Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
La capitalisation boursière mondiale vient d’atteindre un nouveau sommet historique.
 

La folie boursière se poursuit. La capitalisation boursière mondiale s’est accrue de 1 889 milliards de dollars cette semaine et atteint dorénavant 92 412 milliards de dollars. Ce nouveau sommet historique équivaut à 120 % du Pib mondial et ce juste 30 ans après le Krach de 1987.

L’indice de Shiller vient d’atteindre un nouveau sommet historique, plus haut qu’en 1929 Philippe Béchade: Marchés: « Les banques centrales ne peuvent pas arrêter d’imprimer sinon le PONZI s’effondre ! »

Les politiques monétaires irresponsables qui ont suivi la crise financière de 2008 (Taux extrêmement bas + impression monétaire à gogo) ont envoyé les marchés boursiers mondiaux à des niveaux sans précédent, elles ont aussi favorisé l’explosion de l’endettement des ménages, des entreprises et des états. On se retrouve aujourd’hui avec des bulles sur quasiment l’ensemble des classes d’actifs.

Comme l’expliquait Philippe Béchade en juin dernier, les banques centrales injectent chaque mois 200 milliards dans les marchés financiers (Voire même 125 milliards $ par la Banque Centrale de Chine récemment en 1 semaine), c’est à dire que l’on investit 3 dollars, euros ou yens pour créer dans le meilleur des cas, 1 euro de Pib supplémentaire. Et dans certains cas, on en est même à 4 voire 5 dollars, euros ou yuans créés, pour maintenir un semblant d’activité ou de croissance. Oui, la croissance que les médias et politiques vous mettent chaque jour en avant est achetée à crédit ! Et pour s’en convaincre, il suffit de regarder le graphique ci-dessous qui montre où en est le bilan de chacune des 4 principales banques centrales de la planète.

Devinez quoi ? La dette mondiale serait peut-être sous évaluée de 13 000 à 14 000 milliards $ Egon Von Greyerz: « Esclavage de la dette + fausse monnaie = effondrement final »

N’oubliez pas ce qu’expliquait Olivier Delamarche il y a quelques mois…

Olivier Delamarche: « On est dans une bulle gigantesque comme on n’en a jamais connu: bulle sur les oblig’, bulle sur les actifs, bulle sur les matières premières, bulle sur les actions ! Je ne vais pas à me mettre à acheter le marché avec une bulle pareille parce que je sais comment ça va se finir et il n’y a pas de doute là-dessus ! »

Egon Von Greyerz: nous sommes au milieu de la plus grande chaîne de Ponzi de toute l’histoire ! Selon l‘Institute of International Finance, la dette mondiale atteint 324% du PIB de la planète. Un nouveau record !

Il est évident que la croissance actuelle (Achetée à crédit) ainsi que la progression vertigineuse des marchés reposent uniquement sur de la dette et rien que de la dette. Nous faisons face à la plus grande pyramide de Ponzi de toute l’histoire de l’humanité.

Pour finir, ci-dessous, le tube « Money For Nothing » du groupe « Dire straits » pourrait être utilisé comme métaphore pour décrire la plus grande expérimentation de l’histoire en matière de politique monétaire.

Source: Holger Zschaepitz

0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
18 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Pacquito Serada
2 années plus tôt

Comment parler de croissance dans des pays qui extraient leurs déficits et leurs dettes du PIB, qui la financent en réalité à crédit, et n’ont absolument pas les moyens de les rembourser autrement qu’en spoliant les épargnants ? Essayez donc d’accumuler à l’infini des dettes et financer vos profits par la dette dans une entreprise ou à titre particulier, et si vous ne finissez pas en prison, si ça marche, vous m’appelez ! 😉

michel clerc
michel clerc
2 années plus tôt

Et c’est pas fini, plus dure sera la chute, enfin juste un avis

Rodolphe Cyr
2 années plus tôt

Tout ce qui monte redescend

Antoine Lavoie
2 années plus tôt

Aussi longtemps que les Banques Centrales s’imprimeront des notes a volonté sans fondement ,ils pourront maintenir cette tendance,car c’est de gonflé le marché a l’hélium.

diable tranquille
diable tranquille
2 années plus tôt

vivement la fin de ce capitalisme destructeur

+253
+253
2 années plus tôt

Le capitalisme est mort politiquement dans les années 30 et avec les accords de la Jamaïque dans les années 70 (notement l’idée majeur que l’argent n’étant un moyen d’échange, on ne peut en désirer l’accumulation d’où l’idée de ne pas créer de monnaie).

