateau prend l’eau, les rats sont les premiers à le quitter et que les autres crèvent !!! Et ça se fera à la vitesse éclair!!!

Jean Pierre
Invité

Tout est orchestré et manipulé comme d’habitude.

Marie-Thérèse Poirier
Invité

ce sera plus difficile sans leur valet Royaume Uni

Sebastien Cormier
Invité

Angleterre etat islamique

Alexandre Levy
Invité

Exact Thierry un tel vote ne peut que réjouir les spéculateurs surtout au forex…
Le vrai souci c est la crise politique au Royaume uni… cette crise va s amplifier peu importe le résultat de jeudi…

Thierry Bourdelin
Invité

Les 2 camps seront perdant. Dans une adoption, il faut souhaiter et être désiré. Je n’y vois que de la spéculation..

Captain planet
Invité
Captain planet

C’est une excellente nouvelle, rien que pour ça, ça vaut le coup de voter pour le brexit.

wpDiscuz