Charles Sannat: « Le transport maritime s’effondre ! Plus de 1 000 cargos seront détruits cette année !! »

maerskOn va foutre en l’air 1 000 cargos cette année car on croule sous les surcapacités !

Vous vous souvenez peut-être du glandu élyséen (qui n’en a plus pour longtemps à profiter gratos de son coiffeur à 10 000 balles par mois payé par nous) qui inaugurait en grande pompe le plus gros porte-conteneur « français » de notre compagnie de fret maritime la CMA ? Il oubliait au passage que ce bateau avait été construit en Corée et qu’il servirait à transporter des « chinoiseries » par containers entiers alors que nos usines ont presque toutes fermé. Bref, avec sa grande clairvoyance, notre phare à tous, notre grand timonier y voyait là un symbole de la reprise économique et de l’inversion de sa courbe.

Bref, voici ce que nous raconte le Wall street Journal à propos du grand dynamisme de ce secteur :

« Jusqu’à il y a un an, l’industrie maritime commandait des navires en masse. Cette année, les commandes de nouveaux navires ont chuté à un niveau record et les entreprises ne peuvent pas se débarrasser des navires assez vite.

Environ 1 000 navires qui ont la capacité combinée pour transporter 52 millions de tonnes métriques de fret seront traînés sur les plages, coupés en morceaux et vendus pour la ferraille.

Les plus grandes compagnies ont jusqu’à 30 % de surcapacité et les prix du fret sont tombés tellement bas qu’ils couvrent à peine les coûts du carburant.

« Compte tenu de l’énorme surcapacité, il faudra beaucoup plus de recyclage et au moins deux à trois ans d’absence de croissance de la capacité pour voir un certain équilibre entre l’offre et la demande », a déclaré Basil Karatzas, directeur général basé à New York de Karatzas Marine Advisors Co.

Sur la ligne de référence Asie vers Europe, les tarifs d’expédition sont à une moyenne de 575 $ par conteneur cette année, comparativement à 620 $ l’an dernier et 1 165 $ en 2014. Tout prix en dessous de 1 400 $ est insoutenable, disent les opérateurs. »baltic 2

La croissance ? Quelle croissance ?

Le problème de la surcapacité a été exacerbé par le ralentissement en Chine et une croissance anémique en Europe. L’ an dernier, les importations chinoises de l’Union européenne ont chuté de près de 14 % ; les exportations chinoises vers l’ Europe ont diminué de 3 % sur la période. Au premier trimestre de cette année, les importations chinoises en provenance de l’UE ont chuté de 7 % par rapport à un an plus tôt.

Maersk dans des eaux troubles: le bénéfice net a chuté de 86 % au 1er trimestre

Ce graphique explique comment l’indice Baltic Dry pourrait sonner le glas de l’économie mondiale

Cela a considérablement affecté le trafic de conteneurs. L’année dernière, quelque 100 « croisières » (NDLR trajet de cargos) Asie à Europe ont été annulées. Ce qui équivalait à 10 % du trafic qui déplace 98 % des produits manufacturés dans le monde, y compris l’électronique, des articles ménagers, des chaussures, des vêtements et de la nourriture.

Un effondrement du prix… de la ferraille !

Il y a deux ans, en Inde, au Pakistan et au Bangladesh, on payait environ 460 $ par tonne d’acier recyclé. L’an dernier, c’était 300 $ et aujourd’hui c’est à peu près 250 $ selon les armateurs.

Voilà pour le tableau concernant le fret maritime qui est le sang « logistique » irriguant l’économie mondiale.

Quand il n’y a rien à transporter, c’est qu’il n’y a plus de flux économiques et plus de production. Quand il n’y a pas de flux, il n’y a pas de croissance. C’est aussi simple que cela.

Quand les besoins en transport diminuent, cela veut même dire que nous sommes en récession.

Alors certes, il faut pondérer cela de la mise en service des super gros porte-containers qui permettent de faire baisser le coût par « boîte » et il est donc logique que l’on détruise les vieux bateaux non-rentables, mais ce phénomène n’explique pas tout.

Il n’y a tout simplement aucune dynamique économique. Le problème c’est que tout le monde dit qu’il y a de la croissance, alors que les faits montrent l’inverse.

