Les banques centrales ont tellement asséché le marché, qu’elles ne trouvent plus assez d’obligations à acheter

banques-centralesEncore une situation ubuesque sur le front des banques centrales. Il n’y a pas un jour où je ne me dis pas que ce qu’on vit sur le marché est bien sûr historique mais surtout totalement délirant. Je sais que je évoque souvent le sujet mais il faut vraiment comprendre à quel point la situation actuelle est incroyable. Et ce qui se passe actuellement en est encore l’illustration.

Bon. vous savez que depuis des années maintenant, les banques centrales, après avoir mis leurs taux à zéro ou en négatif, pratiquent le QE. Le quantitative easing. Le quantitative easing, en gros, ce sont les banques centrales qui achètent sur le marché les emprunts d’État et maintenant les obligations d’entreprise à la fois pour faire baisser les taux d’emprunt mais également pour injecter des milliards qui doivent théoriquement réanimer l’économie.

Et quel est le problème ? Les banques centrales ont acheté tellement d’emprunts sur le marché, les taux ont tellement baissé, qu’elles ne trouvent plus suffisamment d’obligations à acheter.

Elles ont totalement asséché le marché. Et les investisseurs, comme les compagnies d’assurance, qui ont encore des emprunts en portefeuille les gardent car ils ne savent plus où placer leur argent.

Pratiquement qu’est-ce que cela veut dire ? Les banquiers centraux vont se rencontrer à Francfort cette semaine et ce sera un de leurs sujets principaux de discussion. S’ils ne trouvent plus suffisamment d’emprunts à acheter, ça veut dire qu’ils injecteront moins d’argent dans l’économie et que leur QE deviendra totalement inutile. Ils voudraient lancer de nouveaux quantitative easing pour relancer l’économie mais ils n’arrivent même plus à opérer les précédents. Ils ont de fait totalement asséché et détruit le marché des emprunts. C’est totalement dingue !

Philippe Herlin: Les banques centrales commencent-elles à nationaliser l’économie ?

Philippe Béchade: « La banque centrale du Japon détient déjà 25 % de la capitalisation de la bourse du Tokyo mais ce n’est rien, et c’est même presque anecdotique face au 60% des ETF qu’elle contrôle »

Source: monfinancier

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page