Ce qui vit politiquement, c’est le libéralisme qui a réussi en politique à partir des années 80.

Garofula
Garofula
2 années plus tôt

On a beau chercher, on ne voit pas en quoi l’expérimentation monétaire délirante des banques centrales aurait quoi que ce soit à voir avec le capitalisme. La situation actuelle est au contraire la plus vaste opération de planification monétaire interventionniste de tous les temps pour sauver les Etats socialo-collectivistes en fin de vie, au mépris de la liberté et de la propriété privée, c’est-à-dire l’exact contraire du capitalisme.

Pacquito Serada
2 années plus tôt
Reply to  Garofula

Nos hommes politiques sont corrompus jusqu’à la moelle, parce que totalement irresponsables, ils financent non seulement leur croissance à crédit, ils ne gèrent pas convenablement l’argent qu’ils nous extirpent alors qu’ils sont pourtant payés pour ça, et pire, ils se payent des voix en s’achetant des fonctionnaires à crédit, sans jamais capitaliser une seule seconde leurs retraites. Quand tout ceci s’effondrera, tous les moutons qui pensent que vivre à crédit peut se faire éternellement, en seront pour leurs frais. Ils perdront et leurs emplois et leurs retraites, et auront aussi tout le mal du monde à se réinsérer dans la… Read more »

den
den
2 années plus tôt

boum et boum

+253
+253
2 années plus tôt

Mais la capitalisation boursière n’est rien face au produits dérivés. http://www.visualcapitalist.com/worlds-money-markets-one-visualization-2017/

Garofula
Garofula
2 années plus tôt
Reply to  +253

Il ne faut pas confondre capitalisation et contrats. Quand vous mettez 100 euros dans un ETF dérivé du CAC, ces 100 euros sont investis dans les actions et sont comptés dans la capitalisation du CAC. Si vous additionnez la capitalisation du CAC avec celle des ETF dérivés, vous additionnez plusieurs fois la même chose. Raisonnement identique avec les dérivés qui servent d’assurance. La somme des capitalisations des produits dérivés n’a tout simplement aucun sens économique ou comptable.

+253
+253
2 années plus tôt
Reply to  Garofula

On parle de produits financier principalement lié au prêts là : http://www.visualcapitalist.com/worlds-money-markets-one-visualization-2017/
Chose qui n’aurait pas été possible sans la libéralisation de la création de produits financiers

Garofula
Garofula
2 années plus tôt
Reply to  +253

Remarque identique pour le lien que vous donnez. La somme des notionnels des produits dérivés qu’il affiche n’a pas de sens. Définition : https://fr.wikipedia.org/wiki/Valeur_notionnelle Exemple : le notionnel d’un tracker du cac, c’est la capitalisation du cac, peu importe si la capitalisation réelle du tracker vaut moins de 0,0000001% du cac. S’il existe 500 trackers sur le cac, additionner leurs notionnels revient à multiplier la capitalisation du cac par 500. Absurde ! Par ailleurs, pour quelle raison aussi étrange que mystérieuse la création de produits financiers ne serait-elle pas libre ? Tant que les produits financiers respectent les lois, il… Read more »

+253
+253
2 années plus tôt
Reply to  Garofula

« La liberté de création des produits financiers, c’est NOTRE liberté. »
Surtout la liberté de détourner les investissement des zones créant le plus d’emplois.

Garofula
Garofula
2 années plus tôt
Reply to  +253

Pourquoi donc vouloir détourner les investissements créant des emplois ? Aucun emploi ne peut être créé sans investissement capital. MAIS, les emplois privés sont créés si et seulement si ils sont rentables. Quand le secteur public crée des emplois non rentables par recours abusif à la force publique, il détruit au moins autant d’emplois par ailleurs car il élève le seuil de rentabilité sous l’effet des impôts ou des réglementations. D’où les 6,5 millions de chômeurs en France. Trop d’Etat en France, trop de social, trop de fonctionnaires, trop de rentiers publics (retraités de la répartition et autres subventionnés sociaux)… Read more »

Pierre Dubois
2 années plus tôt

Je ne suis pas certain qu’on trouvera ça amusant… il faudra juste bien réagir…

Anthony Lubrano
2 années plus tôt

Que va t il se passer quand cette/ces bulle(s) vont exploser ?

Noname
Noname
2 années plus tôt

Je n’ose même pas y penser…

18
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x