Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Les américains n’ont pas les moyens d’accéder à la propriété dans 70% du pays

Même à une période où les taux d’intérêt sont extrêmement bas et où il y a des hausses de salaires, les américains ne peuvent tout simplement pas se permettre de s’acheter une maison dans plus du 70% du pays, selon CBS. Sur 473 comtés qui ont été répertoriés dans cette enquête, pour 335 d’entre-eux, les prix moyens sont plus élevés que ce que les employés (aux salaires moyens) ne peuvent débourser. Selon le rapport d’ « ATTOM Data Solutions », parmi ces comtés, figurent Los Angeles et San Diego en Californie, ainsi que des lieux comme Maricopa en Arizona.

La ville de New York revendique détenir les résidents avec les plus hauts revenus, et donc qui ont les moyens d’acquérir un logement. Alors qu’en moyenne, les salariés à travers l’Amérique affectent environ 33% de leur revenu mensuel dans le remboursement de leur logement, les résidents de Brooklyn et de Mahattan doivent débourser plus de 115% de leur revenu. A San Francisco, le chiffre est d’environ 103%. Les logements à Chicago, Houston et à Philadelphie semblent être encore accessibles.

Cette information a beau être hallucinante, les logements sont malgré tout plus accessibles aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a un an. Bien que les prix grimpent dans de nombreuses régions, ils baissent également dans certaines zones comme à Manhattan. L’inaccessibilité du marché provient du fait d’un ralentissement des constructions de logements et du fait que les propriétaires restent plus longtemps chez eux. Ces deux aspects ont réduit l’offre et la demande des logements sur le marché.

Il se peut que le marché continue à être plus attractif pour les acheteurs. L’accessibilité pourrait s’améliorer parce que ces logements sont hors de portée pour tellement de futurs acquéreurs, selon Todd Teta, président et directeur d’exploitation chez « ATTOM Data Solutions ». Le marché actuel est aussi accessible qu’il ne l’était il y a un an, avant la crise. Les prix des logements sont à peu près semblables de ceux d’avant la crise, même si les revenus (corrigés de l’inflation) étaient plus bas.

« Ce qui a permis au marché immobilier de continuer de tourner, c’est l’assouplissement des conditions de crédit, qui ont compensé les problèmes d’accessibilité » a commenté Teta. Depuis, les normes ont changé (pour le moment au moins).

Récemment, nous avons publié un article sur les résidents de la ville de New York, qui affirmaient tout simplement qu’ils n’avaient plus les moyens d’y vivre.

Plus d’un tiers de ces résidents se plaignaient qu’ils n’avaient plus les moyens de vivre à New York et pourtant ils y sont toujours. En plus de cela, beaucoup de New-Yorkais pensent que les difficultés économiques vont finir par les forcer à quitter la ville d’ici les cinq ans à venir, selon une enquête d’opinion réalisée par Quinnipiac et publiée il y a quelques semaines. L’enquête en question a été effectué auprès de 1216 électeurs entre le 13 et le 18 du mois de mars.

En tout, 41% des résidents de New York ont affirmé qu’ils ne pouvaient plus faire face au coût très élevé de la vie dans cette grande ville. Ils pensent qu’ils vont devoir s’orienter vers des zones plus accessibles financièrement, d’après ce ce sondage.

Ari Buitron, un assistant juridique de 49 ans, qui vient du Queens a expliqué : « Ils sont en train de faire de cette ville, la ville des nantis et en même temps, ils étouffent carrément la classe moyenne. Beaucoup de mes amis ont dû déménager en Floride, au Texas et en Oregon. Si vous faites vos courses dans un magasin de proximité, vous payerez 5$ pour un gallon de lait et 13$ pour du shampoing. Savez-vous combien coûte un appartement avec une chambre et une salle de bain ? 1700$ par mois ! Rien ne vous dérange ?

Source: zerohedge

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 37,68 €. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule. Pour des prix imbattables sur l’achat d’Or et d’Argent, c’est ici et sur devis. Livrable dans toute la France.

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

[AMAZONPRODUCTS asin= »2914569661,2865532321,2914569823,2297004788,2915401233″ partner_id= »busbb-21″ locale= »fr »]

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jackie Maresma
1 année plus tôt

Et en France ?

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x