Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le gouvernement japonais vient de réviser à la baisse la croissance nippone de plus de 40%
 

Le Japon a affiché au troisième trimestre une croissance de 0,3%, en-deçà des estimations initiales, à cause d’un recul des investissements des entreprises, selon des données révisées publiées jeudi par le gouvernement.

Ce chiffre est inférieur aux attentes des analystes, qui misaient sur une progression de 0,6% par rapport à la période d’avril-juin.

En rythme annualisé – c’est-à-dire si l’évolution du trimestre se prolongeait sur une année – le PIB ressort en hausse de 1,3% (au lieu de 2,2% auparavant annoncé). Réviser la croissance de 2,2% à 1,3% équivaut à une révision à la baisse de 40%.

Les investissements non résidentiels des entreprises ont décliné de 0,4% sur un trimestre, alors qu’ils faisaient du surplace dans la précédente estimation diffusée mi-novembre.

De même les exportations ont-elles été moins dynamiques que calculé initialement: elles ont augmenté de 1,6% (et non de 2%), réduisant la contribution du commerce extérieur à 0,3 point (au lieu de 0,5 point).

En revanche, la consommation des ménages a été modifiée positivement (+0,3%, au lieu d’une stagnation).

Il s’agit du troisième trimestre consécutif de progression après une croissance de 0,7% de janvier à mars, puis de 0,5% d’avril à juin (chiffres révisés positivement jeudi) après une fin d’année 2015 dans le rouge, mais l’activité reste peu dynamique quatre ans après le lancement de l’offensive abenomics (mêlant assouplissement monétaire, largesses budgétaires et réformes structurelles) du Premier ministre Shinzo Abe.

L’économie japonaise ne parvient qu’à dégager une faible et fragile croissance en l’absence d’un moteur durable, avait souligné Yasunari Ueno, chef-économiste de Mizuho Securities, dans une note publiée mercredi. Les exportations ont soutenu le PIB au 3e trimestre mais cette embellie ne va probablement pas durer.

Olivier Delamarche: « Avec une dette de 240% de son PIB, le Japon est mort ! »

Olivier Delamarche: Le Japon est un pays mourant avec une dette abyssale et des déficits abyssaux !

De fait, le dernier trimestre de 2016 n’a pas débuté sous les meilleurs auspices. Selon les statistiques d’octobre récemment dévoilées, la consommation des ménages a encore reflué, bien que faiblement comparé aux mois précédents (-0,4%), reflet de l’anxiété des Japonais, ce qui pèse sur l’inflation.

Les prix à la consommation ont ainsi reculé pour le 8e mois de suite, signant leur plus longue série négative depuis 2011, malgré la politique ultra-accommodante de la Banque du Japon (BoJ).

Philippe Béchade s’est penché sur l’énorme révision à la baisse de la croissance japonaise

Source: romandie

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
clerc michel
clerc michel
3 années plus tôt

la BDF a baissé la notre de 1,5% a 1,3% , on n’a pas les memes valeurs

moudublbe
moudublbe
3 années plus tôt

ce sera bientôt au pays du soleil couchant !

poujade51
poujade51
3 années plus tôt

Vas y Abé, fais nous un 250eme QE, tu deviendras le premier dans l’histoire du capitalisme à avoir réussi l’exploit de transformer ton pays capitaliste en temple du nationalisme, sans révolution, sans guerre, juste grâce à la BOJ ! j’en reste admiratif! réussir un exploit juste avec des morts collatéraux : suicides, explosion de la misère mais sans faire intervenir le corps militaire : BRAVO BRAVO !

3
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x