Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Charles Sannat: Avec la chute de la livre sterling, pourquoi ne pas imprimer des Bitcoins ?
 

bitcoinsVoici un article qui nous apprend que les économistes de la banque d’Angleterre voudraient que les banques commerciales impriment leurs propres monnaies numériques afin de stimuler l’économie et de sortir du problème de l’unicité des taux.

Vous pourrez lire cet article plus bas. Néanmoins, si je suis le premier à pointer du doigt – et depuis bien longtemps – l’idée que le taux directeur est un outil qui consiste à écraser un moustique avec un bazooka, les monnaies numériques ne répondront à rien d’autre qu’au fait, comme c’était assez prévisible d’ailleurs, d’enrichir les banques commerciales encore un peu plus.

Pourquoi les taux directeurs ne fonctionnent pas ? Parce qu’il y a un taux que l’on applique à toute l’économie, à tous les secteurs. Par exemple, si vous avez une bulle immobilière, il faudrait monter les taux uniquement dans le secteur immobilier et pas le reste de l’économie afin de ne pas entraîner de ralentissement global. Nous pourrions donc parfaitement imaginer des taux directeurs par grands secteurs et qu’ils soient différenciés ! Cela permettrait un pilotage bien plus fin. Est-ce que c’est possible ? Évidemment !

N’en ont-ils jamais eu l’idée ? Bien sûr que si !!

Pourquoi proposent-ils donc une solution totalement alambiquée ? Parce que l’objectif est évidemment l’enrichissement toujours de certains, à savoir l’infime minorité de grands banquiers.

Une monnaie véritablement libre pourrait à défaut d’être la solution en être une partie. Peu importe que cette monnaie libre soit l’or, le Bitcoin ou autre chose : si elle était acceptée de tous, émise par aucune autorité et totalement neutre, alors oui, cela viendrait casser le monopole des banques centrales et l’immense privilège que détiennent ceux qui peuvent battre monnaie.

Mais ne soyons pas naïfs. Ils vous trouveront toutes les belles excuses et les beaux arguments pour parer d’atours merveilleux une réalité bien triste.

Vous resterez les dindons de la farce, et jamais les banques centrales n’abdiqueront leur pouvoir de création monétaire, car la monnaie est en réalité le pouvoir ultime. La monnaie peut asservir des nations entières, et la France, en est bien arrivée là.

Les économistes de la Banque d’Angleterre proposent aux banques centrales du pays d’émettre leur propre monnaie numérique.

« Quand il s’agit du Bitcoin et des monnaies numériques, les banques centrales peuvent considérer l’adage « Si tu ne peux pas les vaincre, joins-toi à eux ».

Le Bitcoin plus stable que la livre sterling

Selon une étude conduite par les économistes de la Banque d’Angleterre, les banques britanniques doivent penser à l’émission de leur propre monnaie numérique, rapporte le Wall Street Journal (WSJ). Les banques centrales pourront ainsi donner une impulsion temporaire à l’économie autour de 3 % du PIB et se doter d’un outil efficace pour atténuer les conséquences des récessions et croissances économiques.

Les monnaies numériques peuvent être utilisées pour des opérations personnelles et bancaires en transférant électroniquement de grandes sommes partout dans le monde sans banques intermédiaires. Les banques centrales des pays développés, y compris celles d’Angleterre et du Canada, étudient cette possibilité, ce qui peut changer radicalement le système financier actuel.

« Les banques ne pourront pas concurrencer les monnaies numériques », a déclaré Peter Stellar, le chef de la société Stellar Consulting qui a précédemment en charge des contacts avec les banques centrales du Fonds monétaire international (FMI).

Les économistes qui défendent la théorie du financement complet des réserves appellent les banques commerciales à garantir chaque dollar sur les comptes de clients par une somme identique placée auprès de la banque centrale. Ainsi, les banques centrales seraient le générateur unique de la masse monétaire dans le pays.

Les monnaies numériques serviront de modèle pour un tel système, car la banque centrale pourra contrôler pleinement le volume d’argent dans l’économie sans avoir recours au taux directeur que plusieurs économistes qualifient d’insuffisamment efficace. »

Tous les arguments avancés sont faux !

Les banques centrales contrôlent tout, à tel point d’ailleurs qu’elles tiennent le système entier debout depuis 8 ans alors qu’il se serait naturellement totalement effondré en quelques jours.

Les banques centrales contrôlent les taux, rachètent des actifs, biaisent l’ensemble des marchés financiers, ont des pouvoir de centrales et de supervision. Enfin, elles injectent autant de monnaie qu’elles souhaitent.

Egon Von Greyerz: les bons du Trésor américain vont disparaître dans un trou noir

Greyerz: ce monstre terrifiant crée par les banques centrales est devenu totalement incontrôlable

La bataille qui se joue ici est la prise de contrôle de ces nouvelles monnaies numériques émergentes et vous ne serez pas les gagnants car il n’y a aucune raison objective que l’on nous change notre rôle historiquement assigné, à savoir d’être des contreparties ! Car pour que les uns gagnent, il faut que les autres perdent.

Charles Sannat

Source: insolentiae

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Sito
Sito
4 années plus tôt

Bitcoin , or, argent ou cuivre seront suremments plus positives que ces monnaies papiers qui nous ont entrainees
au fond du trou

samuel
samuel
4 années plus tôt

Trop de pouvoir tue le pouvoir, en tous les cas il faudrait pas que la crise perdure dans les sociétés avec l’austérité, car à force il est certain que les hommes modernes ou pas en finiront par s’entretuer pour une question de survie ou de pouvoir sur leurs semblables. Il vaudrait mieux revenir à choses plus essentielles, à moins que les hommes de pouvoir préfèrent oublier les principes du baron de Coubertin, pourtant les pays émergents sont tout autant soucieux des droits de l’homme et de la croissance.

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x