Attention donc à cet énorme mensonge, car cela va finir par se voir, en particulier en Chine…

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Source: insolentiae

18 commentaires

  1. Il n’y a pas à être optimiste ou pessimiste, il y a à comprendre ce qu’il se passe puis à agir en conséquence.
    Ce qu’il se passe, donc, est assez facile à définir en trois points:
    1) il y a effondrement industriel d’échelle mondiale;
    2) il y a perte quasiment totale de la valeur des monnaies, la raison en étant leur surproduction (si vous avec plus de billet pour la même marchandise, il vous faudra plus de billets pour l’acheter, en faisant très court);
    3) La masse des dettes au niveau international est tel qu’il est impossible de la rembourser (une dette est, pour une large partie, de la monnaie virtuelle, puisque celle-ci n’existe qu’en raison des papiers signées par le prêteur et l’emprunteur, puis devient existante au fur et à mesure que cette dette est remboursées).
    Une désindustrialisation est toujours déflationniste, ce qui veut dire que chaque entreprise fait tout pour faire baisser ses coûts pour pouvoir vendre, mises au chômage, délocalisations, baisses salariales etc…
    Vu que la monnaie surproduite, elle inflationniste, fut injectée dans la bourse, les actions n’ont pas la valeur qui est dite, en vrai elles ne valent plus rien, ce qui fait que les investisseurs se reportent sur les matières premières, ce qui fait monter les prix, ce qui fait monter le prix des objets manufacturés et fait baisser les coûts salariaux (voir au-dessus), accélérant la désindustrialisation.
    De plus, vu que les banques, les états, les entreprises et les particuliers, tout le monde quoi, est endetté, tout le monde fait tout pour rembourser ses dettes, donc achète moins, ce qui accentue le processus.
    Mon conseil: faites des réserves, trois mois minimum de nourriture, un an de produits d’entretien pour la maison et de soin pour le corps, trois ans de quoi faire du troc.
    Même si la monnaie reviendra assez rapidement, les manques en toutes choses, même en P.Q., seront tels qu’avoir avec soi de quoi faire des échanges et vendre à la sauvette sera important.
    Préparez aussi de quoi faire un potager, voire avoir poules et lapins, achetez les graines maintenant, préparez le terrain au plus tôt et, si possible, semez et plantez les légumes d’hivers.

  2. le meilleur indice reste le Harpex de Harper Petersen & Co, Le Harpex ne fait l’objet d’aucun échange sur un marché de sorte que son niveau est sensé refléter de manière exacte le taux d’occupation des porte-conteneurs en produits finis.
    => http://minu.me/dwum
    C’est proprement catastrophique!

  3. Bonsoir, parmi toutes les informations que vous nous communiquez, et cela à défaut d’être mieux informé dans nos sociétés actuelles, on peut dire que cet article pourrait illustrer plus significativement ce qui est déjà en train de se passer pour diverses boites. En effet, quoi de mieux que cet indice ou le baltic dry pour mieux dessiner les contours de ce tableau général. J’ai la vague impression, que ce ne sont pas plus de bonnes choses à dire. Vous vous rendez compte, c’est comme si vous étiez en train de nous annoncer l’approche d’une météorite en direction de la terre. Car 1000 Navires, c’est quand même un peu énorme à se représenter la chose. Dans le même temps, c’est étrange on dirait que les masses ne semblent pas plus en mesure de réaliser la chose, comment expliquer cela ? Serait-ce à cause d’une telle masse d’informations secondaires afin de noyer le poisson. Puissiez-vous avoir tort, car si ce n’est pas une reprise économique, il y a des raisons de s’en faire quant au devenir de nos élite mondiales et des quotas d’émissions illusoires.

  4. Il ne peu avoir de la  » croissance  » car celle ci a été réalésée a l aide d endettement massive depuis plus de quarante années . Maintenant on essaie de rembourser ces dettes et de plus nos populations est très vieillissantes . La seul croissance qui est assurée est celle des dentiers et des couches pour adultes . ; )

    1. parce que si tu suivais l actualité, tu comprendrais que oui s est la fin d un monde et elle sera difficile a avaler celle-ci…. bien des ptits cotés ou nous sommes habitués a avoir devront être revus.

    2. Bonjour Mikkaela, les mots ont un sens. Vous confondez 2 choses. Vous faites un amalgame entre la fin du monde ( La Terre qui se ferait vaporiser sous l’effet du soleil ou je ne sais quoi)…. et l’effondrement économique. Je tiens à vous rassurer, l’effondrement économique n’est pas la fin du monde puisque le soleil continuera de se lever tous les jours..Prenez le cas du Venezuela, ce pays est bien en faillite et la vie continue. Avoir peur , c’est une chose mais je vous incite à aller verifier les informations et vous verrez par vous-même qu’elles sont toutes vérifiées et vérifiables.

    3. merci, effectivement le terme que j’ai employé est un peu fort, ou mal approprié, mais personnellement je pense aussi que ce modèle économique basé sur un capitalisme devenu outrancier et incontrôlable ne pourra durer éternellement. Et l’ère de la robotique arrive…Les générations montantes vont connaître de grands bouleversements

    4. ce n est pas la fin du monde mais d un monde….toute une nuance et tant mieux si c equi en résultera sera meilleur, encore qu il ne peut-être plus imbécile que celui qui es tentrain de s éffrondrer. L exploitation de la majorité par une minorité doit cesser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page